Warning: exec() has been disabled for security reasons in /var/www/vhosts/csdptt.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres_images_lib_mini.php on line 744 Lettre d’Avril 1998 - CSDPTT - Coopération Solidarité Développement aux PTT

Accueil > Lettres de CSDPTT > Lettres de 1998 > Lettre d’Avril 1998

Lettre d’Avril 1998

Avril

mercredi 1er avril 1998

alt="csd.gif (5510 octets)">

La Lettre d’ AVRIL 1998
No : 30

 Sommaire :
 - Editorial : Fatalité ? (en ligne)
 - GSM en Tunisie.
 - Egypte : fronde anti-privatisation au parlement.
 - Egypte : évolution rapide dans les mobiles
 - Togo : Prêt de la Banque Mondiale pour privatiser
 - Un satellite africain pour bientôt ! (en ligne)
 - Article : Nouvelles technologies d’Information et de
Communication
 en Afrique et perspectives télécommunications à horizon
2002/2003
 (aspect infrastructures) de Jean Marchal (en ligne voir
fichier
 joint).
 
 
 Editorial : Fatalité ?
 « Le détachement, l’assoupissement ont tant dominé que si nous
nous
 proposons aujourd’hui, par extraordinaire, d’enrayer quelques
 processus politique ou social, quelques piraterie
"politiquement
 correcte", c’est pour découvrir que, longuement et
minutieusement
 élaborés en amont tandis que nous somnolions, les projets que
nous
 voulons combattre se sont solidement inscrits seuls conformes aux
 seuls principes désormais en circulation ; ils paraissent donc
 enracinés, inéluctables, et souvent même fort tranquillement
installés
 dans les faits » Viviane Forrester, L’horreur Economique page
60.
 Et les télécoms ? Qui se rappelle avoir entendu parler du livre
vert
 en 1986 en Europe qui entamait le processus de libéralisation.
Lorsque
 la mobilisation s’est réellement engagé, nous nous heurtâmes
au
 fatalisme qui avait gagné les esprits.
 Le processus touche actuellement l’Afrique. On assiste au même
 phénomène. Subrepticement, tout un système se met en place qui
semble
 rendre le processus de privatisation inéluctable ; pression
politique
 doublée de celle des bailleurs de fonds, difficulté à obtenir
des
 financements si ce n’est pour les restructurations libérales,
absence
 de soutiens extérieurs pour des solutions alternatives,
conformisme
 des gouvernements et fatalisme des syndicats... D’autres voies
 existent. Des pays résistent courageusement, mais leur marge de
 manoeuvre se restreint de jour en jour. Nous aimerions pouvoir
mieux
 les soutenir.
 
Bruno Jaffré
 
 
 - Un satellite africain pour bientôt !
 En mai 1992, les pays africains décidaient de regrouper leurs
efforts
 afin de mettre à la disposition de tous les pays africains des
moyens
 de télécommunications efficaces et économiques, et de
répondre à leur
 besoin en matière de radiodiffusion sonore et télévisuelle.
 L’organisation RASCOM (Regional African Satellite Communication
 System) était née et prenait comme première décision de
fondre dans
 RASCOM tous les projets de télécommunications conçus par
différentes
 institutions africaines.
 L’objectif de RASCOM est de donner à tous les africains vivant
dans
 les zones rurales accès au téléphone à partir de 2001. Un
satellite
 devrait être lancé en orbite géostationnaire (36000 km de la
terre).
 Outre la téléphonie fixe et mobile, il alimentera 500000
cabines
 téléphoniques équipées de petites antennes et munies de
panneaux
 voltaïques permettant de fonctionner grâce à l’énergie
solaire.
 En novembre 1997, RASCOM a lancé un appel d’offres international
pour
 la constitution d’un consortium afin de concevoir, financer,
 fabriquer, lancer puis exploiter un système de communications
 spécialisé sur le continent africain. Au terme d’une concession
de 10
 ans, RASCOM serait le seul propriétaire et opérateur du
satellite.