Accueil > Nouvelles de CSDPTT > SMSI : Réunion du 16/11/2004. Contributions de CSDPTT à l’ébauche du « Projet (...)

SMSI : Réunion du 16/11/2004. Contributions de CSDPTT à l’ébauche du « Projet de Rapport » du 12 octobre 2004, soumis aux participants

mardi 23 novembre 2004, par Bruno JAFFRE

SOMMET MONDIAL SUR LA SOCIETE DE L’INFORMATION (SMSI)

REUNION OUVERTE DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES MECANISMES FINANCIERS (TASK FORCE ON FINANCIAL MECHANISMS, TFFM)

Genève - Palais de Nations - 16 novembre 2004

Contributions de CSDPTT à l’ébauche du « Projet de Rapport » du 12 octobre 2004, soumis aux participants

1ère intervention

Monsieur le Président

La Société civile a noté une certaine précipitation et opacité dans la composition de l’équipe spécialisée, chargée de réfléchir sur les mécanismes financiers.

Deux membres du Groupe de Travail sur le Financement mis en place au sein de la Société civile sont présents à cette réunion et sont prêts à s’associer aux travaux de l’équipe spécialisée.

D’où ma question : Pouvez-vous, Monsieur le Président, nous préciser comment vous envisagez l’inclusion de représentant(s) qualifié(s) de la Société civile dans l’équipe spécialisée que vous dirigez ?

2ème intervention :

Monsieur le Président

Mon intervention porte sur deux points distincts : d’une part une proposition aux travaux du groupe de travail, et d’autre part une proposition sur la participation effective de la Société civile à la réunion de travail prévue à New York en fin du mois.

- Premier point :

Je remercie l’honorable Représentant de la Grèce pour sa proposition d’inclure dans cette deuxième phase du SMSI des apports innovants concernant la relation TIC-Développement-Financement, et les solutions à élaborer dans le cadre de celle-ci.

Comme je l’ai proposé à plusieurs reprises au cours de la première phase du SMSI, déployer les TIC dans les Pays en Développement implique obligatoirement la prise en compte des sources d’énergie pour les alimenter, vu que dans ces pays la « fracture énergétique » précède la « fracture numérique ». En effet, sans sources adéquates d’alimentation, les équipements TIC sont tout simplement inertes. Il est par conséquent gravement réducteur de se concentrer exclusivement sur les TIC comme moteur du développement. En outre, s’agissant de PeD et plus particulièrement de l’Afrique, ce sont évidemment des sources d’énergie renouvelables -en premier lieu photovoltaïques- qui doivent être prises en considération.

Je propose donc une démarche commune des instances concernées du SMSI, et tout particulièrement ce Groupe de travail, avec l’Agence des Nations unies pour la protection de l’environnement (UNEP) dont le siège est à Nairobi, afin d’élaborer une stratégie conjointe de dissémination des TIC et des sources d’énergie appropriées associées. J’ai eu l’opportunité de présenter cette proposition à Monsieur Töpfer, Administrateur de l’UNEP à Genève lors de la phase précédente du SMSI, qui en a approuvé l’opportunité avec intérêt.

En conséquence, je demande que les contacts nécessaires soient établis entre les agences des Nations Unies concernées dans le cadre des activités de ce Groupe de travail (TFFM), et que la démarche conjointe proposée soit clairement inscrite dans le Rapport qui nous est soumis au titre d’apport innovant pour la deuxième phase.

- Deuxième point :

Une réunion de votre groupe de travail (TFFM) est prévue à la fin du mois à New York. Afin de mieux prendre en compte les idées et apports de la Société civile, je propose qu’un membre de son Groupe de travail sur le financement soit convié à y participer physiquement, car on ne peut reléguer la Société civile à s’exprimer uniquement virtuellement par courriels dans un processus qui se veut participatif et efficace.

Jean-Louis Fullsack

CSDPTT - France