Accueil > Nouvelles de CSDPTT > CSDPTT représenté à l’AG d’Ouvaton (2004). Compte rendu.

CSDPTT représenté à l’AG d’Ouvaton (2004). Compte rendu.

mardi 25 mai 2004, par Bruno JAFFRE

Ouvaton est une Société Anonyme qui a opté pour le statut de Coopérative de consommateurs. Son objectif est entre autre d’offrir les meilleurs services au meilleur prix. Elle est dirigée par un CA de 11 membres (10 l’an dernier), présidé par Alexis Braud. En passant de globenet à Ouvaton nos coûts d’hébergements ont pratiquement été divisés par 10.

Actuellement Ouvaton rassemble environ 2500 sociétaires, 1100 de plus que l’année passée, et héberge environ 5000 sites et 1200 listes de discussion.

La coopérative ne compte pas de salariés. Le bénévolat est actuellement évalué à 2 emplois à temps plein. Il est envisagé dès que possible un emploi à mi-temps pour la comptabilité. Les prestations techniques sont confiées à la société azuria, à qui la coopérative loue une baie avec ses propres machines dans un data center (centre où sont regroupés les différents opérateurs au réseau Internet).

Ses dépenses de fonctionnement de la coopérative se répartissent de la façon suivante :
- Environ 1/3 de location d’espace dans le data center
- 20% pour payer un commissaire aux comptes
- 20 à 30% pour l’amortissement des machines. Environ 25000 euros ont été consacrées cette année à l’achat de nouvelles machines.
- Le reste pour payer la bande passante.

Les perspectives de développement s’annoncent dans de bonnes conditions d’autant plus que, compte tenu de la structure des prix, une augmentation importante de sociétaires ne s’accompagnera pas d’une augmentation proportionnelle des charges.

La société aurait atteint l’équilibre, elle n’existe que depuis 3 ans, si elle n’avait pas eu à affronter un procès à propos de l’affaire métro-bus dont on a eu quelques échos dans la presse. Bien que Ouvaton ait gagné son procès, le juge n’a pas été jusqu’à faire supporter les frais de justice à la société Publicis, ce qui apparaît scandaleux. Il en a ainsi coûté 6000 euros à Ouvaton soit le quart du total des dépenses de l’année.

Environ 80 personnes étaient présentes à l’AG, ce qui a permis compte tenu des pouvoirs d’atteindre le quorum pour l’assemblée ordinaire. Cette AG a pris la forme d’une séance de questions réponses en direction du Président, celui-ci parlant au nom du CA. L’ambiance est assez détendue et il ne semble pas y avoir d’opposition interne ou de problèmes de personnes. Le Président semble exercer une forte autorité morale.

La matinée a été consacrée à la présentation des machines d’Ouvaton en attendant la validation des mandats puis à la discussion sur l’attitude que doit adopter la coopérative à propos de la LEN (Loi sur l’Economie Numérique).
Celle-ci en effet tend à favoriser la suppression de l’accès à certains sites par les hébergeurs et donc à limiter fortement la liberté d’expression. Elle revient à privatiser la justice puisqu’on demande aux hébergeurs de l’exercer eux-mêmes. La position d’Ouvaton consiste à dire que c’est à la justice de prendre de telles décisions :"Ouvaton ne supprimera un site que si la justice le demande".

Le CA avait donc convoqué une assemblée générale extraordinaire pour voter la dissolution ou non d’Ouvaton suite à l’adoption définitive de la LEN. Le quorum n’était pas atteint pour cette dernière mais l’essentiel de la matinée a été consacré à discuter de la LEN et de l’attitude l’Ouvaton à son égard. Mais lorsque les procédures de recours seront épuisées, la loi doit passer devant le Conseil Constitutionnel, une telle AG extraordinaire sera convoquée.

Pour l’instant Ouvaton se dit prêt à engager des fonds, la trésorerie le permet pour l’instant dans une certaine mesure, pour aller en justice jusqu’au bout quand l’occasion se présentera mais ne pourra le faire trop souvent faute de s’épuiser.

Il a été évoqué la possibilité de s’installer dans un autre pays mais cette perspective n’est pas retenue pour l’instant.
Jusqu’ici les seules plaintes reçues concernent surtout des élus des collectivités locales qui se plaignent d’attaques à leur encontre sur le web.

Pour le reste quelques critiques ont été émises sur le fonctionnement centralisé. Des progrès devraient être réalisés cette l’année. Le CA est renouvelable au tiers chaque année. Le nombre de candidats, les nouveaux se sont présentés publiquement, ne dépassaient pas le nombre de postes éligibles.

Je ne suis pas intervenu au cours de l’AG (c’est rare n’est-ce pas), mais j’ai eu une petite discussion avec le Président Alexis Braud. Nous avons échangé sur les problèmes internes à Globenet et je lui ai présenté les activités de CSDPTT.

Pour voir les documents officiels de l’AG

Bruno Jaffré