Warning: exec() has been disabled for security reasons in /var/www/vhosts/csdptt.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres_images_lib_mini.php on line 744 Séjour au Burkina du 11 au 26/10/2004. Visite de Sérékéni récemment muni d’un (...) - CSDPTT - Coopération Solidarité Développement aux PTT

Accueil > Focus > Projets / Réalisations > Installation de Téléphone à Serekeni - Burkina Faso (2003) > Séjour au Burkina du 11 au 26/10/2004. Visite de Sérékéni récemment muni d’un (...)

Séjour au Burkina du 11 au 26/10/2004. Visite de Sérékéni récemment muni d’un télécentre communautaire, rencontres de partenaires (SODEPTEL, ONATEL, ressortissants de Sérékéni...) et rencontres de personnalités.

lundi 15 novembre 2004, par Bruno JAFFRE

Bruno Jaffré (CSDPTT Ile de France)a séjourné au Burkina Faso du 11 au 26 octobre 2004. Il a visité Sérékéni où il a vérifié le bon fonctionnement technique du téléphone communautaire récemment installé grâce à la collaboration entre CSDPTT et l’ONATEL. Il a constaté aussi que la gestion du télécentre n’était pas réellement communautaire et s’en est entretenu au village mais aussi après de nos partenaires. Des solutions ont été envisagées avec les différents partenaires et tout devrait bientôt rentrer dans l’ordre, ceux-ci s’étant engagés à s’en occuper.

Il s’est aussi rendu dans le village de Sarama, dans la région de Tema Bokin, qui doit être bientôt connecté.

Il a par ailleurs rencontré différentes personnalités, notamment le ministre des télécommunications M. Thombiano, le Secrétaire Général de l’ONATEL M. Soungalo Traoré.

Ce séjour fut aussi l’occasion de nombreuses rencontres amicales avec : El Hadj Mousbila Sankara, Ms Moustapha Koussoubé et Jean Tiendrebeogo les animateurs de la SODEPTEL notre partenaire burkinabé dans le domaine de la téléphonie rurale, M. Sylvestre Ouedraogo, Président de Yam Pukri, M. Alfred Sawadogo Président de SOS Sahel Burkina, les ressortissants de Sérékéni, qui ont tenu à remercier vivement CSDPTT, et M. André Nyamba professeur à l’université de Ouagadougou qui a exprimé une forte motivation pour effectuer une étude sociologique avec des étudiants dans les villages récemment munis de téléphones communautaires au nombre de 5 dans ce pays.

Voir bientôt le reportage relatant ce séjour.

Messages

  • Félicitations Monsieur Jaffré, si vous avez pu vous rendre compte de l’usage réservé au téléphone dit communautaire de Sérékéni. La pertinence de ce problème m’amène, en tant qu’acteur au développement de la téléphonie rurale, à lancer un crin de coeur à nos partenaires (CSDPTT, SODEPTEL) afin de murir d’avantage les projets avant leur mise en exécution, de peur de perdre de vue l’objetctif recherché qui est de désenclaver les localités et cela dans un esprit d’union fraternelle. Il serait temps de s’appuyer toujours sur les textes qui régissent le partenariat entre les différents partenaires et surtout d’avoir une méthode d’approche plus sereine des communautés villageoises à travers des sensibilisations.
    Le cas de Sérékéni nous interpelle donc désormais à cette prise de conscience et à ces travaux préliminaires mais indispensables à la réussite de nos projets...

    Frédéric TRAORE, Technicien supérieur des télécommunications (ONATEL)de BOBO,
    responsable des travaux d’installation de la radio communautaire de Sérékéni(volet énergie).
    Tout en vous souhaitant bonne réception de ce commentaire, veuillez recevoir toute ma considération et que vive le partenariat CSDPTT-SODEPTEL-ONATEL-COMMUNAUTES VILLAGEOISES....!!!

  • Monsieur Traoré,

    Merci pour votre réaction qui permet d’approfondir certaines questions. Sachez aussi que ce compte rendu succinct va bientôt être suivi d’un reportage plus long ou j’aborderai plus à fond les questions que vous soulevez.
    Tout d’abord je n’ai fait que visité les lieux et ceux qu’il faut féliciter pour CSDPTT ce sont plutôt Alain Farges et Jean Claude Coste, les adhérents de CSDPTT qui ont réalisé le raccordement au réseau, les techniciens de l’ONATEL, dont vous pour l’énergie, les autres techniciens et pylôniers de l’ONATEL qui ont participé à ce travail. Il faut aussi saluer l’intelligence de la direction de l’opérateur qui a accepté une collaboration peu orthodoxe en acceptant de travailler en direct avec une ONG.

    Vous avez bien sur raison de nous interpeller. Malgré les quelques réunions que nous avons faites dans le village, l’appropriation collective n’est pas encore assurée. Sachez en tout cas que nous avons conscience du problème. Lors de ce séjour, j’en ai longuement discuté avec les ressortissants de Sérékéni de Ouagadougou qui m’ont promis d’envoyer une délégation sur place pour régler la question et trouver une solution. Par ailleurs, M. Nyamba ethno-sociologue de l’université de Ouagadougou doit aller étudier les effets de l’installation du téléphone dans le village et émettre des propositions.

    D’autre part, notre partenaire local, l’association SODEPTEL (Solidarité Développement dans les Postes et Télécommunications) est aussi parfaitement conscience du problème, mais cette association manque de moyens pour l’instant.

    D’un autre côté, notre rôle alors que nous sommes en France, ne peut être de résoudre tous les problèmes. Bien sur nous ne devons pas nous désintéresser des effets de notre action, mais quelque soit notre dynamisme, ce type de projet ne peut être vraiment efficace et durable que si des acteurs locaux prennent notre relais. Aussi en tant qu’acteur de la téléphonie rurale, votre action est déterminante et je ne peux que vous inciter à rejoindre la SODEPTEL pour saisir ces problèmes à bras le corps. Ce serait d’autant plus utile et efficace que vous travaillez à l’ONATEL dans la région dont dépend le téléphone de Sérékéni.

    Cordialement

    Bruno Jaffré

  • Mr Jaffre,
    J’ai brievement parcouru les articles concernant les telecentres communautaires au Burkina. Je souhaiterais savoir si ces equipements sont vendus aux Communautes ou a l’Etat par votre Association, si l’installation et la formation des usagers sont facturees par votre Association. Si ces equipements et les frais sont gratuits, quelles conditions remplir pour en beneficier.

  • Cher monsieur,
    Jusqu’ici les équipements ont été cédés gratuitement aux associations et la formation dispensée aussi gratuitemment que ce soit pour l’entretien courant aux gestionnaires des cabines que les formatiosn destinées aux techniciens de l’ONATEL.
    Il est demandé aux villageois de construire un batiment pour abriter le téléphone.
    L’ONATEL prend en charge l’alimentation solaire.
    Mais notre stock de matériel récupéré atteint ses limites et nous étudions au Burkina Faso avec notre partenaire associatif la SODEPTEL et l’opérateur nationale l’ONATEL, les modalités de passer à l’installation de matériel neuf car nous avons signé dans ce pays une convention pour l’installation de téléphones dans 100 villages.

    BONNE NOUVELLE : les villageois de Sérékéni se sont dotés récemment d’une structure communautaire de gestion.

    Au Mali, nous avons aussi des projets (le matériel doit aussi être cédé dans un premier temps) mais nos partenaires associatifs sont moins réactifs, la SOTELMA prend le temps de la réflexion, et la mise en place dure plus longtemps.

    Au Niger, nous avons des projets aussi mais ils se heurtent à la vetusté du réseau et à la crise de l’opérateur.

    Bruno Jaffré