Accueil > Nouvelles de CSDPTT > Déclaration préalable de CSDPTT remise au Président de la Réunion informelle (...)

Déclaration préalable de CSDPTT remise au Président de la Réunion informelle sur les mécanismes de mise en oeuvre du SMSI du 2 mai 2005 à Genève

mardi 7 juin 2005, par Bruno JAFFRE

Déclaration préalable de CSDPTT
remise au Président de la Réunion informelle
sur les mécanismes de mise en œuvre du SMSI
du 2 mai 2005 à Genève

 
Nous remercions le Président du Groupe
de travail du Conseil de l’UIT sur le SMSI (Council WG-WSIS) pour son invitation
à participer à cette réunion dont l’objet -le suivi
de la réalisation des objectifs du Plan d’action de Genève-
est d’une grande importance pour notre association.

CSDPTT déplore cependant qu’aucun objectif
clair et prioritaire
n’ait été assigné à
ce Plan d’action, pour être réalisé dans le cadre programmatique
et temporel du SMSI. Ainsi l’objectif prioritaire de notre organisation,
à savoir le raccordement au réseau de (télé)communication
de tout village et communauté significative dans les PeD d’ici à
la fin de 2005, n’a-t-il pas été pris en compte dans le Plan
d’action, malgré les multiples interventions et contributions de
CSDPTT sur ce sujet dès le tout début du processus, alors
qu’il a été repris par Monsieur le Secrétaire général
de l’UIT à l’issue de la Conférence mondiale sur le développement
des télécommunications en 2002 (CDMT 02). Un tel objectif
est pourtant à la fois urgent pour les populations concernées
et hautement emblématique pour les résultats du SMSI qui
affiche « le comblement du fossé numérique »
comme sa préoccupation majeure. Si nos propositions avaient été
adoptées, il aurait incombé au Sommet de Tunis d’évaluer
dans quelle mesure cet objectif aurait été atteint, et d’analyser
afin de les corriger les raisons des échecs enregistrés.
Le SMSI aurait été ainsi réellement concret, et aurait
constitué un immense espoir pour les peuples en marge du développement.

Pour ce qui concerne l’objet de cette réunion,
la lettre d’invitation stipule qu’elle « doit évaluer les
vues d’un échantillon représentatif
des parties prenantes
du SMSI sur les mécanismes de mise en œuvre (du Plan d’action) ».
Or, comme le précise un peu plus loin la lettre, « la réunion
se tient exclusivement en anglais ». De ce fait une grande partie
de la SC se trouve éliminée de la participation au débat,
ce que CSDPTT condamne vigoureusement.

S’agissant des modalités qui ont présidé
à cette réunion, CSDPTT partage les critiques de la SC concernant
les délais impartis par l’invitation ; il est en effet impossible
à la SC de débattre de la problématique complexe du
suivi du Plan d’action, d’élaborer des propositions et de choisir
ses membres qualifiés pour la représenter à une telle
réunion. En outre, dans la mesure où la SC est sollicitée
en tant que partie prenante, CSDPTT se joint à elle pour contester
vivement la sélection par le Secrétariat général
de ses membres pour participer à cette réunion. D’une
part ces procédures entachent la crédibilité des résultats
élaborés, et d’autre part elles témoignent d’une méconnaissance
par l’UIT des spécificités de la SC et des contraintes inhérentes
auxquelles ses membres doivent faire face, comme leur activité professionnelle,
leur engagement sociétal ou leurs ressources financières
limitées pour n’en citer que quelques unes.

Enfin, s’agissant du fond de la problématique
posée
, CSDPTT rappellera ses propositions présentées
dès le début du SMSI sur un indispensable recentrage de
l’UIT
sur ses fonctions essentielles que lui ont assignées ses
fondateurs, et en particulier un développement réel et équilibré
des réseaux de base des PeD, ainsi que sur l’acceptation de la
SC engagée dans le processus du SMSI
comme membre de son Secteur
de développement (éventuellement des autres Secteurs). Pour
CSDPTT cette double évolution est une condition requise pour conférer
à l’UIT la capacité d’assurer avec l’efficacité souhaitable - et la confiance indispensable de

tous ses partenaires - son rôle de coordonnateur
du suivi de la mise en œuvre du Plan d’action dans les domaines qui lui
incombent. Ainsi seulement l’UIT sera-t-elle à même de réaliser
avec ses partenaires l’objectif et la priorité majeurs du SMSI,
à savoir le comblement du fossé numérique, et apporter
sa contribution attendue par la communauté mondiale, à la
réalisation des Objectifs du Millénaire.

A Genève, le 1 mai 2005

Jean-Louis Fullsack (Délégué de
CSDPTT au SMSI
)