Accueil > Nouvelles de CSDPTT > SMSI : Réunion DU 15/11/2004. Contribution de CSDPTT au « Document final de (...)

SMSI : Réunion DU 15/11/2004. Contribution de CSDPTT au « Document final de la seconde phase du SMSI » soumis aux participants

mardi 23 novembre 2004, par Bruno JAFFRE

SMSI (Sommet Mondial de la Société de l’Information)

REUNION OUVERTE DU GROUPE DES AMIS DU PRESIDENT

Genève - Palais de Nations - 15 novembre 2004

Contribution de CSDPTT au « Document final de la seconde phase du SMSI » soumis aux participants


Monsieur le Président,

Au nom de CSDPTT je soumets deux propositions au document examiné, la première relative aux objectifs du Sommet pour combler le « fossé numérique », la deuxième relative aux formes de coopération pour les réaliser.

1.Objectifs

La réalisation des objectifs, assignés au SMSI par le Plan d’action adopté à l’issue de la phase de Genève, est pour leur plus grande part fixée en 2O15, donc à long terme. CSDPTT, qui intervient en particulier dans le raccordement de villages isolés africains au réseau de télécommunications, a demandé depuis le début du processus du SMSI que l’accès au réseau pour tout village et communauté significative des PeD, soit réalisé d’ici à 2005, soit à l’issue de ce processus. Certes le délai est court mais l’objectif correspond à un besoin urgent et indispensable. Il a d’ailleurs été repris tel quel par Monsieur le Secrétaire général de l’UIT à la Conférence mondiale sur le développement des télécommunications (CDMT) à Istanbul et je l’en remercie sincèrement. C’est en effet la première fois qu’un responsable de l’UIT assigne à la communauté internationale un objectif aussi concret dans un délai aussi court.

Je propose donc que cet objectif soit inclus dans le document qui nous est soumis, au titre de nouvel apport dans le cadre de la phase de Tunis.

2.Coopération internationale

Les formules de partenariat, telles que le partenariat public-privé (PPP) préconisé dans le chapeau politique du document soumis pour résoudre la problématique du « fossé numérique », ne sauraient constituer une réponse unique et crédible face à l’importance des enjeux réels.

Je propose en conséquence que le texte à final du document stipule expressément que la coopération multilatérale est la forme d’intervention privilégiée dans cette problématique, que les engagements de financement du développement -certes insuffisants- souscrits par les pays riches dans le « consensus de Monterrey » y soient rappelés, et les Etats signataires soient sommés de pleinement les respecter.

Je vous remercie, Monsieur le Président, de m’avoir permis de présenter à cette assemblée, ces deux propositions auxquelles CSDPTT est fondamentalement attaché.

Jean-Louis Fullsack