Accueil > Focus > Projets / Réalisations > Installation de Téléphone à Serekeni - Burkina Faso (2003) > Compte rendu journalier de la mission de téléphonie rurale au Burkina en (...)

Compte rendu journalier de la mission de téléphonie rurale au Burkina en décembre 2003. Raccordement de Sérékéni et étude pour 3 villages dans la région de Bokin. Visite des villages munis de téléphones communataires dans la région de Toma

samedi 29 mai 2004, par Bruno JAFFRE


 

Mission de Jean Claude Coste et Alain Farges (CSDPTT
Rhône Alpes)

Vendredi 28-11-2003
Soirée dont se souviendra Bruno qui doit savoir
maintenant qu’il y a sur Courbevoie 2 couscous Le Datier et le Figuier……Nous
avons discuté de notre voyage et de la manière dont nous
envisagions notre mission.

Samedi 29-11
Départ à 7h30 pour Roissy, embarquement
vers 11h30.

Passage par AGADIR - MOPTI , arrivée à
OUAGA vers 20h00

Tout ce passe bien à la douane, Jean Claude raconte
au douanier qui lui demande à quoi sert son matériel que
c’est pour écouter les oiseaux……plutôt convainquant non ?

Quel comité d’accueil : La SODEPTEL, un Directeur
de l’ONATEL et des habitants de SEREKENI…..nous qui n’étions pas
sur de voir quelqu’un….

Direction l’hôtel, nous nous quittons avec rdv
le lendemain pour préparer la mission.

 Dimanche 30-11
Préparation de la mission avec Mousbila SANKARA
(Président de la SODEPTEL) et Jean Tiendrebéogo un ancien
chef de centre de BOBO. Nous rentrons à l’hôtel vers 18h00
les habitants de SEREKENI nous ont invité à prendre un verre.
En fait nous mangerons ensemble et passerons la soirée à
discuter.

Lundi 01-12
Début des "visites de courtoisies" à l’ONATEL
avec Mousbila SANKARA et Etienne PARE.

Accord pour la mise à disposition d’un chauffeur,
puis rencontre avec le responsable chargé de la convention avec
les villageois. L’ONATEL veut modifier plusieurs points et l’on voit bien
qu’elle cherche à se désengager des discussions directes
avec les villageois. Nous devrons en reparler à notre retour.

Nous rentrons au bureau d’Etienne Paré pour vérifier
le bon fonctionnement des appareils de mesure envoyés par camion.
Tout fonctionne.

Mardi 02-12
Nous devons partir dans la région de Bokin faire
des mesures avec Mousbila et Jean dans 3 villages. Lucien un pylôniste
sera du voyage.

Départ vers 11h00 la journée risque d’être
longue….120 Kms de piste dans un 4x4 plateau avec des suspensions plutôt
raides. Arrivé à Bokin Jean Claude fait son installation
et moi je me rends avec Mousbila dans les 3 villages. Partout le
même accueil très chaleureux, les mesures sont un succès
et nous repartons avec plusieurs poulets……vivants, le chauffeur va être
content.

Nous décidons que l’installation se fera sur le
local de l’IRT avec un mât et non sur le pylône de 80m distant
de 50m du local, pour faciliter la maintenance et éviter les déperditions.
Retour de nuit à notre hôtel.

Mercredi 03-12
Nous devons nous rendre dans la région de TOMA
vérifier le fonctionnement des liaisons existantes. Départ
toujours aussi tardif vers 11h00 avec Jean et le pylôniste. Nous
faisons une pose en route pour le repas au milieu des vautours qui attendent
nos restes. Arrivé vers 15h00 !!!

Changement du signaleur 2G de KOIN, vérification
de la connectique, tout est ok. Comme la dernière fois je remarque
que l’électricité du solaire sert aussi à recharger
les batteries des villageois…. Direction BIBA, entre temps Jean Claude
à découvert que le coax coté TOMA était plein
d’eau…..pas idéal pour la transmission. La liaison à toujours
du souffle, nous décidons de faire des mesures en 160Mhz. Je retrouve
l’échelle de l’année dernière et un villageois monte
sur le toit du local avec l’antenne. Les mesures sont bonnes. Jean Claude
décide de venir pour remplacer le régulateur et voir l’état
du connecteur du coax que je ne trouve pas terrible ; le chauffeur part
le chercher à TOMA.

Au bout d’une heure Jean Claude me prévient que
le chauffeur à eu un accident sans gravité mais qu’il doit
faire une déclaration à la police. Nous repartirons de BIBA
vers 11h00. Entre temps un villageois m’invite chez lui et me fait goutter
du to, pate de mil servi avec une sauce très spéciale…….
des moments comme cela ou l’on se retrouve avec la population à
discuter de tout et de rien seront pour moi inoubliables.

A quelques kilomètres de OUAGA le moteur
du 4x4 se met à chauffer….pas de chance c’est le poteau de l’accident
qui en est la cause, il nous faudra rouler doucement. Le trajet se terminera
par une crevaison…..arrivée à l’hôtel vers 2h00 du
matin.

Jeudi 04-12
Nous restons à OUAGA et en profitons pour essayer
les TERA qui seront installés à SEREKENI.

Notre 4x4 est en réparation et nous ne savons
pas quand nous partirons.

Vendredi 05-12
Levé de bonne heure mais nous ne partons que vers
15h00. Jean et deux pylônistes sont du voyage. Pas évident
à 6 dans un 4x4 plateau……

Nous arriverons à BOBO vers 19h30 ou nous rencontrons
le responsable de l’énergie Frédéric TRAORE qui nous
emmène à notre hôtel. Demain nous devons rencontrer
le Chef de Centre et une délégation de villageois de SEREKENI.

Samedi 06-12
Départ pour ORODARA après les « visites
de courtoisies » habituelles, puis MAHON. C’est là que se
situe le pylône de 80m coté réseau de la future liaison.
Jean le pylôniste s’équipe avec son harnais, s’attache le
coax à la ceinture et l’antenne sur le dos……une prière au
pied du pylône et le voilà parti pour 70m à l’extérieur
de la membrure sans aucune sécurité !!!!!!!!!!!!

Il est 14hoo et la température est plutôt
élevée, comment ne pas être admiratif devant une telle
dextérité ? Où est ce de l’inconscience ? Je pense malheureusement
que c’est le manque de moyens une fois de plus , mais quel danger !

Joseph l’autre pylôniste le rejoint pour fixer
l’antenne en suivant mes indications pour l’azimut et le site.(moi je suis
resté en bas)

Pendant ce temps Jean Claude et Frédéric
installent le coffret dans le shelter. Tout est terminé vers 16h30
nous rentrons sur ORODARA, laissons Jean s’occuper de l’hôtel et
partons faire des mesures sur un chemin en retrait de SEREKENI. Le
niveau reçu est bon avec une distance supérieure et une occultation
plus importante ; cela est de bon augure, nous sommes plutôt
soulagés.

Dimanche 7-12
Départ vers 8h45 pour SEREKENI avec Laurent Barro
que nous avions rencontré la veille. Plus d’une heure de piste toujours
aussi mauvaise. Les habitants ont tout installé, le local est prêt
à notre grande surprise, alors que nous les avions prévenus
que la liaison ne serait peut être pas possible, lors de notre mission
précédente… Même avec beaucoup de précautions
l’on voit que les villageois pensent toujours que "l’homme blanc" 
peut tout réaliser.

Nous mettons en place le mât d’une dizaine de mètres,
les mesures sont très bonnes. Vers 13h00 repas avec les villageois
qui sont très contents de voir que le téléphone sera
pour bientôt.

Nous faisons des essais l’après midi qui sont
concluants et rentrons de bonne heure à l’hôtel.

Lundi 8-12
Jean Claude et Jean le pylôniste partent pour MAHON
et moi et le reste de l’équipe pour SEREKENI. Nous n’arrivons qu’à
11hoo au village, en chemin nous sommes retardés par des camions
en panne qui se rendent ou reviennent du marché de SEREKENI. Arrivé
sur place j’entre en contact avec Jean Claude, nous testons toutes les
cartes disponibles, tout marche bien. A midi Laurent nous invite pour le
repas. Les habitants ont prévu un repas énorme : poulet,
pintade, riz sauce et plusieurs légumes… Je suis plutôt gêné
par une telle profusion de nourriture … les villageois ne sont pas très
riches et cela doit représenter beaucoup pour eux.

L’après midi se passe à tester le compteur
de taxe et à expliquer le fonctionnement à Laurent qui sera
chargé du dépannage succinct et de la tenue des comptes.
Nous fixons les haubans de fil de fer achetés le matin et rentrons
sur ORODARA. Les villageois me remettent deux sacs en cuir réalisés
au village en remerciement. Il restera l’énergie solaire à
installer par l’ONATEL et tout sera terminé.

Mardi 9-12
Nous partons d’ORODARA après avoir salué
le Chef de Centre. Je monte derrière le 4x4 jusqu’à BOBO 
avec les provisions du chauffeur et des pylônistes. Arrivés
à BOBO nous rencontrons le Chef de Centre qui nous demande d’assurer
la formation des techniciens chargés de la maintenance. Nous restons
donc Jean Claude et moi même, les autres continuant sur OUAGA, la
formation n’étant possible que le lendemain. Nous nous rendons à
la gare routière réserver le bus pour mercredi 14h00, 5 heures
de trajet prévu. Le soir repas à l’Eau Vive, restaurant
tenu par des sœurs…..avec l’avé maria pendant le dessert…..

Mercredi 10-12
Nous avons rendez-vous pour la formation vers 9h00.
Le responsable est présent ainsi que deux techniciens trans et un
énergie. Jean Claude assure ce cours, pendant ce temps j’en profite
pour confirmer le vol retour ;celui-ci est avancé de 1h00 du matin
à 14h00 l’après midi…. Le cours dure deux heures tout le
monde est très attentif aux explications.

Nous prenons le bus vers 14h00 pour OUAGA, en chemin
je passe un coup de fil à l’ambassade pour confirmer notre rendez-vous.
Arrivée à 18h30, Mousbila nous attend et nous accompagne
à notre hôtel.

Jeudi 11-12
Jour de l’indépendance du pays, donc férié.
Mousbila vient nous chercher, nous devons rencontrer Etienne PARE pour
faire le bilan de la mission.

Nous prenons un verre ensemble ainsi que le repas de
midi. L’après midi en balade nous voilà vers le palais présidentiel
dans la file d’attente de la réception du président qui reçoit
beaucoup de monde. Ne me demander pas ce que l’on fait là…..mais
je peux vous dire qu’il n’y avait que deux blancs…..au bout d’une heure
à regarder la fanfare et les militaires l’on s’en va.

Vendredi 12-12
Mousbila vient nous chercher pour le rendez-vous au PNUD.
La personne qui s’occupe du financement des missions comme la notre n’est
pas présente, mais nous laissons les informations pour un contact
futur.

Direction l’ambassade de France, nous sommes reçus
par Madame de Laforcade, conseiller commercial. Nous lui présentons
Mousbila ainsi que notre association et la mission que nous venons de faire.
Elle semble intéressée par ce que nous faisons et nous lui
demandons de financer notre prochaine mission. Nous devrons envoyer un
dossier pour Mai Juin.

Retour à l’hôtel où nous récupérons
nos affaires, direction l’aéroport pour l’enregistrement à
11h00. Décollage à 15h00, passage par Agadir arrivée
à Roissy vers 00h30.

Cette mission nous a beaucoup apporté hormis le
fait d’avoir réussi à raccorder Sérékéni,
les contacts humains ont été très enrichissants. Que
se soit Mousbila , Jean les pylonistes les techniciens les habitants tous
nous ont apporté et donné l’envie de poursuivre.

Alain FARGES avec la collaboration de Jean Claude COSTE
CSDPTT Rhône Alpes