Accueil > Focus > Documents > Déclaration du Syndicat National des Télécommunications du Burkina Faso après (...)

Déclaration du Syndicat National des Télécommunications du Burkina Faso après la privatisation de l’ONATEL

mardi 20 février 2007, par Bruno JAFFRE

Ci-joint la déclaration du syndicat publié le 8 janvier 2007 après la privatisation de l’ONATEL (Office National des Télécommunications) intervenue le 29 décembre 1986.

PDF - 549.5 ko
Déclaration du SYNATEL le 8 janvier 2007

Messages

  • De : Claudine Pigneul <pigneulclaudine@hotmail.com>
    Sujet : FW : Propos du gouvernement sur la fonction publique
    Date : Mon, 9 Jun 2008 08:30:15 +0200
    À : Vero Georges

    <veronik.georges@wanadoo.fr>

    En-têtes complets
    Salut, voici l’article.A bientôtBisous Clau Subject : Propos du gouvernement sur la fonction publiqueDate : Fri, 6 Jun 2008 19:45:10 +0200Subject : Propos de notre gouvernement Il me semble qu’il est important de diffuser le plus largement possible ces propos du Ministre de la Fonction publique (sic) rapportés par Charlie-Hebdo, · tenus lors d’une réunion de la Fondation Concorde, proche de la majorité actuelle, le mercredi 20 octobre au Café Restaurant Pépita à Paris : · ’’Les retraités de la fonction publique ne rendent plus de services à la nation. Ces gens-là sont inutiles, mais continuent de peser très lourdement. · La pension d’un retraité, c’est presque 75% du coût d’un fonctionnaire présent. Il faudra résoudre ce problème.’’ · ’’Le grand problème de l’État, c’est la rigidité de sa main-d’oeuvre. Pour Faire passer un fonctionnaire du premier au deuxième étage de la place Beauvau, · il faut un an. Non pas à cause de l’escalier [rires dans la salle], mais des corps. Il y a 1400 corps. 900 corps vivants, 500 corps morts [rires], · comme par exemple l’administration des télécoms. Je vais les remplacer par cinq filières professionnelles qui permettront la mobilité des ressources humaines : · éducation, administration générale, économie et finances, sécurité sanitaire et sociale. Si on ne fait pas ça, la réforme de l’État est impossible. · Parce que les corps abritent des emplois inutiles.’’ · ’’A l’heure actuelle, nous sommes un peu méchants avec les fonctionnaires. · Leur pouvoir d’achat a perdu 4,5% depuis 2000.’’ · ’’Comme tous les hommes politiques de droite, j’étais impressionné par l’adversaire. · Mais je pense que nous surestimions considérablement cette force de résistance. Ce qui compte en France, c’est la psychologie, · débloquer tous ces verrous psychologiques.’’ · ’’C’est sur l’Éducation nationale que doit peser l’effort principal de réduction des effectifs de la fonction publique. Sur le 1,2 million de fonctionnaires de l’Éducation · nationale, 800 000 sont des enseignants. Licencier dans les back office de l’Éducation nationale, c’est facile, on sait comment faire, avec Éric Woerth · [secrétaire d’État à la Réforme de l’État] : on prend un cabinet de conseil et on change les process de travail, on supprime quelques missions. · Mais pour les enseignants, c’est plus délicat. Il faudra faire un grand audit.’’ · ’’Le problème que nous avons en France, c’est que les gens sont contents des services publics . L’hôpital fonctionne bien, l’école fonctionne bien, · la police fonctionne bien. Alors il faut tenir un discours, expliquer que nous sommes à deux doigts d’une crise majeure - c’est ce que fait très bien Michel Camdessus, · mais sans paniquer les gens, car à ce moment-là, ils se recroquevillent comme des tortues.’’ · Il admet dans ses propos que les français sont satisfaits de la qualité du service public rendu par les fonctionnaires, quels qu’ils soient. · C’est bien en les fragilisant de l’intérieur (sous effectif, baisse d’investissements etc.) qu’il compte rendre les services publics impopulaires auprès · des populations. Une impopularité qui lui servira de prétexte pour les privatisations à venir. Alors que ce sont bien les attaques à l’œuvre depuis de · nombreuses années qui dégradent la qualité des services publics. · Extrait de l’émission de Daniel Mermet : Ceux qui luttent, ne sont pas sûrs de gagner, mais ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu. · · · · à lire et à diffuser !!!