Accueil > Focus > Projets / Réalisations > Introduction d’Internet dans la commune de Sabotsy - Madagascar (...) > Des nouvelles (mauvaises) du télécentre de Sabotsy à Madagascar

Des nouvelles (mauvaises) du télécentre de Sabotsy à Madagascar

mercredi 5 mai 2004, par Bruno JAFFRE

Plusieurs contacts avaient été établis avec le maire de Sabotsy, une ville de 30000 habitants dans la banlieue de Tananarive, lors de sa visite en France et lors d’un séjour d’un membre de CSDPTT dans ce pays.

Nous avions alors décidé de travailler à un projet d’introduction de l’Internet dans la commune, qui répondrait au besoin de communication de la mairie qui exprimait un souci de transparence mais aussi qui travaillerait à la vulgarisation de l’Internet au sein de la population. Nous avions pris des c contacts avec une mairie française qui aurait pu être intéressée par ce projet.

Nous avions préparé des demandes de subventions auprès du Ministère des Affaires Etrangères et de la Fondation de France, mais ils ont tous deux été refusés. Ensuite le responsable de ce projet à subitement démissionné de notre association.

Mais heureusement Patrick Faillon de CSDPTT Nancy a pris le relais notamment grâce à une association locale SCO (Sourire et Clin d’œil) qu’il anime avec quelques amis. Ils ont profité d’un voyage de scouts pour faire parvenir 5 micro-ordinateurs.
L’installation d’un télécentre a donc pu être réalisée, et une formation dispensée sur place avec 5 microordinateurs.
Un télécentre est donc fonctionnel depuis la fin de l’été 2003. L’abonnement au fournisseur d’accès revient à 990000Fmg HT par mois pour une connexion permanente avec comme limite 8Gigaoctets de transfert et un tarif supplémentaire de 75000Fmg HT par Gigaoctet supplémentaire. Ces tarifs sont hors taxe.

Le Cybercafé est géré par une association mise en place par la aire de jeunes composée de trois personnes qui se relaient pendant la semaine. Ils sont actuellement payés par la commune à raison de 600000Fmg par mois pour le groupe en fixe et une prime de 10% sur le bénéfice réalisé.
Les usagers payent 100Fmg/mn de connexion. Le cyber café accuse un déficit chronique, la recette journalière ne dépassant pas 25000 fmg. Le déficit est donc d’environ 1400000Fmg par mois.

Des courriers commençaient à s’échanger avec les jeunes gestionnaires du centre qui décrivaient leurs difficultés et exprimaient des besoins.

Mais des élections municipales se sont déroulées et le maire qui subventionnait le télécentre a décidé de ne plus se représenter. L’avenir de ce télécentre dépend donc désormais du nouveau maire de la ville. Mais les jeunes qui géraient le télécentre ne répondent plus, et il y a tout lieu de penser qu’il ne fonctionne plus.

Messages

  • Cette initiative est très louable ces actions de la CSDPTT sont donc à encourager et même à peréniser surtout que beaucoup de populations sont en mal de ce moyen de communication. tel est le cas de la commune rurale de Mossendjo au Congo Brazzaville qui est dans ce besoin et souhaiterais avoir une connexion à l’Internet mais ignore comment s’y prendre. Vous voulez bien nous aider à avoir les adresses des fournisseurs d’accès succeptible d’intervenir avec des moyens modestes.
    Notre contact : honor_makaya@yahoo.fr
    Association Pour la Promotion de l’Information et du Savoir.

  • Mon cher Honoré

    Quel hasard que celui qui nous fait rencontrer, hélas virtuellement. Il se trouve que je connais très bien Mossendjo où j’ai passé quelques journées en 1979 à l’occasion de l’étude du réseau du Sud-Ouest du Congo comme expert de l’UIT, puis en 1983/84 comme Coordonnateur de projet UIT du Plan national de maintenance avec mes amis ingénieurs, techniciens et agents de l’ONPT.

    J’avais intégré Mossendjo dans l’artère hertzienne Loubomo (Dolisie)- Mbinda, car les entretiens très ouverts que j’avais eu avec les autorités -traditionnelles et administratives- à Mossendjo m’ont convaincu de l’importance et de la richesse de cette commune qui ne pouvait que profiter au Congo.

    J’ai appris par la suite combien le réseau du Sud-Ouest avait souffert de ce conflit intérieur que je n’aurais jamais cru possible tant j’ai gardé de bons souvenirs de mon séjour.
    Je conviens avec vous qu’il est indispensable que Mossendjo soit relié au réseau de l’ONPT par un lien qui puisse assurer une connectivité à l’Internet à un débit satisfaisant pour les applications que demandent la population concernée. Comment Mossendjo est-il desservi (s’il l’est effectivement) en télécoms et en électricité ? Y a-t-il une ligne de transport jusqu’au barrage de Moukoukoulou ?

    Je crois me souvenir qu’un IRT 1500 était installé à Mossendjo mais comme il n’y avait pas de central téléphonique il était inutilisable. Alors qu’il y avait, me semble-t-il, un central à MBinda lui aussi non utilisé ! J’avais alors proposé l’installation d’un central (en fait une unité distante du Commutateur de Loubomo/Dolisie) qui faisait de Mossendjo un noeud de communication avec MBinda et Mayoko, voire Makabana entre autres.

    Votre question me paraît donc plus que fondée et une étude dans cette zone de desserte de Mossendjo serait à mon avis plus que souhaitable. Je connais un bon nombre de vos compatriotes qui seraient bien capbles de la mener, du moins si le bon dieu les a gardés en vie !

    Une solution d’attente pourrait être un rattachement hertzien de Mossendjo sur Dolisie. Ceci est possible en quatre bonds en vue directe (j’ai encore les profils de l’étude) : Dolisie-Makabana en deux bonds existants (sont-ils encore en exploitatuion ?) et Makabana- Mossendjo en deux bonds (relais au PK 192 du Chemin de fer Dolisie-Mbinda).
    Mossendjo n’est donc pas aussi enclavé qu’on le dit et il y a (du moins il y avait) des potentiels de communication ... et économiques indéniables dans ce chef-lieu !

    Revenez donc discuter avec CSDPTT de vos idées et propositions. Nous échangerons nos "tuyaux" repectifs.
    Et n’oubliez pas : vous avez encore (du moins je l’espère) des compatriotes parfaitement compétents à l’ONPT, et CSDPTT sera toujours heureux de les aider à trouver une bonne solution.
    Bon courage et à bientôt
    Avec mes sincères souhaits et cordiales salutations aux habitants de Mossendjo.
    Jean-Louis Fullsack
    Président de CSDPTT
    jlfullsack@wanadoo.fr

  • Je suis malagache habitant à Vallet (44).
    Je soutient une école malgache avec le collège St Joseph de Vallet à Sabotsy Namehana. Je souhaite mettre un projet en place de construire une école car pour l’instant c’est une maison de location qui sert comme école. Si vous pouvez m’aider pour le montage de ce projet je vous remercie d’avance

  • grace à 5 ordinateurs que la csdptt nous a équipé par le biais de patricia fidi, j’ai pu former 450 personnes dont 22 gèrent aujourd’hui chacun un télécentre. notre prochain projet est l’installation d’un cybercafé au sein même de notre centre qui compte 350 jeunes en situation à risque mais qui se donnent à fond pour se sortir de la situation dans laquelle ils sont. merci à la csdptt pour ce qu’elle fait et continue de faire pour les populations défavorisées.
    el hadj hamidou diallo
    fendec@yahoo.fr

  • Actuellement à Sabotsy-namehana, il y a un cybercafé très sympa, convivial et accueillant.Dirigé par des jeunes conscients du besoin du village, CYBER-T ne cesse d’améliorer la qualité de service... de la vitesse de connexion à l’assistance clientèle et animation, les clients dans les riverains de Sabotsy-namehana sont desormais habitués à aller au cyber. Depuis 3 ans, nous offrons un accès wifi aux clients possedant un ordinateur portable en plus des 8 ordinateurs dans notre parc info. J’ai mis cette réaction pour informer les initiateurs du projet télécentre dans notre commune qu’ils ont pris les meilleures initiatives de créer le premier cyber du village et qu’actuellement il y a un autre cyber bien animé qui a pris le relais et que les habitants ne pouvaient plus s’en passer.Venez nous visiter !! ;=)

    Voir en ligne : Le blog de cyber-

  • Actuellement à Sabotsy-namehana, il y a un cybercafé très sympa, convivial et accueillant.Dirigé par des jeunes conscients du besoin du village, CYBER-T ne cesse d’améliorer la qualité de service... de la vitesse de connexion à l’assistance clientèle et animation, les clients dans les riverains de Sabotsy-namehana sont desormais habitués à aller au cyber. Depuis 3 ans, nous offrons un accès wifi aux clients possedant un ordinateur portable en plus des 8 ordinateurs dans notre parc info. J’ai mis cette réaction pour informer les initiateurs du projet télécentre dans notre commune qu’ils ont pris les meilleures initiatives de créer le premier cyber du village et qu’actuellement il y a un autre cyber bien animé qui a pris le relais et que les habitants ne pouvaient plus s’en passer.Venez nous visiter !! ;=)

    Voir en ligne : Le blog de cyber-T