Accueil > Nouvelles de CSDPTT > Compte rendu de l’AG de CSDPTT (7 et 8 mai 2004)

Compte rendu de l’AG de CSDPTT (7 et 8 mai 2004)

mardi 18 mai 2004, par Bruno JAFFRE

L’AG 2004 de CSDPTT s’est déroulé les 7 et 8 mai à Lyon. Les participants étaient 18, en provenance de la région parisienne, de Lyon, de Nice, de Strasbourg, des Alpes et du sud-ouest (Toulouse et Bayonne)
CSDPTT compte 55 adhérents, de nombreuses adhésions compensant les démissions d’adhérents isolés n’arrivant pas à s’intégrer à l’activité. La lettre de CSDPTT compte 33 abonnés (hors adhérents), ce qui demeure nettement insuffisant. CSDPTT ne bénéficie plus depuis de nombreuses années de subventions du ministère des affaires étrangères. Elle se finance sur fonds propres mais grâce à l’aide d’autres ONGs et à la collaboration sur le terrain des opérateurs publics, la SOTELMA au Mali et l’ONATEL au Burkina.

Le vendredi 7 après-midi deux groupes de discussion ont été formés, un autour de la téléphonie rurale et l’autre autour des TIC (technologies de l’information et de la communication). Les deux groupes ont discuté des projets en cours et à venir de CSDPTT dans ces domaines, ainsi que du rôle de CSDPTT dans le futur.
Le samedi 8 l’assemblée générale a pris connaissance des résultats de ces discussions et en a débattu les points principaux :
- Limites de l’intervention des adhérents de CSDPTT en mission : choses à faire et ne pas faire
- Comment faire respecter les conventions signées par les partenaires locaux.

Ces deux derniers points ont donné lieu à d’intenses discussions durant toute la matinée permettant de tirer les leçons de notre expérience déjà riche dans le domaine de projets de téléphonie rurale. La collaboration avec les opérateurs publics n’est pas chose facile et outre l’intervention d’associations de salariés de ces opérateurs, des partenariats avec des ONGs expérimentés s’avèrent nécessaire, pour représenter les intérêts des populations mais aussi pour prendre en compte le développement intégré dont elles ont porteuses. Par ailleurs, l’objectif est de notre association doit se situer à l’opposé de la perpétuation de la dépendance.

Aussi notre rôle consiste à former si nécessaire en participant aux premières installations, à mettre en place des procédures de coopération entre les différents partenaires, villageois compris, puis à se désengager tout en préparant la généralisation de connexions de villages en zone rurale. Ainsi au Mali et au Burkina Faso, où nous intervenons depuis plusieurs années, nous allons tente de passer à des projets de grand ampleur dans lesquels nous devrions assumer moins de responsabilité, jouant plutôt de le rôle d’aiguillon et de mise en relation, tout en apportant notre expertise technique si nécessaire en particulier sur le matériel plus récent. Parallèlement, il est prévu d’initier des interventions au Bénin et au Niger.

- Projets présentés dans le compte-rendu d’activités, en particulier a été évoquée une collaboration entre CSDPTT et l’association Tanima 2000 active dans l’indépendance alimentaire de groupements de femmes au Mali, et la possibilité d’expérimenter l’installation d’un ordinateur à côté de quelques uns des prochains téléphones pour permettre une connexion internent orientée surtout à l’envoi/réception de courriel.

Dans le domaine des NTICs, le contour des projets dans lesquels devraient s’investir CSDPTT n’est pas entièrement dessiné. Nous allons pouvoir bénéficier grâce à de nouveaux adhérents de nouvelles compétences en matière de logiciel libre qui nous permettra de mieux prendre en compte cette problématique. Outre des expériences en zone rurale, et les formations comme celles que nous avons déjà dispensées, une piste pourrait être la création de centre de ressources pour soutenir la société civile.

- Présence de CSDPTT dans la suite de la préparation du Sommet Mondial de la Société de l’Information de Tunis en 2005 : Jean-Louis Fullsack a fait un bilan de sa participation aux phases précédentes en constatant entre autre l’importance de CSDPTT dans l’aide à la prise de conscience de la part de la société civile africaine. Il a été décidé de continuer à suivre le SMSI. CSDPTT ne participera cependant pas à la PREPCOM prévue à Tunis en juin mais le sera à celles prévues à Genève
Trois nouveaux adhérents étaient présents et ont fait part à l’assemblée de leur ressenti par rapport à l’association et ses activités.

Des listes de discussion internes différenciées par thème vont être créées, afin de faciliter le travail des adhérents. Le site Internet donne désormais la possibilité de publier des articles aux adhérents qui le souhaitent. Il doit aussi évoluer pour servir aussi comme outil de travail interne notamment pour le suivi des projets.

Le budget 2004 a été voté et le CA reconduit. La présence de femmes au CA est souhaitée et les adhérentes qui veulent en faire partie sont invitées à augmenter leur niveau d’implication.