Warning: exec() has been disabled for security reasons in /var/www/vhosts/csdptt.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres_images_lib_mini.php on line 744 Lettre de Février 2001 - CSDPTT - Coopération Solidarité Développement aux PTT

Accueil > Lettres de CSDPTT > Lettres de 2001 > Lettre de Février 2001

Lettre de Février 2001

Février

jeudi 1er février 2001, par Alain

La Lettre de février
2001

No : 63

 Sommaire
 :

Editorial
La saga des projets satellitaires continue
______________________

Echos de CSDPTT et de ses
correspondants

En bref  : Une mission au
Burkina

________________________________

Echos des postes et télécoms
dans le monde

Globalstar menacée de faillite !
Bientôt Internet par INMARSAT
Niger : pas de repreneur pour la SONITEL
Nigeria : 3 licences attribuées
Extension du réseau au Mali
Mali : bientôt la concurrence sur les mobiles
En Bref : La conférence
consacrée à l’Asie de l’Union Internationale des Télécommunications

________________________________

Initiatives
Des cabines INMARSAT dans des villages maliens
Télécoms Sans frontières
________________________________

Nets actus
Site de l’association Télécom
sans Frontières

site de coordination sud
________________________________

Article
Si l’avenir a un berceau, j’ai le sentiment qu’il
pourrait être au Mali

Survol d’une quinzaine dans un pays au multicouleurs
et aux multicultures : le Mali

 

________________________________
Procès
Procès de François
Xavier Verschave, Président de SURVIE

________________________________
 


Editorial

La saga des projets satellitaires continue
La constellation Iridium, déclarée en faillite,
vient d’être rachetée 25 millions de dollars ! Alors que le
projet aurait déjà coûté quelques 5 milliards
de dollars. Iridium va être mis au service du Pentagone. N’est-ce
pas là une subvention déguisée de l’Etat américain
 ? Drôle de leçon de la part des champions du libéralisme
 !

Quant à Globalstar, la constellation rivale elle-aussi
dans le rouge, qui espérait reprendre ses clients ne va-t-elle pas
saisir l’occasion d’accuser Iridium de concurrence déloyale ?

Il faut encore ajouter parmi les échecs, le projet
ICO issu d’INMARSAT. Il est vrai que le manque d’infrastructures aidant,
ils développent actuellement le juteux marché des téléphones
INMARSAT utilisés en fixe.

Ces constellations sentaient bon, les profits faciles.
En plus cela devait permettre (pour Iridium) de contourner les réseaux
locaux. Il est vrai que le développement des pays pauvres n’a jamais
été au centre des préoccupations de ces golden boys
 !

Et qui a payé tous ces gâchis. Mais vous,
nous ! L’argent ne provient-il pas des opérateurs dont nous sommes
clients ou des banques dont nous sommes aussi clients.

Une lueur d’espoir pourtant. RASCOM serait remis sur
pied. Ce projet inter-africain prévoit d’offrir le téléphone
aux zones rurales à des prix équivalent à ceux des
réseaux fixes actuels. La construction du satellite de RASCOM serait
commencée et son lancement prévu fin 2002, début 2003
 ! Vite !

Bruno Jaffré

________________________________

Echos de CSDPTT et de ces
correspondants

En bref
Emile Quesada et Claude Sicard de CSDPTT Nice se sont
envolés le 25 janvier pour le Burkina Faso. En mission pour CSDPTT
ils doivent terminer le raccordement de 4 villages de la région
de Toma dans la province du Nayala au réseau téléphonique
en collaboration avec l’ONATEL, l’opérateur burkinabé. Ils
effectueront en outre une formation aux techniciens qui seront chargés
de la maintenance. Les premières nouvelles reçues laissent
espérer un succès. Un compte rendu complet vous sera faite
dans la prochaine lettre de CSDPTT.

A la suite de la dernière mission de CSDPTT au
Mali en novembre, un rapport a été rédigé intitulé
 : « INTERNET AU MALI , PROJET DE RACCORDEMENT DES 701 COMMUNES, EXPRESSION
ET HIERARCHIE DES BESOINS ». Il est disponible sur le site de CSDPTT
à la rubrique documents.

A Nice, des membres de CSDPTT et M. Jacques Alvernhe
de l’ADER (Association pour le développement économique régional)
se sont réunis pour travailler ensemble à un projet de raccordement
au réseau téléphonique de plusieurs villages, dont
certaines communes de la région de Kayes, jusqu’ici privés
de moyens de communication.

________________________________

Echos des postes et télécoms
dans le monde

Globalstar menacée de faillite !
Mi-janvier Globalstar a annoncé suspendre le remboursement
du principal et des intérêts de toutes ses dettes. La société
du même nom n’a pas honoré un versement prévu par les
échéances de remboursement de 45 millions de dollars. Par
cette décision de suspendre ses remboursements, Globalstar devrait
économiser 400 millions de dollars de liquidités qu’elle
compte consacrer à l’opérationnel, ce qui, selon elle, devrait
faciliter sa survie jusqu’à l’année prochaine. Le consortium
dirigé par la société américaine Loral qui
détient 39% des actions compte parmi les autres actionnaires, France
télécom, Alcatel, Qualcomm, Hyundai, China Telecomn DaimlerChrysler
Aerispace, Vodafone etc…

Rappelons que Globalstar a lancé une constellation
de satellites afin d’offrir les services des télécommunications
dans les zones non accessibles par les réseaux fixes. En Afrique,
elle ne couvre actuellement que l’Afrique du Nord et l’Afrique Australe.
Le développement extrêmement rapide des réseaux de
téléphonie mobile a contribué à réduire
grandement le marché potentiel de ce type de services. Globalstar
comptait 31200 abonnés en janvier alors que les plans de développement
en prévoyaient un million. Deux précédents constellations,
Iridium ICO avaient déjà mis la clé sous la porte.
Iridium vient d’être repris in extremis grâce au soutien du
Pentagone pour 25 millions de dollars alors que le projet avait coûté
5 milliards de dollars !

________________________________

Bientôt Internet par INMARSAT
L’opérateur de services professionnels INMARSAT
s’apprête à proposer l’année prochaine un accès
web à partir de n’importe quel point du globe. Un service qui s’ajoutera
au récent service de messagerie bas débit et la transmission
de données au standard RNIS.

INMARSAT prévoit d’abord une transmission à
moyen débit soit 64 kbps (kilobits par seconde). L’opérateur
proposera aussi les services de transmission de données à
144kbps via la constellation Turaya mise en œuvre par les Emirats Arabes
Unis. Il prévoit aussi pour l’horizon 2004 une offre à haut
débit (512kbps).

________________________________

Niger : pas de repreneur pour la SONITEL
Aucun repreneur ne s’est déclaré à
la clôture des appels d’offre pour la session de 51% de la SONITEL
(Société Nigérienne des Télecommunications).
Celle-ci est actuellement détenue par l’Etat à raison de
98,2% de son capital, France câble et Radio en détenant 1,8%.
Il était prévu d’ouvrir le capital à hauteur de 67%,
dont 51% au profit d’opérateurs internationaux, 11% de privés
nigériens et 5% pour le personnel.

La SONITEL compte actuellement 1370 employés et
gère un parc de 19887 abonnés au téléphone,
2537 au cellulaire et 1522 à Internet. Son chiffre d’affaires est
de 17,309 milliards de FCFA, ses résultats d’exploitation sont de
2,5 milliards tandis que les dettes et créances se montent à
30 milliards.

L’objectif de la privatisation devait être de développer
les services de télécommunications dans le pays. Les candidats
devaient avoir 100 millions de dollars de fonds propres, opérer
un réseau de plus de 100000 lignes et avoir une expérience
d’au moins 5 ans en tant qu’opérateur. Le projet de licence, d’une
durée de 20 ans accordait une exclusivité de 5 ans sur les
services de téléphonie fixe, ainsi qu’à l’international.
Le cahier des charges imposait un objectif global de 77000 lignes, le pays
compte 10,6 millions d’habitants, ainsi que deux listes de localités
à équiper avant fin 2002 et fin 2004. Il imposait en outre
une baisse des tarifs internationaux de 30% et des tarifs interurbains
de 20% d’ici 2004.

Quatre opérateurs avaient été pré
qualifiés, France Câbles et radios avec la SONATEL, Mauritius
Telecom, Créatel/Detecom et Un consortium comprenant Tunisie Telecom.
Malgré de multiples reports de la date limite de la réception
de l’appel d’offres et « de multiples concessions faites aux investisseurs
 », aucune offre n’a été enregistrée. (Source
Le Républicain http://www.republicain-niger.com).

________________________________

Nigéria : 3 licences attribuées
Trois licences de téléphonie mobile viennent
d’être attribuées aux enchères au Nigeria pour un montant
de 285 millions de dollars. Les enchères avaient commencé
à 100 millions de dollars.

Ces licences reviennent à 3 consortium, l’un dirigé
par Deutsche Telecom, un autre Wireles Nigeria basé au Zimbabwe
et enfin un troisième MTN d’Afrique du Sud. Ce dernier a annoncé
vouloir investir 1,4 milliards de dollars en 10 ans dans ce pays et évalué
le marché à 10 millions d’abonnés. Deux autres consortiums
avaient renoncé, l’un regroupant Orascom et une banque locale, l’autre
MSI-Celtel présent déjà dans de nombreux pays africains.

Les licences sont attribuées pour une durée
de 15 ans avec une exclusivité pour 5 ans pendant lesquelles les
opérateurs doivent ouvrir ensemble 6 millions de lignes, 100000
chacun d’ici un an. Une première licence avait déjà
été attribuée à Mobile Cellular Company Limited
(Celcom), l’opérateur public dont la vente est prévue en
2001.

Pays le plus peuplé d’Afrique avec 120 millions
d’habitants, premier producteur pétrolier du continent, le Nigeria
ne compte que 500000 lignes fixes soit un taux de pénétration
de 4 pour 1000 habitants, l’un des plus faibles du monde. Le service offert
apparaît souvent déplorable et pourtant coûteux .

________________________________

Extension du réseau au Mali
La perspective de la coupe d’Afrique des Nations prévue
en 2002 entraîne de nombreux travaux d’extension et de modernisation
du réseau de télécommunications. On signale par exemple
la construction d’une fibre optique entre Bamako et Kayes qui devrait se
poursuivre jusqu’à Dakar, et l’installation récente d’un
autocommutateur de fabrication chinoise à Kayes d’une capacité
de 10000 lignes Des fibres optiques, dont une partie du financement vient
d’être acquis par la Banque Ouest Africaine de Développement,
devraient aussi être posées en direction des pays voisins,
le Burkina et la Côte d’Ivoire. Des changements de centraux téléphoniques
sont encore prévus à Sévaré Mopti où
les installations sont analogiques. Enfin d’importantes extensions du réseau
en zone rural ont été récemment réalisées
autour de Tombouctou et autour de Sikasso. Ces informations non exhaustives
montrent un certain dynamisme de développement des télécommunications.
Par ailleurs deux sociétés, Alcatel et Worldspace ont fait
des offres au Mali dans la perspective du projet de raccordement des 701
communes. Elles se livrent à une forte concurrence. Actuellement
des essais sont en cours. Le rapport réalisé récemment
par CSDPTT traite largement de toutes ces questions. Il est disponible
sur notre site.

________________________________

Mali : bientôt la concurrence sur les mobiles
Le réseau mobile malien est passé depuis
octobre à la norme GSM. La gestion du réseau GSM a été
confiée à une filiale de la SOTELMA, MALITEL, après
une forte mobilisation des employés. Mais seuls 50 % des abonnés
de l’ancien réseau auraient accepté de migrer vers le nouveau
système.

Les coûts restent prohibitifs : 109000 F.CFA pour
un nouvel abonnement, sans compter le coût de l’appareil, et 50.000
FCFA pour les anciens abonnés qui souhaitent intégrer le
nouveau réseau. S’y ajoute le coût élevé des
communications alors que la zone de couverture ne dépasse guère
un rayon de 15 kilomètres autour de Bamako. Enfin les clients se
plaignent d’une qualité déficiente. L’opérateur accuse
certaines radios qui émettent sur les mêmes fréquences.

En avril 2001, la carte prépayée, qui connaît
un grand succès dans les pays voisins, sera introduite et la zone
de couverture sera étendue à toutes les villes maliennes
retenues pour abriter la Coupe d’Afrique des Nations de football en 2002.

Un appel d’offres étant en cours pour l’octroi
d’une deuxième licence. Plusieurs sociétés malienne,
égyptienne, et européenne seraient sur les rangs.

________________________________
 

Procès contre M. François
Xavier Verschave, Président de Survie le 28 février à
Paris.

Survie est une association qui
depuis de nombreuses années mène campagne pour que soient
connus les méfaits des réseaux françafricains en Afrique
coupables de nombreux dommages tant pour leurs répercussions économiques
que sur la vie des personnes (voir les récents procès contre
M. Roussin, M Christophe Mitterrand ou l’Affaire Elf repris récemment
par la presse). M. Verschave est auteur de deux ouvrages extrêmement
précis et documentés fruits d’un travail collectif de l’association.
Le dernier » Noir Silence » est un véritable succès
de librairie. Il est poursuivi par Ms. Idriss Déby, Oumar Bongo
et Sassou N’Guessou, respectivement Président du Tchad, du Gabon
et du Congo pour offense à Chef d’Etat. En matière de délit
d’offense (différent de délit de diffamation), la jurisprudence
soutient que les preuves sont interdites.

Une manifestation nationale
de soutien a lieu le 24 février à Paris et dans les grandes
villes de province

Renseignements à Survie
0143 27 03 25 ou http://www.globenet.org/survie

 

________________________________

En Bref
La conférence consacrée à l’Asie
de l’Union Internationale des Télécommunications a donné
lieu à une intervention pessimiste du directeur de Lucent Technologie
l’un des poids lourd du secteur des télécommunications. Il
a en effet déclaré le modèle économique menacé,
expliquant que l’explosion du transfert de données contraignait
les opérateurs à de gros investissements mais ne généraient
que peu de chiffres d’affaire.

Le projet RASCOM, qui consiste à lancer un satellite
interafricain destiné à permettre la connexion des zones
rurales, semble sur la bonne voie. Le lancement du satellite est prévu
vers la fin 2002.

Les agents de l’Office des Postes et Télécommunications
(OPT) du Gabon se sont mis en grève illimitée à partir
du 23 janvier. Les revendications des grévistes, rassemblées
dans un cahier des charges, comprenaient 36 "points" allant de la revalorisation
de diverses primes et indemnités au recrutement d’un second médecin
d’entreprise. Ils ont repris le travail le 1 février après
avoir obtenu des avancées significatives.

Selon une récente étude du Bureau International
du Travail, l’Afrique et le Moyen Orient en compterait que 1% des usagers
d’Internet. 90% des usagers se trouvent dans les pays industrialisés,
le Canada et les USA en regroupent à eux seuls et 57%.

Les entreprises de l’Internet aux Etats-Unis ont supprimé
durant le deuxième semestre 2000 plus de 36000 emplois soit une
augmentation de 600% par rapport aux 6 premiers mois de l’année.

La Fondation France Télécom a annoncé
qu’elle mettait en place un nouvel axe de mécénat sur le
thème : « les usages innovants d’Internet pour créer
des liens sociaux là où ils sont inexistants ou rompus (« 
exclusion sociale, économique, générationnelle, géographique »).
Jusqu’ici les actions de mécénat étaient confinées
dans le domaine de la musique, de la gymnastique et du soutien aux autistes.

Au Maroc, la connexion des lycées à Internet
est quasiment achevée avec 548 établissements connectés
sur 552, selon une récente déclaration du ministre de l’éducation
nationale.

En Egypte, France Télécom a racheté
une part des actions de Motorola dans le holding de Mobilnil, pour un montant
de 268 millions d’euros portant sa part de capital dans ce holding de 46,1%
à 71,5%. Mobilnil déteint 51% de la l’opérateur de
téléphonie mobile ECMS (Egyptian Company for Mobile Services).
Avec cette opération, FT en devient le premier actionnaire avec
35,7% des actions. Il comptait 1200000 abonnés fin 2000. En 1999,
il a perdu 9,34 millions d’euros pour un chiffre d’affaires de 520 millions
d’euros. Il n’y a actuellement que deux opérateurs de mobile en
Egypte, l’arrivée d’un troisième n’étant autorisé
qu’en 2002.

Les autorités de L’Ile Maurice étudient
actuellement l’octroi de permis à de nouveaux fournisseurs d’accès
à Internet. Elles envisageraient de limiter la participation étrangère
à 49%, les mauriciens devant restés majoritaires dans le
capital de ces sociétés. Le monopole de l’accès à
Internet est actuellement détenu par Télécom Plus.

________________________________

Initiatives

Des cabines INMARSAT dans des villages maliens
Quatre associations de migrants maliens ont fait appel
à l’ADER (Association pour le développement Economique régional)
pour les accompagner dans leur projet d’installer des cabines INMARSAT
(reliées directement à un satellite) dans leurs villages
d’origine, une cabines dans les villages de Souenna, Serenaty et Marena
Diombokhou du cercle de Kayes et 3 cabines dans le village de Kodié
du cercle de Yélimané. Les installations ont été
réalisées en novembre 2000, ces cabines sont alimentées
par
l’énergie solaire. L’investissement réalisé varie
de 55000 à 62000FF, qui comprend l’installation y compris l’énergie
solaire et une avance sur consommation de 14000FF environ. Les tarifs retenus
sont les suivants 2000FCFA la minute, 18000FCFA une carte de 10 minutes
et 500FCFA par appel entrant en paiement du service qui consiste à
aller chercher la personne appelée. Le financement a été
réalisé au deux-tiers par un paiement des associations de
migrants le tiers restant consistant en un prêt gratuit.

Un rapport sur ce projet devrait être disponible
ce mois sur notre site . Il fera par ailleurs l’objet bientôt d’un
article dans la lettre de CSDPTT.

________________________________

Télécoms Sans frontières
L’association Télécoms sans Frontières,
créée par des salariés de la DR de Pau de France Télécom
est désormais reconnue par le Commissariat aux Réfugiés
des Nations Unies. Celui-ci lui a confié la création et la
gestion d’une force d’intervention permanente en radio HF/VHF pour ses
opérations aux quatre coins de la planète. Elle a recruté
une quinzaine de nouveaux volontaires qui ont reçu une formation
spéciale. TSF est actuellement présente en Guinée,
au Timor et en Erythrée. Avant le Salvador l’association était
aussi intervenue en novembre lors des inondations qui ont touché
la Thaïlande.

Elle a par ailleurs signé un accord de partenariat
pour un montant de 500000 dollars sur 3 ans avec la société
INMARSAT. Outre INMARSAT, elle est financée par la ville de Pau,
France Télécom et la Fondation de France.

Six personnes sont parties au Salvador avec une vingtaine
de téléphones satellitaires qui doivent permettre aux personnes
isolées de communiquer avec leur famille.

Dès leur retour, une équipe est partie
en Inde le 28 janvier. Elle s’est rendue dans la ville de Bhuj, où
près de 100 000 personnes cherchaient à joindre leurs familles.
Treize lignes satellite sont mises à la disposition de la population,
ainsi qu’un GAN M4, permettant la transmission d’images et de mails par
satellite.

________________________________

Net - actus

http://www.tsfi.org/
Site de l’association Télécom sans Frontières qui
intervient au cours des catastrophes ou parmi les réfugiés.
Elle a été créée à l’origine par des
salariés de France Télécom. Elle installe des valises
INMARSAT et permet ainsi aux populations victimes des catastrophes de donner
des nouvelles à leur famille.


http://www.coordinationsud.org/
site de coordination sud qui constitue le plus gros regroupement d’ONG
françaises. Le site est un véritable portail renvoyant de
multiples informations, un agenda des infos pour ceux qui cherchent des
emplois et surtout un descriptif détaillé de la plupart des
ONG avec leurs coordonnées.

_____________________________

Article

Nous publions ci-dessous, des reportages d’Hervé
Massy et Patrick Faillon écrits à l’occasion d’une récente
mission qu’ils ont effectuée au Mali en novembre 2000. Un rapport
intitulé « INTERNET AU MALI : PROJET DE RACCORDEMENT DES 701
COMMUNES EXPRESSION ET HIERARCHIE DES BESOINS » disponible à
l’adresse http://www.csdptt.org/article117.html 
a aussi été rédigé à l’issue de la mission.


« Si l’avenir a un berceau, j’ai le sentiment qu’il
pourrait être au Mali »

Une Hospitalité inaltérable et contagieuse
Je dois avouer qu’il m’est bien difficile de vous raconter
ce que nous avons vécu et ressenti pendant la mission que nous venons
d’accomplir au Mali pour le compte de notre association. Je peux avant
tout vous assurer que Patrick et moi avons mis à l’épreuve
l’hospitalité de nos hôtes. Nous sommes arrivés avec
quelques heures de retard et avons été accueillis dans la
famille FOMBA où l’on nous attendait avec beaucoup d’impatience
et un bon repas. Par nos interrogations incessantes, par l’envie de préparer
les choses au mieux pour les initiations et informations sur l’informatique,
par le souci de mener à bien les opérations que nous avons
entreprises. Nous rentrions souvent tard le soir et toujours un bon repas
servi nous attendait. Une famille mais aussi quelques amis, voisins ou
curieux nous recevaient le visage tout sourire avec ces petites empreintes
de moquerie (rictus) auxquelles il est bien difficile de résister.
La joie qui parfume l’air de ces contrées est, en constatant les
conditions de vie, un défi à notre entendement. Cette hospitalité
semble parfois inaltérable et contagieuse car réellement
généralisée. Venant de l’AVDTM (Association des Volontaires
pour le Développement des Télécommunications au Mali),
nous avons, après un certain temps, compris qu’elle ferait partie
de notre quotidien. A dire vrai, assez rapidement on nous a annoncé
que nous aurions pour la durée du séjour un véhicule
avec chauffeur (les cartes étaient jetées) Mais nous avons
été surpris par celles venant de personnes avec qui nous
ne faisions pas commerce. Sékou Coulibali (coordinateur du projet
côté malien), nous avait envoyé un mail avec ce dicton
de chez eux : « Celui qui se déplace pour te rendre visite,
vaut mieux que toi »

Lire l’article
en entier....


Survol d’une quinzaine dans un pays au multicouleurs et
aux multicultures : le Mali

Notre programme au jour le jour
A peine descendus de l’avion, presque arrivés
à la douane, c’est là que nous recevons nos premiers sourires
de nos futurs amis maliens. Sekou, Yaya, Scheik, Oumar et André
nous permettent de sortir facilement nos valises.

Le premier contact avec Bamako fut chaud mais l’arrivée
chez Oumar fut notre première surprise. Ils allaient au devant de
nos désirs. Frigo, télé rempli dans la chambre. Nourriture
quasiment à volonté, et tout cela dans un monde très
dur et très pauvre. Dans un monde qui n’est pas à la portée
d’un occidental sans y être amené avec délicatesse.
Notre premier repas, où les seuls ustensiles sont nos mains fut
mémorable pour moi. Pas facile croyez moi. Nous avons appris qu’une
voiture et un chauffeur étaient à notre disposition. Après
une nuit de repos bien mérité, le lendemain fut consacré
aux visites de courtoisie. Le central téléphonique, les faisceaux
Hertziens, l’énergie, l’informatique et l’Internet, la direction
et même Le DGA (Directeur Général Adjoint). Dans tous
les services nous avons étés agressés par le désir
de formation.

La journée s’est terminée autour d’un repas
partagé avec tous les membres d’AVDTM (association des volontaires
pour le développement des télécoms au Mali). On s’est
rendu compte tout de suite du besoin de formation des membres de l’AVDTM.
On a fixé un programme du séjour avec 4 jours de formation
et le restant du temps travail sur la téléphonie rurale et
l’Internet.

Lire l’article
en entier...