Warning: exec() has been disabled for security reasons in /var/www/vhosts/csdptt.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres_images_lib_mini.php on line 744 Lettre de Juin 1998 - CSDPTT - Coopération Solidarité Développement aux PTT

Accueil > Lettres de CSDPTT > Lettres de 1998 > Lettre de Juin 1998

Lettre de Juin 1998

Juin

lundi 1er juin 1998

alt="csd.gif (5510 octets)">

  LA LETTRE DE JUIN 98
No : 32

Sommaire :

 - Editorial : Le ciel privatisé ! (2) (en ligne)
 - Mission CSDPTT au Burkina. (en ligne)
 - Bientôt un site Internet pour CSDPTT.
 - Réseau cellulaire en Guinée.
 - Succès pour Africa Telecom 98 à Johannesbourg.
 - Ambitieuse Afrique du Sud
 - Telecel International a créé 10 emplois... En Belgique
 - Grandes manoeuvres dans les systèmes mondiaux de satellites
 - Les USA veulent la privatisation d’INTELSAT et d’INMARSAT (en
ligne)
 - En bref : Plusieurs millions d’américains ont été privés de
leur 
 "pagers ", Le ministre des télécommunications
congolais (ex-Zaïre) à la
 recherche d’un opérateur, Libéralisation =
création d’emplois ? USA -
 Italie, 4 opérateurs de mobiles à Madagascar pour
seulement 5000
 abonnés, les radioastronomes craignent que les
émissions des
 satellites d’Iridium ne viennent parasiter
l’observation des nuages
 d’étoiles, prévisions d’Alcatel, réforme des PTT
au Tchad, Seychelles.
 - Sites Internet
 - A lire La Françafrique, le plus grand scandale de la
République
 François Xavier Verschave (Stock)


 - Editorial : Le ciel privatisé ! (2)

 Le forcing des Etats-Unis et celui des opérateurs
américains par
 satellites qui ont rencontré quelques difficulté à
pénétrer les pays
 non occidentaux, afin d’obtenir la privatisation des
organisations
 INTELSAT et INMARSAT semblent porter leur fruit. Il y a
tant d’argent
 à gagner grâce à l’explosion des
télécommunications ! Ces deux
 organisations qui offrent un service public et dont le
fonctionnement
 est basé sur la coopération y font obstacle.
 Le poids des pays du Tiers Monde, présents dans INMARSAT
et INTELSAT,
 est trop faible pour espérer faire obstacles au processus
engagé.
 L’Europe pourrait s’y opposer mais elle s’engage sur la
même voie avec
 la privatisation d’EUTELSAT.
 En Afrique, où nombre de communications entre les pays
passent souvent
 par l’Europe, ce qui empêche une forte diminution des
prix, l’espoir
 réside dans le projet RASCOM. Cette organisation rassemble
la plupart
 des pays du continent. Elle projette de lancer son propre
satellite.
 Mais les gros opérateurs investissant dans les projets de
réseaux
 mondiaux par satellite qui pénètrent petit à petit les
opérateurs
 africains nationaux en y achetant des parts de capital
vont-ils jouer
 le jeu ? Ne faut-il pas craindre qu’en sous-main ils
tentent de
 saboter ce projet pour livrer les pays du continent à
l’appétit féroce
 des promoteurs de ces consortiums bien plus puissants que
les Etats
 qui cherchent les débouchés dans les réseaux mondiaux
par satellites
 et qui comptent bien s’imposer partout de gré ou de force
 ?
 
Bruno Jaffré

 - Mission CSDPTT au Burkina.

 La préparation du projet d’installation de TERA (terminaux
 d’équipement radioélectrique d’abonnés) s’est poursuivie
activement
 depuis le passage de M. Nyamba en mars (Voir Lettre de
CSDPTT N°29 et
 ce numéro page 4). C’est ainsi qu’il a pu avoir plusieurs
séances de
 travail avec les responsables de la production à l’ONATEL.
Afin de
 finaliser le projet et régler les derniers problèmes nous
avons donc
 décider d’envoyer Alain B. de CSDPTT Nice sur place.
 Sa mission, du 10 juin au 3 juillet, consiste donc
essentiellement à
 résoudre les derniers problèmes techniques, à finaliser
un accord sur
 la répartition des interventions des différents
partenaires sous forme
 de cahier des charges et enfin, à se rendre sur les lieux
pour repérer
 les terrain et aller à la rencontre des populations. Par
ailleurs une
 demande de subvention a été déposée au ministère de la
coopération.
 En outre Alain doit rencontrer le nouveau directeur
général de la
 SONAPOST afin de rediscuter des modalités de
l’intervention de CSDPTT,
 et les responsables de la MUTAPOST, nos
correspondants afin
 d’approfondir nos toutes nouvelles relations d’amitié.
 Alain doit aussi rencontrer deux importantes ONG, Peuples
Solidaires
 et Afrique Verte afin d’étudier la possibilité de
nouveaux
 partenariats dans l’éventualité de projets plus
importants en
 direction des populations rurales.
 Enfin Alain s’enquerra des dernières nouvelles concernant
l’extension
 du réseau dans la région d’Orodara afin de satisfaire la
demande de
 nos amis de Sérékéni de bénéficier du téléphone.
Nous avions en effet
 initialisé un projet dans ce village que nous avons
abandonné lorsque
 l’ONATEL nous a informés de l’existence d’un projet dans
la région.
 Les premières nouvelles que nous avons eues sont tout à
fait
 satisfaisantes. Alain nous a en effet informés de
l’accueil
 chaleureux qu’il a reçu de la part des responsables de
l’ONATEL et de
 leur engagement dans la préparation de ce projet.
 


 Les USA veulent la privatisation d’INTELSAT et d’INMARSAT
 Le Conseil d’INMARSAT a décidé la privatisation de cette
organisation
 internationale des télécommunications maritimes pour le 1
janvier
 1999.
 INMARSAT, qui a fêté son 1000 millième abonné début
décembre, a été
 créée en 1979 pour offrir des communications par
satellites à
 l’industrie maritime. C’est une coopérative des quelque 79
Etats
 membres. Son conseil est composé des représentants des 18
pays
 possédant les parts les plus importantes et de quelques
représentants
 de pays en développement. Comsat, la compagnie américaine
en détient
 par exemple 23% et British Telecom 8%. Cette société rend
de nombreux
 services aux pays en développement et fait parler d’elle
lors des
 courses à la voile.
 Quant à INTELSAT, c’est actuellement le plus gros
opérateur
 international par satellites. Crée en 1962, l’organisation
compte
 aujourd’hui 142 pays membres. Ses 24 satellites
transportent 50% de
 tout le trafic téléphonique international et la quasi
totalité des
 signaux de télévision transocéaniques. Sous prétexte
que cela
 bénéficierait aux clients américains, le Congrès, sous
la pression
 d’opérateurs de satellites toujours américains,
s’apprête à adopter
 des textes proposant la privatisation d’INTELSAT. Ces
textes
 contiennent des clauses qui imposent des restrictions à
l’accès du
 marché américain pour les pays qui n’ouvrent pas leur
marché et
 s’opposent à la privatisation.
 Le Porte-parole d’INTELSAT a déclaré qu’une telle
attitude donnait une
 mauvaise image des Etats-Unis et que cela pouvait porter
atteinte aux
 intérêts américains de l’autre côté de l’Atlantique.
Il semble en
 effet qu’en Europe on soit moins favorable à ces
privatisations.
 L’Europe n’est pourtant pas en reste puisqu’EUTELSAT a
engagé un
 processus de privatisation.
 Quant aux pays en développement, ils sont opposés à
cette
 privatisation, car ils craignent que qu’INMARSAT et
INTELSAT
 abandonnent les services qu’ils leur offrent, alors que ces
pays en
 sont très dépendants contrairement aux Etats-Unis, au
profit
 d’activités plus lucratives.