Accueil > Focus > Documents > Une petite histoire du téléphone à Markoye - Burkina Faso

Une petite histoire du téléphone à Markoye - Burkina Faso

samedi 29 novembre 2003, par Alain

Julien LILTI est un des fondateurs de l’association CAMERAS (Centre Audiovisuel et Multimédia d’Education Rurale et d’Animation du Sahel), dont l’objet est à Markoye, dans le Sahel burkinabé, de créer un lieu de sociabilité et de culture pour les jeunes (documentation, ciné-club, débats), dans une région qui en est dépourvue.

plus d’infos


Table des Matières

Introduction
- Problématique
- La socio-anthropologie comme approche
- Choix du terrain et éléments d’autoscopie
- Déroulement de l’enquête et difficultés rencontrées
- Présentation du plan

Première partie : le téléphone a markoye, une innovation technologique et ses enjeux

I)markoye, une ville d’échange au sein d’une zone enclavée.

I.1. L’Oudalan, province enclavée au nord du Burkina Faso

- le Burkina Faso
- l’Oudalan
- le poids de la désertification et de l’exode rural

I.2. Markoye, centre névralgique de toute une région

- présentation de la ville
- une zone d’échange
- une organisation complexe

I.3. Markoye et son marché, lieu d’une circulation intense de l’information

- « une véritable intégration par le bas »
- le rôle primordial des acteurs de l’échange
- quels enjeux pour le téléphone ?

II)le téléphone à markoye

- II.1. Une petite histoire du téléphone à Markoye : des enjeux multiples

- un enjeu stratégique
- le développement des lignes domestiques
- le téléphone privé, un enjeu de pouvoir

II.2. Le développement des télécentres privés
- définition
- l’ouverture des télécentres à Markoye
- l’impact local des télécentres

II.3. Le téléphone : l’éclosion d’une véritable innovation
- le prix, obstacle à une adhésion de la majorité ?
- le rôle des exploitants
- des motifs culturels et sociaux à l’appropriation populaire

Deuxième partie : le telephone a tokabangou, pour une pour une approche economique et culturelle

I)tokabangou, un village sahélien " traditionnel " ?

I.1. Un village typique du Sahel burkinabè

- présentation du village et préalable méthodologique
- l’organisation économique et sociale « traditionnelle »
- l’importance de l’oralité

I.2. La réalité du changement social
- une organisation économique et sociale en mouvement
- les porteurs sociaux du changement

II) le telephone entre représentations et usages

II.1. Représentations
- les besoins
- les « lumières » de la modernité
- « la parole du téléphone » : la question de l’oralité

II.2. Usages
- « le coup de fil d’Illiassoum »
- une sociabilité essentiellement économique
- des modifications sociales médiatisées par le téléphone

conclusion

"Une Petite Histoire du téléphone à Markoye :
des enjeux multiples"
Mémoire de maitrise de Julien LILTI (2000)

introduction

"La moitié de l’humanité n’a jamais passé un coup de téléphone."
Thabo Mbeki, président de la république sud-africaine.

- Problématique

Dans le contexte de globalisation économique et de déréglementation
du secteur des télécommunications, beaucoup d’interrogations, de débats et
d’espoirs accompagnent aujourd’hui le développement mondial des technologies
de la communication et de l’information. Les questions se posent en général
en termes économiques, techniques ou politiques. On s’attarde moins souvent
sur les nouvelles manières de communiquer que, par définition, la technologie
autorise désormais.

 Cette démarche semble pourtant intéressante, appliquée,
notamment, aux pays en voie de développement, espaces sociaux et culturels
différents des nôtres, impliquant des usages particuliers des outils de communication.
Elle ouvre la porte sur un champ d’investigation dont le souci est de replacer
les avancées technologiques dans le contexte de leur application, de comprendre
dans quels cadres culturels et mentaux s’enracinent les représentations qu’un
groupe se fait des divers moyens de communication dont il dispose.

Il est difficile de faire l’économie de telles questions si l’on souhaite
comprendre comment et à quelles fins des groupes particuliers utilisent tant
la téléphonie (fixe ou mobile) que l’Internet, alors qu’ils évoluent dans
des contextes culturels, sociaux, économiques ou de civilisation différents,
si l’on souhaite savoir, enfin, comment les nouvelles technologies de communication
peuvent réellement servir au développement de l’Afrique ?

Car, derrière cette question banale, mais peu traitée jusqu’à maintenant,
se noue aujourd’hui un débat essentiel qui embrasse l’ensemble de la réflexion
socio-économique sur le développement. A ceux qui auraient tendance à voir
dans les nouvelles technologies de communication une solution universelle
pour le développement des pays pauvres, entretenant ainsi une certaine mythologie
de la technologie toute puissante, moteur du changement social et économique,
s’opposent les tenants d’un relatif scepticisme qui stigmatisent notamment
l’important retard en équipement et en éducation des pays de l’Afrique subsaharienne,
le manque d’une réelle volonté politique tant locale qu’internationale pour
y remédier et la frilosité des grandes firmes mondiales à investir.

 Ce débat, passionnant au demeurant, nous semble particulièrement intéressant
pour le hiatus qu’il révèle, ouvrant la porte sur un champ d’investigation
socio-anthropologique considérable où nous chercherions notamment à comprendre
dans leur complexité les phénomènes d’appropriation (ou de refus) d’une nouvelle
technologie par une population.

- La socio-anthropologie comme approche

« Toute société peut être vue sous deux aspects en apparence
opposés. Selon que l’on considère ses invariants, ses facteurs de maintien,
sa continuité ou, à l’inverse, ses forces de transformation, ses changements
structurels, il est possible d’en construire des images fort différentes,
et, pour une part, infidèles. Ces deux manières d’envisager la réalité sociale
conduisent, dans leurs expressions extrêmes, à considérer principalement les
processus qui déterminent sa modification et provoquent, à terme, une révolution
ou une mutation. L’histoire de la pensée sociale révèle ce long affrontement
de ces deux interprétations, le débat inachevé des « conservateurs »
et des « radicaux ». En fait, les deux démarches sont justifiables,
à des degrés inégaux ; la plus conservatrice se fonde, en dernier recours,
sur l’observation que toutes les sociétés - même les plus ouvertes aux changements
rapides et cumulés - manifestent une certaine continuité ; tout ne change
pas, et ce qui change ne se modifie pas en « bloc ». C’est à un
dépassement dialectique des deux modes de lecture de la société qu’il importe
de parvenir ; homologue, au plan de la théorie, de celui qui opère au
sein des systèmes sociaux et que G.Gurvitch considérait sous la forme d’une
dialectique permanente entre tradition et révolution . » title=""> [1]

L’Afrique se situe, selon une vision globale et occidentale, aux marges d’un
système mondialisé et mondialisant, à la queue du peloton dans tous les domaines
liés à l’économie comptable. Cependant, à l’échelle du continent, une approche
quantitative fait apparaître des situations beaucoup plus contrastées reflétant
le phénomène d’une "modernisation paradoxale" où l’hétérogénéité
des territoires et des sociétés est extrême et où l’économie dite "informelle"
domine, mettant en question le rôle de l’Etat dans la gestion des territoires.

 La « télédensité » est globalement faible mais certains pays sont
bien équipés en téléphones publics. Le téléphone cellulaire connaît un développement
inattendu, sa mobilité est un atout. particulièrement précieux là où les réseaux
filaires sont obsolètes. Internet est l’objet d’un véritable engouement ;
quasiment tous les pays sont branchés et la progression des services est la
plus forte jamais connue pour aucune autre activité économique sur ce continent.
Paradoxalement, pour des outils aussi médiatiques, on connaît très mal leurs
usages.

Il faut d’abord savoir interpréter les chiffres mais sans une bonne connaissance
des réalités du terrain, les interprétations les plus multiples sont permises.
Or, les chiffres sont en eux-mêmes un enjeu considérable : loin d’être
anodins, ils servent à forger les opinions, à identifier les forces et les
faiblesses, à orienter les choix et les investissements, à prévoir les évolutions.

Par exemple, l’Afrique se distingue par un niveau moyen du trafic international
sortant, parmi les plus élevés du monde (75 mn par an et par abonné en France,
200 en Afrique) avec de profondes disparités. Ce phénomène peut être interprété
de différentes manières. Il peut signifier l’importance de la demande non
satisfaite, la rareté des lignes rendant leur utilisation plus intense, ou
bien le choix d’équiper une clientèle solvable qui téléphone davantage à l’extérieur,
comme des organismes internationaux ; mais il exprime sûrement, aussi,
l’importance des migrations internationales et l’ouverture des économies.
Il est malaisé de déterminer lesquels de ces facteurs sont prépondérants name="_ftnref2" title="test"> [2] .

Décidé à « enquêter sur le terrain », il est alors indispensable
de réfléchir à une démarche pertinente par rapport aux propriétés même de
notre sujet. La convergence des diverses traditions de l’ethnologie française
a produit une approche des sociétés africaines centrée principalement sur
une trilogie « société-culture-ethnie ». Les cultures africaines
ont été dotées implicitement de trois grandes caractéristiques : elles
seraient homogènes, elles résisteraient à l’histoire, elles constitueraient
des univers autonomes. L’importance des diversités internes, des transformations
socioculturelles, et des contraintes externes ont eu tendance à être minimiser.

La socio-anthropologie offre une problématique qui tranche nettement avec
l’ethnologie classique, par son « approche globalisante » title=""> [3] et son souci de prendre
en compte la complexité du social et la multitude des rationalités. Elle revendique,
dans ce but, une approche locale où l’accent serait mis sur les acteurs sociaux
ou les groupes d’acteurs sociaux, leurs stratégies, leurs enjeux et sur la
marge de manœuvre dont disposent les individus et les groupes à l’intérieur
des ensembles de contraintes définis par les structures. De plus elle n’exclut
pas une démarche diachronique et permet la description des dispositifs sociaux
ambivalents qui s’intercalent entre l’acteur et les ordres établis.

Ainsi, apparaît la pertinence de la démarche socio-anthropologique par rapport
à notre question de départ. Elle tient aux propriétés même de notre sujet
qui se situe aux points de convergence entre « communauté locale »
et « globalité », entre niveaux macro et micro, entre logiques d’actions
et contraintes, entre tradition et modernité.

- Choix du terrain et éléments d’autoscopie

« Et la lutte contre le sous-développement africain n’offre-t-elle
pas en fait l’occasion de comportements, de démonstrations, de postures, d’engagements,
d’analyses aux travers desquels se manifeste et s’exaspère le rapport fantasmatique
de l’homme blanc au continent noir. (...) Ceux qui revendiquent ainsi la sincérité
de l’activisme humanitaire ou le sérieux pluridisciplinaire de l’expertise
sont-ils vraiment dégagés des imageries conventionnelles ? » href="#_ftn4" name="_ftnref4" title=""> [4]

On peut éventuellement s’interroger sur les motivations qui pousse un étudiant
de sociologie à partir en Afrique dans le cadre d’un mémoire de maîtrise.
C’est en effet aller chercher bien loin cet « autre », sur lequel
il doit aiguiser son œil de chercheur, quand la société française contemporaine
sécrète tant de groupes sociaux offrant d’intéressantes perspectives d’enquête.
C’est exposer l’apprenti sociologue à des difficultés supplémentaires. Mais
c’est aussi exposer l’homme jeune à d’édifiantes interrogations. Et c’est
peut-être cette quête de sens et de construction personnelle qui constitue
la réponse la plus sincère à la question : « Qu’êtes vous donc allé
chercher en Afrique » ?

Réponse sincère mais incomplète à une question, qui derrière une apparente
banalité est riche d’interrogations sous-jacentes. En effet, n’est-il pas
un peu présomptueux et anachronique, pour un jeune homme blanc d’aller « faire
l’ethnologue » en Afrique ? Les universités africaines ne forment-elles
pas d’excellents chercheurs, susceptibles par leurs qualités et leur appartenance
culturelle à réaliser des travaux bien plus significatifs ? Soit, mais
avons-nous une autre prétention pour ce travail que celle d’enrichir l’homme
et le sociologue qui l’ont réalisé ? Si, d’ailleurs, ce mémoire pouvait apporter
une once de connaissance supplémentaire sur un sujet peu traiter jusqu’alors,
le mérite en reviendrait, avant tout, aux enseignants, aux étudiants et à
tous les autres interlocuteurs que nous avons eu sur place et qui par leur
disponibilité intellectuelle, ont fait avancer nos idées.

On pourrait encore nous poser bien des questions ; sur la représentation
que nous nous faisons de nous-même et des « autres » : les « Africains »
ou sur d’éventuels fascinations, « à priori » ou préjugés. Nous
n’en écartons aucunes tant ce travail autoscopique nous est indispensable
mais l’est aussi pour le lecteur. Cependant il nous semble aussi utile de
présenter un peu plus concrètement le parcours dont ce mémoire constitue,
pour l’instant, l’aboutissement.

Notre premier voyage en Afrique Subsaharienne remonte à 1998. Dans le cadre
d’un chantier de solidarité de deux mois dans le Sahel burkinabè, dans un
village de l’Oudalan : Tokabangou (cf. carte en annexe),
nous avions pu nous familiariser avec ce pays et établir un grand nombre de
contacts. Au retour, notre intérêt et notre curiosité pour l’Afrique, toujours
vifs, se doublèrent d’engagements plus concrets, dans des associations d’entraide
notamment. Ce voyage laissa, surtout, en nous un goût d’inachevé et le profond
désir de revenir, plus longtemps et seul. Peu à peu, le projet d’un voyage
d’étude dans le cadre de la maîtrise s’imposa à nous.

A ce titre, il est important de souligner le rôle décisif qu’a joué M.Sibiri
Badoun, le directeur d’une ONG burkinabèe, Opération Oasis Sahéliens. Ce docteur
en géographie travaille depuis maintenant prés de quinze ans dans le Sahel.
En collaboration avec les agriculteurs, il combat la désertification par diverses
actions comme le développement du maraîchage, le reboisement, la formation
de groupements villageois, la construction de dispensaires ou encore la création
de « brigades vertes » destinées à l’assainissement des villages
et créatrices d’emplois. Sa proposition de le suivre dans son travail pendant
une durée qu’il me laissait libre de définir me décida définitivement à partir
et à choisir, comme terrain d’enquête, le nord du Burkina et plus précisément
la zone de Markoye et de Tokabangou (cf. carte en annexe).

Le choix, comme objet d’étude, du téléphone en milieu rural s’est fait moins
directement. C’est, tout d’abord, la réalisation d’une enquête et d’un dossier
sur la question des télécommunications entre des étudiants burkinabès à Paris
et leurs familles au pays qui nous fit nous pencher sur ce sujet. La question
des télécommunications dans un contexte de reconstruction à distance des réseaux
traditionnels nous apparut alors comme une perspective d’enquête riche en
problématiques.

Le choix d’enquêter sur le « téléphone en milieu rural » était,
selon nous, le plus pertinent. En effet, à l’heure où l’internet se banalise
en occident, l’actualité des télécoms en Afrique correspond encore principalement
au développement du téléphone.

Enfin, il nous semblait qu’une enquête de terrain en zone rurale, relativement
enclavée qui plus est, présentait des intérêts méthodologiques. Notre enquête
de terrain s’est, en effet, divisé entre Markoye, une ville d’échange, véritable
carrefour régional et équipée en téléphone et Tokabangou, un village d’agriculteurs,
dépendant de Markoye sur de nombreux points, notamment l’accès aux télécommunications.
C’était selon nous, un moyen de rendre compte de la cohérence globale du milieu
où s’est déroulée notre enquête et d’appréhender notre sujet sous deux angles
complémentaires.

- Déroulement de l’enquête et difficultés rencontrées

« C’est à partir de l’écoute de l’objet et sous les
angles les plus variés que devrait pouvoir apparaître une lecture possible
et significative de la nature des pratiques et des significations qu’elles
suscitent. » title=""> [5]

Nous avons séjourné plus de trois mois dans la zone de Markoye. Le déroulement
de notre enquête a été largement facilité par notre connaissance antérieure
des lieux et des gens, surtout à Tokabangou où nous avions conservé des amitiés.
Hors de Tokabangou, le fait d’être associé à l’ONG, Opération Oasis Sahéliens
(O.O.S.) et à son directeur fut le moyen d’une découverte approfondie de la
région. Ce fut l’occasion de nombreuses rencontres à différents niveaux spatiaux
et sociaux, du préfet au berger.

A Markoye, notre enquête fut basée tout d’abord sur une observation distancée
mais approfondie et sur des entretiens libres. L’éclairage apporté par M.Badoun,
le directeur d’O.O.S., aux travers d’entretiens semi-directifs (cf. transcription
en annexe) fut une source complémentaire d’information.

La communication fut bien sûr un problème, surtout à Tokabangou, car si le
français est une langue couramment parlée, elle ne l’est pas par tous, notamment
les femmes et les vieillards. Le fait d’apprendre la langue locale, le Songhaï,
même imparfaitement, fut très souvent un moyen de se rapprocher des gens,
de s’imposer à eux en douceur, de les mettre en confiance, en plus de leur
offrir un divertissement comique.

Cependant, même avec ce média supplémentaire, les conversations, les « entretiens
informels », que nous avons pu avoir l’ont toujours été en français et
donc avec des individus relativement instruits et souvent « demandeurs »
d’un échange avec nous. C’est pourquoi, par une petite enquête menée à Tokabangou
sous forme d’un questionnaire sur le téléphone, nous avons parallèlement aux
entretiens, essayé de prendre en compte un ensemble plus large d’individus. 

Conscient que toute recherche de terrain est une interaction entre le chercheur
et la population, nous avons eu comme souci constant de minimiser ou du moins
de contrôler les biais personnels et subjectifs que pouvait induire notre
présence. Il nous a semblé que résidait en ce point, l’une des difficultés
majeures de notre enquête.

Enfin, au moment d’écrire ce mémoire, deux questions essentiels se posent
à nous : Comment articuler les niveaux « macro/structures »
et « micro/stratégies sociales » ? Comment se représenter les
interactions entre les systèmes de contraintes et les processus d’adaptation,
d’innovation, de résistance ?

- Présentation du plan

Si notre plan se divise en deux parties, recouvrant respectivement les deux
temps de notre enquête, Markoye et Tokabangou, c’est autant par souci de pertinence
que de clarté. En effet, ces deux terrains qui présentent un certain nombre
de similitudes, offrent à nos yeux deux aspects symétriques d’un même sujet :
l’usage du téléphone dans cette zone rurale.

Dans une première partie, nous essaierons de décrire
la ville de Markoye, centre névralgique de toute une zone enclavée, et de
donner un aperçu des modes de circulation de l’information. A partir de là,
dans une perspective diachronique, nous chercherons à comprendre les différents
enjeux que véhicule le téléphone et en quoi il peut constituer une véritable
innovation.

La seconde partie, centrée sur Tokabangou, nous
permettra d’approfondir la question des motifs culturels et sociaux, des représentations,
des usages, des stratégies et des enjeux qui accompagnent le développement
du téléphone, dans le cadre d’une communauté rurale traditionnelle.

Première partie :

le téléphone a markoye, une innovation technologique et ses enjeux

I)markoye, une ville d’échange au sein d’une zone enclavée.

I.1. L’Oudalan, province enclavée au nord du Burkina Faso 

- le Burkina Faso

Le Burkina Faso est un pays d’Afrique de l’Ouest enclavé dans la « bande
soudano-sahélienne » et dans la boucle du Niger, mais qui ne bénéficie
d’aucun débouché, ni sur la mer, ni sur le fleuve. Il est classé par le PNUD
(Programme des Nations Unies pour le développement) parmi les trois pays les
plus pauvres de la planète.

Pour une superficie de 275 000 km2 (exactement la moitié de la
France), le Burkina Faso compte environ onze millions d’habitants (trois millions
de burkinabés vivent à l’étranger, notamment en Côte-d’Ivoire et au Ghana)
répartis en soixante ethnies. 50% de la population a moins de 15 ans, la mortalité
infantile s’élève à 15°/°° et l’espérance de vie est de 47 ans.
On y parle une quarantaine de langues mais la seule langue officielle est
le français. La population est rurale à 90% et on ne compte que deux grandes
villes : Ouagadougou, la capitale politique, et Bobo-Dioulasso, la capitale
économique située sur l’axe d’échange avec la Côte-d’Ivoire. L’essentiel de
l’activité du pays est donc l’agriculture (mil, maïs, riz, arachides) et l’élevage.

Comme les autres anciennes colonies de l’Afrique Occidentale Française, la
Haute-Volta accéda à l’indépendance en 1960 et ce n’est qu’en 1984 qu’elle
prit le nom de Burkina Faso signifiant « pays des hommes intègres ».

- l’Oudalan

L’Oudalan, province dont Markoye est un des départements, est aujourd’hui
peuplé majoritairement de Peul, pasteurs nomades spécialisés dans l’élevage
des bovins. Mais la province est foncièrement de culture Tamashek et Songhaï.

Les Tamashek, plutôt qu’une ethnie, sont un ensemble social regroupant les
différents groupes sociaux endogamiques d’un ancien peuple du désert, des
nobles Touareg aux anciens esclaves affranchis Bellah et aux forgerons Gargassa.
Oudalan est d’ailleurs le nom d’une ethnie Tamashek qui dominait la région
au XIXe siècle.

Les Songhaï sont des agriculteurs sédentaires peuplant les rives de tout
le Moyen Niger. Premiers Noirs islamisés, ils ont fondé au XIVe
siècle l’empire le plus vaste et le plus puissant qu’ait connu l’Afrique de
l’Ouest. Le Burkina ne compte que 11 villages Songhaï dont Tokabangou.

L’Oudalan est une province essentiellement agricole (culture du mil et élevage)
mais le travail artisanal de l’or reste une activité d’appoint très répandue.
Conséquences des rudes conditions climatiques et des politiques agricoles
désastreuses appliquées depuis les années 1970, les mauvaises récoltes y sont
fréquentes, comme dans tout le Sahel.

- le poids de la désertification et de l’exode rural

Les problèmes rencontrés par la population sont de tous ordres : désertification
rapide, assèchement des puits, mauvais accès à l’école et aux soins, malnutrition,
exode rural, etc. L’Oudalan représente ainsi pour beaucoup de Burkinabès une
sorte de zone dépourvue du minimum et proprement invivable. Pour les fonctionnaires,
par exemple, être muté dans le Sahel représente une véritable punition.

Les paysans sont occupés par la culture du mil durant les trois mois d’hivernage.
En saison sèche, aucune perspective d’activité ne s’offre à eux, c’est pourquoi
la majorité des hommes partent dès la fin des récoltes, à la mi-octobre
 ; pour gagner l’argent nécessaire à la famille, fût-ce loin du village. Les
femmes ont une place bien définie dans les villages ; la société leur assigne
un rôle domestique qu’elles peuvent remplir en toute saison : piler le mil,
élever les enfants, laver le linge et assurer un peu de maraîchage tant que
les puits ne sont pas taris, en général d’octobre à mars. La période dite
de « soudure » à la fin de la saison sèche, est comprise entre le
moment où les réserves en mil de la famille sont épuisées et la prochaine
récolte, au mois d’octobre suivant. En une génération, sa durée a doublé.
Dans les familles villageoises les plus défavorisées, la soudure commence
parfois dès le mois de janvier. Ces familles sont très vite incapables d’acheter
leur millet (petit mil) quotidien, alors elles achètent quand elles peuvent
du sorgho (gros mil), moins cher mais aux moindres qualités nutritives, et
elles réduisent dramatiquement la fréquence des repas, rendant les famines
annuelles et la malnutrition permanente.

L’exode rural massif qui frappe le Sahel est un phénomène considérable et
ses conséquences se perçoivent à des niveaux multiples. L’émigration des jeunes,
qui représentent l’essentiel de la force de travail, est un facteur corrélatif
de la désertification. Pour reboiser et cultiver la terre, il faut en effet
des bras et des bonnes volontés. L’émigration pose également de lourds problèmes
sanitaires puisque des hommes en reviennent parfois avec le virus du VIH.

Son impact sociologique et économique est considérable à tel point qu’il
n’est pas abusif de dire que la majorité des villages du Sahel burkinabè
survivent grâce à la « la rente migratoire » [6] . La migration tient, en premier lieu,
aux impératifs économiques mais a aussi une forte vocation initiatique profondément
inscrite dans la culture locale. Parfois, quand ils sont allés au collège,
les migrants se rendent en ville pour occuper des postes de fonctionnaires
ou d’employés, mais dans l’écrasante majorité des cas, ils partent exercer
de menus travaux à Ouagadougou, Bobo-Dioulasso ou dans les bas quartiers d’Abidjan
et autres métropoles côtières. La migration se fait parfois sur des périodes
de plusieurs années vers le Gabon, le Cameroun, et parfois, mais plus rarement,
vers l’Europe ou l’Amérique.

I.2. Markoye, centre névralgique de toute une région

- présentation de la ville

 Markoye est une ville de 9000 habitants, à 420 km de Ouagadougou. On y accède
après une à trois journées de route, selon l’état des pistes et la hauteur
des rivières à traverser. C’est un véritable creuset des populations de la
région : Songhaï, Touareg, Bella, Peul mais aussi des commerçants Haoussa
y cohabitent. La vieille ville se divise en quartiers qui recouvrent cette
diversité ethnique, construits en étoile autour de la place centrale de la
ville où se concentrent le marché, le marché au bétail, les commerces, la
gare routière, l’ancienne préfecture et les télécentres. La zone lotie, de
construction récente, se situe le long de la route principale, au sud de la
ville, on y trouve les postes de police et de gendarmerie, la nouvelle préfecture,
le collège, l’abattoir moderne, la banque de céréale mais, pour l’instant,
très peu d’habitations si ce n’est celles de quelques fonctionnaires.

- une ville et son « territoire »

La ville de Markoye donne son nom au département dont elle est la préfecture, 
et joue un rôle capital pour les villages environnants tant burkinabès que
nigériens et ce dans un périmètre d’au moins vingt kilomètres. Markoye, au
sein de l’Oudalan, se caractérise en effet comme une zone frontalière et enclavée
par rapport à Ouagadougou ou Niamey mais où se réalise une part très importante
des échanges de la région.

Les zones frontalières du Burkina avec le Mali et le Niger comptent un grand
nombre de marchés plus ou moins importants et durables dont celui de Markoye,
qui fonctionne toute l’année. C’est un marché hebdomadaire rural parmi les
plus importants du Sahel Burkinabè avec celui de Gorom-Gorom et celui de Dori.
Il a lieu le lundi mais son activité s’étend en fait du dimanche au mardi.
Son expansion tient à sa situation géographique à l’extrémité de la route
nationale (en latérite) venant du Sud du Burkina, à la conjonction des pistes
venant du Mali et du Niger et à la rencontre de deux zones écologiques, le
Sahel et le Sahara. Il a tendance à se développer et a de plus en plus de
résonance au niveau régional.

- une zone d’échange

Alors que la population de Markoye est de 9000 personnes, on estime à 15000
la fréquentation du marché le lundi. C’est un lieu de rupture de charge pour
les camions venant du Sud, entre 10 et 20 gros camions et plus de 60 « bachées »
par semaine, qui y déposent leurs marchandises, reprises par des transports
partant principalement vers Gao au Mali. Les marchandises sont acheminées
par toutes sortes de moyens ; camions, camionnettes, cars, à bicyclette,
à pied mais surtout en « 404 bâchées » ou « taxis-brousse »
très utilisés par les commerçants. C’est un marché à la fois local pour les
populations environnantes, régional pour les produits de tout le Sahel burkinabè,
bétail, poisson séché, mil, sel, mais aussi international pour des produits
agricoles exportés du Burkina et pour les produits manufacturés venus du Ghana
ou de Côte d’Ivoire, principalement les cigarettes transportées clandestinement
vers les pays du Maghreb.

- une organisation complexe

L’organisation des transactions est complexe, il existe toute une hiérarchie
sociale entre les premiers arrivés et les autres et avec les habitants qui
ne sont pas des commerçants mais qui disposent de droits sur le sol. Le commerce
se fait à partir des « syndicats », plates-formes de rupture de
charge où se rencontrent l’offre et la demande sous l’égide de courtiers,
des négociants en gros, propriétaires de « cahutes » (lieux de stockage)
et propriétaires de boutiques en dur. Ils sont une dizaine qui maîtriseraient
à eux seuls 50 % des flux. Les relations sociales et les relations d’affaire
sont imbriquées, plusieurs ethnies se côtoient : Peuls, Touaregs, Maures,
Songhaï, Haoussas de plus en plus nombreux. Les cours des produits s’établissent
et circulent de manière discrète par « le bouche à oreille ». Des
femmes mènent aussi une part conséquente de l’activité, elles vont vendre
des produits locaux à Ouagadougou, elles prennent les « bâchées »
ou les cars et ramènent des objets en plastique, chaussures, bassines, nattes
que l’on ne trouve pas à Markoye.

Nous pouvons donc dire que cette ville se situe, à plusieurs niveaux, dans
une position intermédiaire. Charnière entre « localité » et « globalité »,
Markoye est tournée à l’intérieur de sa zone vers une organisation sociale
et économique traditionnelle, basée sur les relations de parenté, sur la religion
et l’autosubsistance. Dans le même temps, Markoye est tournée vers l’extérieur,
vers la société marchande avec l’autonomisation par rapport à l’organisation
sociale traditionnelle que cela implique.

Il y a peu de temps encore, le système essentiel de transmission de l’information
était la voie routière, le déplacement des informateurs. L’introduction d’une
technologie comme le téléphone a bouleversé cet état de fait en permettant
de communiquer avec les parents de l’extérieur et, pour les commerçants, pour
leurs affaires. Quelles nouvelles relations s’établissent alors dans un tissu
social aussi complexe ?

I.3. Markoye et son marché, lieu d’une circulation intense de l’information

- « une véritable intégration par le bas »

Le marché est, en effet, le lieu d’une vie de relations et de circulation
intense de l’information où, chaque lundi, se réalise « une véritable
intégration par le bas ou informelle »
[7]
. Celle-ci s’appuie sur les réseaux de relations sociales des
divers acteurs de l’échange, commerçants, transporteurs, migrants, paysans
et nomades. La zone de Markoye se caractérise ainsi par son enclavement dû
à la déficience des réseaux physiques et en même temps par un marché d’une
taille considérable. Cette situation est toutefois moins paradoxale qu’il
n’y paraît, si l’on considère la nécessité de la rencontre directe, étant
donné la prééminence des relations de parenté ou de clientèle qui se conjugue
avec l’insuffisance, à l’intérieur de cette zone, de moyens de communication
à distance rapides et efficaces.

- le rôle primordial des acteurs de l’échange

Les commerçants et les transporteurs, situés au centre
des dynamiques d’échanges, de par leurs activités, représentent une des sources
primordiales d’émission et de propagation d’informations, non seulement économiques,
mais également sociales et culturelles. En effet, leurs activités professionnelles
et la forte mobilité qu’elles nécessitent les amènent à jouer le rôle d’intermédiaires
entre zones limitrophes. Cette position, qui se perçoit souvent par la maîtrise
de plusieurs langues, les désignent comme des acteurs privilégiés de la communication.

Les informations qu’ils véhiculent sont de plusieurs types. Elles concernent,
tout d’abord, les contingences directement liées au commerce, qu’il s’agisse
de la fluctuation des prix et des volumes de marchandises, de l’état des routes,
de l’ouverture de pistes ou encore de la localisation des barrages routiers.
A ces informations aux finalités mercantiles s’ajoutent la transmission de
nouvelles d’ordre social, religieux ou politique, ayant trait notamment à
la vie de famille, aux actions gouvernementales, à la tenue des fêtes musulmanes,
etc.

Dans l’Oudalan, région excentrée, où la couverture
et la qualité du réseau téléphonique sont encore relativement faibles et où
la presse, quand elle est accessible, ne touche qu’une population réduite
de lettrés, les axes routiers demeurent les principaux vecteurs d’informations
lointaines. Dés lors, ceux qui les arpentent régulièrement, à savoir les transporteurs,
les chauffeurs, les commerçants établis ou itinérants, produisent et colportent
des informations orales, mais aussi, dans une moindre mesure, épistolaires.
Quelles que soient les formes de ces informations, leur vitesse de circulation
dépend donc de celle du déplacement des véhicules, des hommes et des marchandises,
parfois direct, mais plus généralement fragmenté, au gré des haltes, par de
multiples relais, tant sociaux que spatiaux.

- quels enjeux pour le téléphone ?

Ainsi, la gare routière et la place marchande de
Markoye, implantées côte à côte, correspondent au point névralgique des réseaux
d’échanges et de communications, sorte d’antenne où se concentre l’essentiel
des informations du moment. Or, il apparaît clairement que ce qui s’apprend
vite le long d’un axe lourd, densément fréquenté, sera communiqué tardivement
et approximativement dans une zone enclavée, peu et mal desservie par les
réseaux de transport. De telle sorte que l’isolement spatial et la sous-information
vont généralement de pair.

A priori, l’extension du réseau téléphonique concurrence moins ces principes
rudimentaires de communication, qu’il ne les complète. Par exemple, la mise
en œuvre d’une relation d’affaire - essentiellement basée sur un contrat tacite
- nécessite, dans un premier temps, une prise de contact de visu et une liaison
verbale, seuls moyens de garantir le rapport de confiance unissant des opérateurs
économiques. Ce n’est qu’ensuite, qu’il devient possible de traiter des affaires
à distance ; autrement dit, qu’il n’est plus indispensable de se déplacer
afin de s’entendre sur des prix, des quantités ou bien l’échéance d’une transaction.

Cependant, pour vérifier cette supposition ou éventuellement l’infirmer,
il semble nécessaire d’en venir plus précisément à l’histoire de l’innovation 
téléphonique à Markoye et des enjeux qu’elle a soulevé.

II)le téléphone à markoye

II.1. Une petite histoire du téléphone à Markoye : des enjeux multiples

- un enjeu stratégique

Le téléphone fut installé relativement tôt à Markoye puisque la première
ligne fut inaugurée le 23 Juin 1988. Il faut remarquer qu’aujourd’hui encore
de nombreuses préfectures pourtant plus proches de la capitale et plus développées
que Markoye ne sont toujours pas équipées en téléphone. En effet, contrairement
à l’exemple du Sénégal, la politique du service universel n’a pas survécu
à la privatisation de l’Office National des Télécommunication du Burkina-Faso
(ONATEL). Aujourd’hui, le développement du téléphone en milieu rural se fait
soit par des ONG, soit dans un souci constant de rentabilité.

En ce sens, il est convient de souligner que Markoye constitue une véritable
exception. La raison expliquant cette installation précoce est d’ordre stratégique.
En effet, l’Oudalan, le département dont Markoye est la préfecture, se situe
à l’extrême nord du pays, soit à la frontière avec le Mali à l’ouest et le
Niger à l’est, à proximité de la zone aurifère. Dans le contexte des conflits
frontaliers entre le Burkina et le Mali et de la montée en puissance des rebellions
Touareg au Niger, dans les années quatre-vingts, la liaison avec Markoye apparut
à Ouagadougou comme une priorité en matière de sécurité nationale. Ainsi,
Markoye fut relié par un réseau de télécom rurale à la station hertzienne
de Dori, chef-lieu du Séno (cf. carte ONATEL en annexe).
Cette installation pionnière ne laissait cependant pas présager si la greffe
prendrait ou pas, lors de l’ouverture de lignes domestiques.

- le développement des lignes domestiques

L’innovation technique mit du temps avant de sortir de la sphère administrative
et militaire. Le téléphone resta, tout d’abord, cantonné au bureau du préfet,
à la gendarmerie et à la police. Les premières lignes domestiques ne furent
installées qu’au milieu des années quatre-vingt-dix. Quand l’ONATEL ouvrit
le réseau aux particuliers, « les gens se sont précipités pour avoir
le téléphone ».

Avec le développement de lignes privées, le téléphone a pris, en effet, une
autre ampleur à Markoye et est devenu un enjeu tant de prestige que de pouvoir.
A partir des années quatre-vingt-douze et quatre-vingt-treize, l’ONATEL a
commencé à fournir à des particuliers, une ligne et un téléphone. Cette époque
correspond à la fin de l’exploitation de grande envergure du site d’or d’Essakan
(cf. carte en annexe) et à la libération d’une partie
du réseau téléphonique. La nouveauté, la rareté et le prix de cet équipement
en firent un signe de prestige. A ce titre, il est significatif que deux des
premiers téléphones installés, le furent chez le député de l’époque et dans
la boutique d’un des principaux commerçants.

Mais le nombre de demandes d’installations auprès de l’ONATEL fut considérable,
car le téléphone apparut très vite aux personnes financièrement capables d’en
assumer la charge comme bien plus qu’un simple signe extérieur de richesse
venant s’associer à des signes de prestige plus classiques comme l’âge, l’aisance
matérielle, le pouvoir politique, l’instruction ou la piété. Il fut pour les
fonctionnaires, par exemple, qui sont très généralement originaires du sud
du pays et dotés d’un bon niveau d’instruction, un moyen de se relier à la
capitale, de resserrer le tissu de leurs relations et de renouer avec un espace
cognitif plus large.

Mais ce fut surtout pour les commerçants, qu’il devint vite un outil utile,
permettant de faire venir les denrées de la capitale au cours le plus intéressant
et de gérer les stocks. A ce titre, les commerçants remplirent le rôle « d’innovateurs »,
dans le sens où ils furent les premiers à « s’approprier » l’outil
téléphonique, à l’intégrer à un ensemble de moyens de communication par rapport
auxquels, comme nous l’avons vu, ils tenaient déjà un rôle essentiel. De plus,
et pour toutes ces raisons, le téléphone devint, pour ceux qui en étaient
équipés, une source, bien que modeste, de revenus. En effet les capacités
de l’ONATEL étant arrivées très vite à saturation, les propriétaires prirent
l’habitude de louer à l’amiable leur ligne à qui en avait besoin. Ainsi, il
semble qu’une partie de la population put se familiariser avec le téléphone et
observer l’avantage relatif qu’il apportait par rapport aux autres moyens
de communication, sa simplicité d’utilisation, et d’autres de ses qualités
propres, aux premiers lieux desquelles : l’instantanéité de la parole.

Il semble qu’au vu des qualités inhérentes du téléphone
et par le vecteur des commerçants et des utilisateurs occasionnels, cette
innovation technologique et sa fonctionnalité fut très rapidement admise par
une majorité. Il faut noter que tant les commerçants (les innovateurs) que
les premiers utilisateurs (qu’on pourrait qualifier de « majorité précoce »,
généralement des chefs de famille) se trouvent, par leur position au sein
de l’organisation sociale, au centre des réseaux de communications interpersonnelles.
En d’autres termes, ils jouent le rôle de relais et de filtres dans la circulation
de l’information. A travers eux, les avantages du téléphone apparurent au
plus grand nombre puisque l’information circulait mieux et que le téléphone
était même susceptible de rétablir la communication là où elle avait disparu,
comme l’illustre l’anecdote qui nous a été racontée à Falagountou, chef-lieu
du département éponyme dans la province du Séno, au Sud de l’Oudalan. Quand
nous nous rendîmes dans cette ville dans le cadre d’un travail avec les paysans,
le téléphone venait d’être installé. Les deux premiers télécentres venaient
d’ouvrir leurs portes, en plus du téléphone de la préfecture et du dispensaire.
Nous nous sommes entretenus, à propos du téléphone, avec un habitant, Monsieur
Issa, qui sert de contact à l’ONG avec laquelle nous avons travaillé. Nous
lui avons demandé notamment s’il avait déjà eu l’occasion d’utiliser le téléphone.
Il nous raconta que dans les premiers jours, il fallait plusieurs dizaines
de minutes de queue pour pouvoir téléphoner tant le téléphone était attendu
depuis longtemps, cela l’avait quelque peu découragé au premier abord. Il
apparut que la réelle nouveauté était moins de pouvoir téléphoner puisque
cela était déjà possible à Essakan, ville minière se situant à sept kilomètres,
mais bien d’être joignable. Ainsi le premier « coup de téléphone »
de notre interlocuteur fut pour son frère aîné qui vit à Port-Gentil au Gabon.
Cela faisait douze ans qu’ils ne s’étaient pas parlé car Issa n’avait jamais
eu réellement besoin de lui téléphoner personnellement. Ainsi, il apparut
que cet appel ne relevait pas à proprement parler de la nécessité mais plutôt
de l’expérimentation. Il s’agissait d’expérimenter l’outil tout en ayant la
joie de parler à un proche géographiquement très éloigné, mais surtout de
communiquer le numéro de téléphone (celui du télécentre) où il était désormais
joignable. Monsieur Issa nous fit part de son enthousiasme mais aussi de sa
réserve quant au prix de la communication qui, selon lui, limiterait ce type
de communication au domaine de l’exceptionnel.

Nous aurons l’occasion de développer tout le potentiel déductif de cet exemple
mais la première observation est bien que le téléphone permet de rétablir
des communications interpersonnelles qui avait été rompues du fait de la distance
induite par la migration et la déficience en moyens de communication efficaces.

- le téléphone privé, un enjeu de pouvoir

 Nous avons donc pu constater que le téléphone est apparu très vite comme 
une nouvelle et très performante source d’information sur le monde ce qui,
dans un espace aussi enclavé que le Sahel burkinabè, en faisait un outil extrêmement
précieux. Ainsi, les enjeux autour du téléphone s’accompagnèrent de stratégies
clientélistes ou bureaucratiques pour l’acquérir. En effet, même si le développement
des lignes privées n’a jamais été une source de tension, il ne s’est pas fait,
non plus, selon une logique de l’intérêt commun, comme certains stéréotypes
sociologiques sur l’Afrique rurale auraient pu le laisser penser à priori [8] .

En ce qui concerne des informations de nature économique, notamment le cours
des céréales à Ouagadougou, il nous fut rapporté, que certains commerçants
n’eurent de cesse de limiter leur diffusion pour conserver l’intérêt en termes
commerciaux que leur apportait le téléphone. Ces plaintes qui émanent rétrospectivement
de commerçants ou de clients qui ne purent accéder au téléphone que bien plus
tard avec l’ouverture de nouvelles lignes et des télécentres, sont à considérer
avec précaution. Nous pouvons, en effet, les lire comme la permanence de pratiques
antérieures car, comme l’écrit Thibault Le Renard :

« Des informations connexes, venant conforter ou modifier
les critères d’une opération marchande, seront toujours transmises par voix
de route, c’est-à-dire par l’entremise d’un ou plusieurs tiers. Ces intermédiaires
souvent nombreux ne se contentent pas uniquement de porter l’information.
Il arrive généralement qu’ils l’utilisent à leur profit, en vue de mener parallèlement
leur propre commerce ; et ce d’autant plus que les informations de nature
économique s’apparentent à des ressources stratégiques aussi précieuses que
rare. » name="_ftnref9" title=""> [9]

 Cependant elles sont un exemple supplémentaire quant à la réalité des enjeux
autour du téléphone. Il apparaît que le téléphone, si son accès n’est pas
aisé, peut faire l’objet d’une privatisation exacerbée et est susceptible
de renforcer la position stratégique de certains dans la circulation des informations,
et d’entraîner diverses manœuvres de rétention, de brouillage et de distorsion.
Le téléphone servirait alors presque exclusivement les intérêts de réseaux
de clientèles basées sur des sous-divisions sociales, quelles soient économiques,
familiales ou liées à l’appartenance culturelle. Seul le développement d’un
accès public au téléphone peut permettre d’éviter ce biais et de réduire effectivement,
pour une majorité d’utilisateurs, le nombre d’intermédiaires dans la circulation
de l’information. C’est l’un des principaux enjeux qui résident dans le développement
des télécentres.

II.2. Le développement des télécentres privés

- définition

A partir de l’année 1998 - date d’adoption de la nouvelle loi sur les télécommunications
 -, l’approche de l’ONATEL fut d’accorder à des personnes physiques ou morales
l’autorisation d’ouvrir et d’exploiter des centres de télécommunication. Un
contrat d’exploitation de « Télécentre privé », assorti d’un numéro
d’agrément lie ces personnes à l’ONATEL.

Le télécentre privé est un local, objet d’une occupation privative et spécialement
aménagé pour vendre des services de télécommunications (définition de l’ONATEL).
A cet effet, l’exploitant souscrit auprès de la compagnie, un abonnement à
une ou plusieurs lignes téléphoniques et verse une caution non productible
d’intérêt de 150 000 FCFA. Pour installer le télécentre, il faut un local
de 12m2 et avoir un appareil pour la taxation ; celui qui est recommandé
coûte 100 000 FCFA, cependant on en trouve de beaucoup moins chers au marché
noir, mais ils ne sont pas fiables et engendrent de nombreux problèmes (pannes,
inexactitude).

L’exploitant est autorisé à majorer les taxes de communication dans une limite
maximale de 75% par rapport au tarif en vigueur de la taxe de base de l’ONATEL.
La facturation est mensuelle et un délai maximum d’un mois est accordé à l’exploitant
pour le règlement des sommes mises en recouvrement, sous peine de sanction.

Pour les communications téléphoniques (dont le prix de l’unité est en moyenne
de 100 F CFA pour 3mn), le personnel peut assister les clients qui auraient
des difficultés quant à l’utilisation des appareils. Chaque télécentre possède
une ou deux lignes équipées d’un compteur, permettant au client de vérifier
le nombre d’unités d’appel qui lui sont facturées et peut même, s’il le désire,
demander à l’agent du télécentre de lui limiter la durée de sa communication
selon le montant dont il dispose ou qu’il est prêt à dépenser.

- l’ouverture des télécentres à Markoye

L’implantation du premier télécentre à Markoye a eu lieu en décembre 1998,
et son succès a rapidement pris une ampleur surprenante, comme en témoigne
l’implantation de deux télécentres supplémentaires en 1999 et 2001. Le premier
télécentre a été ouvert par l’un des principaux commerçants du village, Monsieur
Abdinâh, à l’intérieur même de sa boutique. Les deux autres boutiques ont
été ouvertes dans des locaux vierges d’une autre activité par des entrepreneurs
locaux relativement jeunes et instruits. Aujourd’hui, un quatrième télécentre
devrait prochainement ouvrir mais nous n’avons pas plus d’informations à ce
sujet.

L’ouverture d’un télécentre est laissée à l’instigation de l’exploitant et
l’ouverture de trois établissements à Markoye traduit non seulement le dynamisme
des exploitants mais également et surtout une forte demande de la population
en télécommunications. L’ouverture d’un télécentre est cependant fortement
influencée par les facteurs suivants :

-Contrainte pour l’exploitant de disposer des fonds nécessaires pour la caution,

-Disponibilité pour l’exploitant d’un local adéquat et des frais d’aménagement,

-Disponibilité du réseau téléphonique et développement de l’urbanisme.

- l’impact local des télécentres

En offrant un service qui ne comporte pas les inconvénients qui caractérisent
les lignes domestiques, l’exploitant contribue fortement à modifier le style
de vie des habitants de Markoye et de sa région en développant en chacun une
nouvelle culture : celle du téléphone. Le réflexe du téléphone se développe
d’autant plus que l’offre de service est permanente et accessible. De ce fait
le prix d’une communication téléphonique étant moins élevé que celui d’un
déplacement, même en transport collectif, le téléphone devient un facteur
de maintien et de renforcement de la cohésion sociale (cohésion de la cellule
familiale, de l’amitié) et, naturellement, du développement des affaires.
La communication est, en effet, primordiale pour les commerçants. Avant l’accès
au téléphone, la plupart des commerçants devaient se rendre à Ouagadougou
tous les 15 jours pour se ravitailler. Or comme nous le disait Monsieur Amadou
Boukary, l’un des principaux commerçants du marché :

 « De nos jours, avec le développement du téléphone,
on peut passer commande et se faire livrer par un transporteur. On peut rester
3 mois sans avoir besoin de se déplacer, ce qui constitue un gain considérable
de temps et d’argent. »

L’impact du développement des télécentres privés sur l’économie locale est
loin d’être négligeable, car ils contribuent au développement du petit commerce,
occasionnent des petits travaux aux artisans, et créent, directement ou indirectement
de l’emploi. Ouvert généralement de 7h à 22h, chaque télécentre est géré généralement
par deux employés qui se relaient. Ainsi les télécentres sont un frein au
chômage et à l’exode rural des jeunes. Il est important de souligner, aussi,
qu’outre ses emplois directs, les exploitants de télécentres privés réalisent
des profits conséquents qui sont réinvestis dans d’autres secteurs créateurs
d’emplois, notamment le petit commerce, les transports et l’élevage. Enfin,
les télécentres après avoir rendu le téléphone populaire, pourraient servir
dans l’avenir de points d’accès aux autoroutes de l’information.

Le développement des télécentres à Markoye présente
beaucoup d’aspects positifs pour le développement local, mais leur exploitation
n’est pas toujours sans danger et un contrôle rigoureux semble indispensable
pour éviter une trop forte concentration de télécentres et le risque d’exploitation
de lignes pirates.

II.3. Le téléphone : l’éclosion d’une véritable innovation

- le prix, obstacle à une adhésion de la majorité ?

En ce qui concerne le téléphone, son intérêt et son utilité sont réels et
cela, pour tous les usagers à quelque niveau social ou spatial qu’ils se situent,
comme nous le verrons dans un second temps. Il ne semble pas exagéré, alors,
de conclure à l’éclosion d’une véritable innovation (dans le sens d’une appropriation
réelle) en matière de technologie de l’information et de la communication.
Pourtant, outre les conditions d’ordre culturel ou social d’une appropriation
populaire, il semble que le coût des télécommunications pourrait constituer
à lui seul et de façon définitive, une contradiction à l’utilisation du téléphone
par le plus grand nombre (que l’on pourrait qualifier de « majorité tardive »
par opposition à la « majorité précoce »). Car, comme nous l’avons
vu dans le cas de notre interlocuteur de Falagountou, Monsieur Issa, le prix
du téléphone semble trop élevé pour en permettre un usage régulier.

L’observation et l’enquête nous ont permis de comprendre comment, en quelque
sorte, cette difficulté a été surmontée, dans une sorte d’ « interaction »
entre les agents (télécentres et clients) débouchant sur un ensemble
de conventions liées à l’usage du téléphone dans les télécentres. Comme nous
l’avons déjà dit, le client peut demander à être interrompu par l’employé
du télécentre quand le montant qu’il avait prévu de dépenser est atteint.
Mais cette situation est finalement relativement rare tant l’usage le plus
largement répandu fait du télécentre, à Markoye du moins, un lieu de réception
d’appels plutôt qu’un lieu d’émission. Cela est dû à des procédés caractéristiques
d’une appropriation populaire du téléphone et du télécentre ; le but est de
minimiser les coûts et de rendre le téléphone accessible à la majorité
des clients.

Examinons l’exemple du « rendez-vous téléphonique ». Il suffit
de s’être préalablement entendu avec son correspondant d’une heure à laquelle
ce dernier doit appeler et d’être à proximité du télécentre à l’heure dite.
La communication se fait alors aux frais du correspondant qui en général possède
une ligne privée ou a des moyens plus importants. Quand bien même l’appel
serait inattendu et la personne demandée ne serait pas à proximité du téléphone,
un enfant serait « commissionné » par l’employé du télécentre pour
aller le « trouver rapidement ». Ces pratiques que l’on retrouve
aussi dans le cas des lignes domestiques où très souvent, tout le voisinage
« est joignable » sur l’unique téléphone du quartier, illustrent
ce que l’on pourrait appeler « les usages populaires du téléphone ».

Dans le cas d’un commerce, il est d’autant plus remarquable de noter que,
très souvent, l’utilisateur ne débourse rien. En effet, pour un appel reçu,
la communication n’est pas facturée à l’utilisateur du télécentre. Si la communication
atteint une durée manifestement inhabituelle, une petite contrepartie (100
ou 200FCFA) peut être alors demandée.

Le principe de l’appel en retour ou « call-back » est très semblable,
l’utilisateur du télécentre appelle rapidement son correspondant pour lui
communiquer le numéro du télécentre. Il attend ensuite qu’on le rappelle.
Ce service aussi est très généralement gratuit si ce n’est l’unité consommée
pour contacter son interlocuteur.

On peut à juste titre parler de convention, tant cette pratique est admise
et même instituée par les employés des télécentres eux-mêmes ; au-dessus
de chaque combiné, le numéro où l’on peut être rappelé figure distinctement,
des chaises servent à attendre les appels, les employés jouent avec patience
le rôle de standardistes. Il ne faut pas croire que ces conventions soient
le fruit d’un consensus désintéressé qui relierait propriétaires et usagers
par delà la quête du profit. Au contraire, il nous semble qu’elles sont plutôt
le point de convergence de stratégies distinctes ; il ne fait pas l’ombre
d’un doute pour les propriétaires des télécentres qu’ils y trouvent leur intérêt.
Comme l’illustre bien cette phrase d’Aboubakar, employé au télécentre dit
« de la Sogebaf » (du nom de la compagnie de transports dont les bureaux jouxtent
le télécentre) :

« Si on fait payer les appels que les gens reçoivent,
ils iront chez un parent ou un voisin qui a le téléphone, et, certains, ils
ne téléphoneront plus. Parce que le téléphone, ça coûte cher. »

Il apparaît donc que face à une technique« exogène » et ses impératifs
inhérents (le prix), deux groupes d’acteurs aux intérêts distincts mais convergents
-les télécentres et les utilisateurs- aient interagi pour recréer un ensemble
de pratiques « endogènes » rendant l’appropriation possible par
le plus grand nombre.

- le rôle des exploitants

Si nous avons insisté sur la dimension économique des intérêts qui se jouent
dans l’interaction entre ceux qui « apportent » le téléphone et
ceux qui sont susceptibles de s’en servir, il serait peu pertinent de négliger
les raisons sociales ou culturelles pour lesquelles le téléphone suscite l’adhésion
générale.

En effet, nous ne pouvons pas dissocier l’innovation technologique et le
contexte sociétal de son application, se limiter à expliquer le succès du
téléphone par la pression de besoins économiques.

« Je me demande si ces interprétations ne sont pas trop
simples, s’il n’existe pas d’autres raisons, tirées celles-ci de la considération
du milieu social lui-même, qui explique tantôt le développement de l’esprit
d’innovation, tantôt son ralentissement (...). Il conviendrait, je crois, de
regarder vers la structure interne de la société et vers l’action des divers
groupes qui la composent. » href="#_ftn10" name="_ftnref10" title=""> [10]

En ce sens, il semble impératif de s’interroger sur le statut social des
exploitants des télécentres. Outre les particularités qui distinguent les
propriétaires des trois télécentres, nous avons observé des traits communs
quant à leur position dans l’espace sociétal de Markoye.

 Monsieur Abdinâh, après avoir été l’un des premiers possesseurs d’une
ligne domestique à Markoye, a été le premier à ouvrir un télécentre, à l’intérieur
de son commerce. Il est issu d’une riche famille de commerçants Songhaï. Il
est notoirement considéré comme un homme très pieux et son aura dépasse largement
les clivages d’ordre ethnique. Il dirige l’une des écoles coraniques de Markoye
dont il est indéniablement l’un des principaux notables. Son parcours est
quelque peu atypique puisqu’il a poursuivi sa scolarité jusqu’au brevet ce
qui est rare pour un homme de sa génération. Il a travaillé pendant vingt
ans à Ouagadougou comme fonctionnaire au ministère des finances avant de revenir
« au pays » pour reprendre la suite de son père. Aujourd’hui encore,
il partage sa vie entre Markoye et la capitale.

C’est un homme, qui du fait de son « statut » social, de son instruction
et de « son parcours de vie », bénéficie aujourd’hui de ressources
considérables. Ressources financières, bien sûr, mais aussi et surtout en
termes de relations, au niveau local et national. D’ailleurs, lorsque nous
lui demandions s’il n’avait jamais pensé à devenir député, il répondait avec
humour et un plaisir qu’il ne pouvait dissimuler, qu’on l’avait déjà souvent
sollicité mais qu’il ne voulait pas « se faire d’ennemis » et que
surtout « l’Islam interdit le mensonge ».

Nous n’avons pas eu la possibilité de nous entretenir ni de vraiment côtoyer
les exploitants des deux autres télécentres, contrairement à Monsieur Abdinâh.
Les informations que nous avons recueillies par bribes nous permettent cependant
de souligner certains faits qui nous semblent essentiels. S’ils sont plus
jeunes, ils sont, à l’instar d’Abdinâh, issus de la notabilité locale, de
familles de marchands qui possèdent d’importants réseaux de clientèle. En
outre, ils sont tous deux bacheliers, donc relativement très instruits et
en contact poussé avec l’extérieur. Ces deux traits, un « statut »
social important et un « espace cognitif élargi », que l’on retrouve
chez les trois exploitants, nous semblent très significatifs.

En effet, comme nous l’avons dit, le téléphone et l’information en général
font l’objet d’enjeux considérables, de même que l’exploitation d’un télécentre
par les bénéfices qu’elle procure. De ce fait une position dominante dans
l’organisation sociale et des ressources en termes de relations clientéliste
sont des atouts considérables, si ce n’est indispensables, dans les stratégies
qui accompagnent ces enjeux. Enfin, il est tout aussi important de mettre
en perspective les caractéristiques du téléphone : outil de communication
à distance innovant et moderne, avec le fait que, dans les trois cas, les
exploitants sont instruits et se situent en quelque sorte à la charnière entre
l’espace local et l’espace global.

- des motifs culturels et sociaux à l’appropriation populaire

 Sur le plan culturel, le succès du téléphone peut s’expliquer par la simplicité
de la technique au niveau de l’usager, par le caractère oral de la communication,
accessible aux analphabètes et par sa nature d’échange immédiat qui permet
de donner des informations et d’en recevoir directement de son interlocuteur,
ce qui au-delà de son efficacité confère une certaine chaleur humaine à la
relation. A travers la forme d’accès originale et « populaire »
que constitue le télécentre, il se développe une culture moderne de la communication
tout en préservant la nature conviviale de la rencontre. Le télécentre n’est
pas la cabine téléphonique anonyme de la rue ou du bureau de poste telle qu’elle
existe en France ; c’est bien comme la cabine publique un lieu spécifique
avec des cloisons mais qui comporte souvent une chaise et une table. Il se
situe soit à l’intérieur d’un magasin soit à côté ; le télécentre peut même
être associé à une buvette comme c’est le cas du télécentre de « la Sogebaf
 ». Les employés sont toujours des jeunes de Markoye, les abords du télécentre
sont souvent animés, on y « monte » le thé, on y discute beaucoup ;
en à peine trois ans les télécentres sont devenus des lieux obligés de sociabilité.

L’observation des pratiques comme le recueil de données
par l’enquête montrent donc, que tant les télécentres que le téléphone domestique
font l’objet d’un engouement certain pour des motifs aussi bien économiques
que sociaux et culturels. Il est remarquable de constater à quel point ce
sont des outils qui traduisent les relations sociales existantes avec l’extérieur,
dans une zone de forte émigration comme la région de Markoye, où l’émigré
reste en relation avec sa famille et apporte une contribution décisive en
terme d’innovation et de pouvoir économique à sa communauté.

Observant que le lundi, jour de marché, une forte
proportion de la clientèle était constitué de paysans des villages voisins,
il nous a semblé profitable de décaler de quelques kilomètres notre terrain
d’enquête en nous penchant sur le cas de Tokabangou. Notre objectif sera d’approfondir
ainsi les pistes précédemment ouvertes, notamment sur les questions de l’appropriation,
des représentations, des usages, des stratégies économiques ou encore de l’indexation
sociale du téléphone.

 

 

Deuxième partie :

le telephone a tokabangou, pour une approche economique et culturelle

L’immense majorité des zones rurales ne sont pas connectées aux services
de télécommunications qui existent en ville. On aurait pourtant pu penser
que les formes de sociabilité intraurbaines et interurbaines apparues avec
l’utilisation du téléphone résidentiel, notamment la sociabilité externe en
direction des parents restés au village, gagneraient les zones rurales : il
n’en a point été ainsi, et le téléphone est resté un outil de communication 
urbain !

Une telle situation peut contribuer à isoler davantage les populations rurales,
en les confinant dans leurs expressions et dans leurs modes de communication
toujours soumis aux conditions limitatives du temps et de l’espace. Mais ce
qui hier fonctionnait dans l’organisation sociale traditionnelle d’une communauté
rurale peut aujourd’hui apparaître comme une situation d’enclavement social.

D’où l’intérêt d’analyser à travers un exemple concret ‑ le village
de Tokabangou ‑ l’impact sociologique que peut avoir " l’apparition "
du téléphone dans une zone rurale. Dans un premier temps, nous tenterons
de rendre compte de l’organisation économique et sociale du village tout en
considérant certains aspects d’ordre culturel. Nous essaierons ensuite d’analyser
la "parole du téléphone" et les représentations qui peuvent y être
associées ; enfin, dans un troisième temps, nous chercherons à illustrer tous
ces propos et toutes ces analyses par l’étude d’un cas concret qui nous permettra
d’évaluer notamment les enjeux économiques.

I)tokabangou, un village sahélien " traditionnel " ?

I.1. Un village typique du Sahel burkinabè

- présentation du village et préalable méthodologique

Tokabangou est situé à la pointe nord du Burkina Faso à deux kilomètres du
Niger et à quinze du Mali. Ce village de mille cinq cents habitants est peuplé
très majoritairement d’agriculteurs sédentaires Songhaï qui voisinent avec
des éleveurs nomades Peul et Touareg ainsi qu’avec des commerçants maures.
Au sein du village, on rencontre, outre les Songhaï, deux groupes sociaux
endogamiques minoritaires se distinguant par des métiers spécifiques ;
il s’agit des éleveurs Bella et des forgerons Gargassa.

La ressource principale des agriculteurs est le mil, qui donne lieu à une
seule récolte par an, au mois de septembre. Un certain nombre d’agriculteurs
possèdent aussi du bétail. Ils confient alors leurs troupeaux à des bergers
Bella. De véritables fortunes furent ainsi amassées. Cependant, lors des importantes
sécheresses des années soixante-dix et quatre-vingts, la quasi-totalité du
cheptel fut décimée et, depuis, l’élevage est resté une activité secondaire.

Le village se divise en trois quartiers mais qui tiennent chacun leur origine
d’un ancêtre fondateur qui donne d’ailleurs son nom au quartier. Ainsi ils
sont théoriquement constitués des membres d’un même lignage.

A deux heures de charrette de Markoye, soit douze kilomètres, Tokabangou
est très dépendant de la préfecture comme tous les villages de la zone. Le
marché est avant tout un lieu d’approvisionnement mais aussi d’écoulement
des marchandises. On s’y rend également pour recueillir des nouvelles ou en
envoyer en " commissionnant " quelqu’un. Enfin depuis peu, l’utilisation
du téléphone s’est généralisée et l’on vient aussi à Markoye pour aller au
télécentre.

L’enquête porte sur un échantillon de quarante-quatre individus représentatifs
des différentes classes d’âge du village et des deux sexes. Nous nous sommes
entretenus avec des personnes-ressources du village : des chefs de lignage,
des migrants de retour, des membres de l’association des jeunes, mais aussi
des individus originaires du village et installés en ville, soit au total
douze personnes.

La procédure dans ce travail est donc une démarche à la fois quantitative
et qualitative ; cependant nous avons plutôt privilégié les résultats de l’enquête
qualitative, et donc ceux des entretiens et de l’observation, qui semblent
mieux rendre compte de l’impact sociologique de " l’apparition "
du téléphone dans le village et qui traduisent mieux la réalité des usages.

Nous tenterons en effet de faire non seulement la synthèse des besoins exprimés
par les villageois, mais également de comprendre, au-delà de la " matérialité "
de ces besoins, leurs significations réelles pour les espaces sociaux concernés
et pour les individus qui y vivent. Il s’agit de nouvelles formes de représentations
et d’usages qui se construisent à la faveur de l’éclatement des structures
ancestrales ; l’évolution de ces nouvelles représentations traduisant
une certaine dynamique d’adaptation à une situation nouvelle.

- l’organisation économique et sociale « traditionnelle »

Pour reprendre les termes définis par Karl Polanyi, nous pouvons dire que
Tokabangou présente les caractéristiques d’une économie " encastrée ",
c’est à dire insérée dans la structure sociale et où la parenté et la religion
continuent à tenir un grand rôle [11] .
Nous pourrions même rapprocher, sur certains points et avec prudence, l’organisation
économique et sociale de Tokabangou qui conservent de nombreux traits traditionnels,
de l’idéal type que Meillassoux établit dans son ouvrage sur les Gouro de
Côte d’Ivoire [12] .

Il s’agit en effet d’une " économie agricole d’autosubsistance " 
qui fonctionne selon le modèle de redistribution avec " des mouvements
d’appropriation en direction d’un centre, puis de celui-ci vers l’extérieur ".
De plus, la production agricole de Tokabangou fonctionne avec une technologie
simple et peu différenciée et une division sexuelle du travail. Enfin, il
s’agit d’une économie plutôt domestique, dominée par les relations de parenté,
régissant la production et la répartition des biens de consommation. Le rendement
des cultures est différé et aléatoire avec un grand risque de rareté (disette).
Le produit est accumulé et dans le cas de l’agriculture, il est conservé dans
des greniers en vue d’une redistribution dans le temps.

 Le contrôle des anciens sur les cadets, et aussi sur les femmes, est très
étroit, grâce à un système hiérarchique fondé sur l’âge. La coopération dans
le travail est durable, la famille domestique étendue (trois voir quatre
générations) constitue le cadre social permanent et l’unité de production.
La terre n’est accessible qu’aux Songhaï et sa répartition est sous le contrôle
du chef du village. Tous les hommes de la famille travaillent en commun. La
répartition des récoltes entre les travailleurs de la famille ou les ménages
qui la constituent est le privilège du plus ancien, le chef de famille : 
" le vieux ".

La figure du père de famille est prépondérante dans tous les systèmes de
représentations ; les enfants s’installent tout autour de la concession
parentale avec leurs familles respectives sous l’autorité du père. De plus,
les Songhaï ne connaissent pas l’exercice d’un pouvoir centralisé fort, contrairement
aux Mossi par exemple.

Les Songhaï pratiquent la polygamie dans un système matrimonial endogame.
Ce qui veut dire que les familles peuvent être de très grande taille. Il s’agit
d’une société nataliste où les enfants ont pour plusieurs raisons une grande
importance et occupent une place précise dans la vie de tous les jours. Dans
un tel système d’organisation, l’individu entretient une relation étroite
avec le groupe familial ; il y reçoit sa première éducation avant de
devenir l’enfant de la communauté villageoise.

L’autorité du chef de la concession est surtout d’ordre moral, de même que
celle du chef de terre. Les processus de décision sont uniquement masculins.
Les hommes se réunissent pour la " palabre ", afin de résoudre les
problèmes sociaux, que ce soit la concession, le quartier ou le village. Cependant
la parole du vieux a souvent une connotation d’ordre ou de commandement, même
si son expression n’en prends pas la forme.

- l’importance de l’oralité

Nous avons conscience du caractère étroit et malhabile de ce tableau ethnographique
un peu figé, mais nous le pensons nécessaire. Nous le concevons comme la toile
de fond sur laquelle se dessine la situation actuelle que nous traiterons
par la suite. C’est à la lumière de ces quelques considérations sur l’organisation
sociale traditionnelle de Tokabangou que nous pourrons comprendre les représentations
que peut y susciter le téléphone. Encore faut-il compléter ce portrait par
un autre aspect primordial de la culture Songhaï : l’importance conférée
à la parole.

Descendant d’un des plus grands empires précoloniaux, les Songhaï constituent
en fait un ensemble de populations hétérogènes. Les trois principaux facteurs
communs étant la langue qui structure la perception du monde et de la société,
des conditions écologiques et économiques analogues, et enfin l’Islam. Avec
l’Islam, l’écriture arabe donna, d’ailleurs naissance à une " culture
écrite restreinte " href="#_ftn13" name="_ftnref13" title=""> [13] ainsi qu’à une écriture particulière
du songhaï en graphie arabe ou ajami. Cependant cette
pratique semble de plus en plus rare, à Tokabangou du moins, et l’arabe n’est
pratiquement utilisé que dans le cadre religieux par les marabouts ou les
élèves de l’école coranique.

 Les Songhaï de Tokabangou appartiennent à la sous-division ethnique des
Kaado bi (Kaado noirs) qui ont fui la domination marocaine. Leur installation
daterait donc du XVIIe siècle ou XVIIIe siècle. La société
Songhaï accorde donc, à cause notamment de son histoire spécifique, une très
grande place à la parole. Elle est au cœur de l’organisation sociale ;
elle fonde non seulement les relations à autrui, notamment en fonction de
l’âge, comme nous l’avons dit, mais également révèle l’individu et le groupe.
Les Zarma auxquels sont apparentés les Songhaï ne disent-ils pas :

" L’Homme n’a ni queue, ni crinière par lesquelles il puisse être attrapé.
C’est par sa parole qu’on l’attrape... "

C’est tout dire sur la signification de la parole : la parole dite,
la parole donnée, la parole répétée, la parole ritualisée, la parole sacrée
et la parole consacrée. On parle à la fête, au décès, lors des funérailles,
dans toutes les relations sociales, c’est pourquoi il existe une éducation
à la parole ; les veillées de conte, par exemple sont des occasions d’apprentissage
du " savoir dire ".

 La parole a un rôle essentiel dans la reproduction sociale. A ce titre,
l’importance des salutations est très significative. Elles sont extrêmement
fréquentes dans la vie familiale et constituent un des indicateurs de l’identité
individuelle et de l’appartenance à un lignage. Le matin après s’être " lavé
les yeux ", l’on va saluer l’aîné de la famille, s’enquérir de sa santé,
savoir s’il a passé une bonne nuit. Il s’agit de longues litanies répétitives
dont l’objectif n’est pas franchement informationnel. Le but est d’entretenir
les bonnes relations familiales, avec ces séries de salutations, de bénédictions
et de souhaits. Le rituel s’étend ensuite jusqu’aux belles-familles à côté
de la concession puis dans d’autres quartiers du village.

Et selon l’expression consacrée, pour dire qu’il s’est écoulé un long temps
entre deux visites, on commence toujours par une phrase stéréotypée :
" salut à toi...il y a deux jours ! ". Il s’agit d’une sorte
de métaphore pour souligner la longue durée entre les visites, et pour exprimer
l’idée que l’on a dû manquer l’un à l’autre ; deux jours étant le maximum
tolérable pour des parents vivant dans le même espace social !

S’ouvre alors devant nous une série d’interrogations car, face aux traditions
et modes d’organisations ancestraux, se réalisent aujourd’hui de profonds
changements sociaux dont l’accès au téléphone n’est qu’un aspect.

I.2. La réalité du changement social

- une organisation économique et sociale en mouvement

Loin de nous, en effet, l’idée d’entretenir une mauvaise représentation de
" l’Afrique des villages ", communauté chaleureuse et paradis en
danger. A ce titre il est primordial d’adopter une perspective contradictoire
s’efforçant de rendre compte des profonds changements sociaux qui s’accomplissent
corrélativement aux permanences " traditionnelles ". En effet, les
sociétés paysannes d’Afrique de l’Ouest ont connu une histoire rapide et mouvementée
depuis au moins trois siècles : islamisation, colonisation, décolonisation...

Comme l’a montré Jean-Pierre Olivier de Sardan [14]
l’organisation économique des communautés villageoises Songhaï a été, ainsi,
en mutation permanente, que ce soit au XIXe siècle, à l’époque
coloniale ou après les indépendances. L’analyse de cet auteur s’inscrit dans
une visée bien plus large et générale que la nôtre, elle peut cependant nous
être utile par le tableau qu’elle peint de " la modernité paysanne "
au Sahel. Elle nous montre que la rupture avec les structures sociales " traditionnelles "
se manifestait déjà avant la seconde guerre mondiale, notamment par l’érosion
des rapports aînés/cadets, par la réduction de l’unité de production au ménage,
par l’individualisation des stratégies économiques ou encore par l’émergence
de " nouveaux modes de production paysans ".

De la description très précise que l’auteur nous donne de " l’éventail
des rapports de production ruraux ", il n’est pas forcément aisé, pour
l’observateur novice, d’en lire toutes les manifestations dans la vie quotidienne
des paysans. A ce titre, nous nous permettons de tirer quelques remarques
d’un corpus bien plus large ; remarques qui nous semblent particulièrement
pertinentes dans le cas de Tokabangou et par rapport à notre problématique.

On se doit de remarquer tout d’abord que la petite production agricole ne
se limite pas à " l’autosubsistance " et y associe, en fait, la
vente d’excédents agricoles ou de bétail sur le marché. Guidé par une " logique
de subsistance " (autosubsistance et subsistance marchande), le paysan
cherche à se frayer un chemin parmi les contraintes qui pèsent sur lui.

Enfin, il faut souligner que l’ensemble des rapports de production ruraux,
organisés autour de la production paysanne domestique se combine à son tour
aux divers rapports de production urbains dans lesquels entrent les paysans
par le biais des migrations. La " logique de la subsistance " comme
mode d’action économique paysan et le besoin de diversifier les sources de
revenus semblent expliquer la permanence de flux migratoires importants dans
une région aux fortes contraintes. " On va chercher l’argent ",
comme l’exprime l’expression consacrée chez les jeunes migrants.

 Cependant, certaines interprétations mettent aussi l’accent sur les causes
" culturelles " [15] des migrations, sur la quête de prestige
ou l’émancipation des cadets. La migration apparaît donc comme un phénomène
complexe, on y voit à l’œuvre aussi bien des moyens de pourvoir aux besoins
familiaux ou individuels que des modes de reconnaissance sociale ou l’accès
à de nouveaux réseaux de sociabilité...

- les porteurs sociaux du changement

Les populations rurales semblent donc engagées dans un processus de changement
social et d’échanges avec la société globale. L’adaptation à ce phénomène
s’exprime alors notamment en termes d’ouverture sur l’extérieur avec les contradictions
que cela implique. Les traditions de solidarité se modifient dans ce contexte-là
et les pratiques dites " communautaires " évoluent vers d’autres
significations et portées.

Les émissaires du phénomène d’ouverture ont pour noms " téléphone ",
" radio ", " télévision ", " nouveaux rythmes de
danse et de musique " et les migrants, les collégiens ou lycéens, les
fonctionnaires en sont les porteurs sociaux. Que devient alors cette fameuse
« Afrique des villages » ? Dans le moindre petit village du
Burkina Faso, comme Tokabangou, l’on peut rencontrer des jeunes, (souvent
de retour d’un séjour en ville ou en Côte d’Ivoire), portant un walkman sur
les oreilles et dansant au son d’une musique qu’eux seuls apprécient. Ils
se font alors envier des autres qui ne rêvent souvent que de cela.

La présence d’ONG, de projets divers et multiformes de développement, de
la radio rurale, et maintenant du téléphone, dans l’espace de production socioéconomique
des Songhaï de Tokabangou, participe aussi à cette évolution.

 L’" école des blancs ", comme elle est encore appelée parfois
par opposition aux écoles coraniques, procure une certaine émancipation
par rapport au village. On peut penser que l’instruction secondaire, surtout,
peut pour la minorité de jeunes qui y ont accès, participer à une individualisation
plus grande des éléments du groupe, au détriment du groupe social lui-même
et de son système d’organisation familiale. Comme les collèges sont éloignés,
les élèves doivent quitter le village pendant l’année scolaire. Mais l’éloignement
géographique n’est pas le seul facteur ; les élèves, par le contenu culturellement
occidental de l’éducation qu’ils reçoivent, acquièrent des procédés " intellectuels "
qui ne leurs seraient pas transmis dans le cadre familial, en premier lieu
desquels, l’écriture. Ainsi, si presque tous les jeunes de Tokabangou qui
ont suivi une formation secondaire quittent le village à l’âge adulte, c’est
certainement que l’école élargit considérablement leurs horizons concrets
en les faisant voyager. Mais c’est surtout, et c’est corrélatif, qu’elle leur
permet de rendre extensible à l’infini leur espace cognitif.

L’impact des anciens élèves du secondaire devenus fonctionnaires ou employés
en ville est important ; la plupart des lignages en possèdent au moins
un. Leur position intermédiaire entre la communauté rurale et la société globale,
font d’eux au même titre que les migrants ou les élèves, des porteurs sociaux
du changement. Cela est déterminant dans les rapports du plus grand nombre
au téléphone, au niveau élémentaire de la sociabilité familiale (" la
quête de la parenté " n’ayant pas de limite) et au niveau économique,
étant donné l’importance de leurs revenus monétaires, eu égard aux normes
villageoises.

Quel rôle spécifique peut alors jouer le téléphone
dans ce contexte avec ses effets à la fois verticaux et horizontaux ?
En effet, avec lui, on peut recevoir des nouvelles de l’extérieur mais on
peut aussi en envoyer, ce qui est une nouveauté d’importance. Ainsi, par rapport
au téléphone, il se produit et se produira sûrement des reconstructions comportementales
et organisationnelles.

 

II) le telephone entre représentations et usages

II.1. Représentations

- les besoins

Si le téléphone peut être, pour les habitants de Tokabangou, un moyen d’échapper
aux conditions limitatives du temps et de l’espace dans leur effort de communication
orale, comment la population accueille-t-elle cette nouvelle technologie ?
Nous devons tout d’abord essayer de mesurer si les villageois ont une connaissance
réelle de l’outil téléphonique, s’ils en usent concrètement ou bien s’ils
raisonnent plutôt à partir des idées qu’ils s’en font. 

 Comme nous l’avons déjà dit, Tokabangou ne possède pas le téléphone sur
place, cependant cet outil, se développant à Markoye depuis plusieurs années,
est présent dans l’espace socioéconomique du village. Il faut signaler ainsi
que plus de 77% des personnes interrogées disent savoir ce qu’est le téléphone.
Seul un homme sur vingt-deux a répondu négativement à cette question. Il est
d’un âge intermédiaire, entre quarante et cinquante ans et n’appartient pas
à la partie de la population masculine la plus « instruite » ;
notre échange, forcément en Songhaï, réalisé grâce à son fils qui fit fonction
d’interprète, nous permit d’estimer que ses contacts avec l’extérieur étaient
quasiment nuls. D’ailleurs, comme nous le disait son fils, « il
n’a jamais vu un téléphone et de toute façon il n’est pas sorti du village
depuis au moins dix ans. ». Ce cas n’est certainement pas unique, cependant
il semble beaucoup plus rare chez les hommes que chez les femmes. En effet,
55% des femmes interrogées (soit douze personnes sur vingt-deux) déclarent
qu’elles n’ont aucune connaissance du téléphone. Dans tous les cas, la connaissance
de l’outil n’implique pas la maîtrise de celui-ci.

A ce titre, au cours du même questionnaire, nous avons donc tenté d’évaluer
le nombre de personnes ayant déjà utilisé effectivement le téléphone. A ce
niveau là, le nombre de réponses positives est bien plus maigre : sept
hommes et aucune femme sur le total des quarante-quatre personnes interrogées.
Le téléphone est encore quelque chose de rare à Tokabangou.

Comment donc des villageois qui n’ont pas d’expérience directe du téléphone
conçoivent-ils leurs besoins en terme de télécommunication ? Dés que
nous avons posé la question de savoir à quelles fins le téléphone pourrait
être utile, trois types de besoins se sont immédiatement distingués :

-pouvoir communiquer avec l’hôpital le plus proche en cas d’urgence médicale.
Ce besoin fut illustré par des récits d’accouchements difficiles, parfois
suivis de décès.

-diffuser les nouvelles propres à la vie du village
 : naissance, mariage, décès. Ce qui, en l’absence de téléphone, exige un déplacement
physique dans les villages alentour.

-pouvoir communiquer avec l’extérieur, notamment avec les villageois qui
ont émigré ou les jeunes qui sont partis en ville suivre leurs études.

Les résultats de l’enquête font donc ressortir une attente effective principalement
en terme de sociabilité familiale. Cette attente suffit-elle à expliquer l’enthousiasme
qui accompagne une hypothétique arrivée du téléphone à Tokabangou ?

- les « lumières » de la modernité 

Dans les premiers entretiens « informels » que nous avons eu avec
des habitants de Tokabangou au sujet du téléphone, il revient souvent, qu’à
court terme, le téléphone serait installé à Tokabangou. Ce bel optimisme nous
semble pourtant contredire tout ce que nous croyons savoir de la politique
commerciale de l’ONATEL. Certains de nos interlocuteurs nous affirmaient que
le téléphone pourrait « arriver dans cinq ans » et cela « grâce
aux Japonais » (une ONG japonaise travaille dans plusieurs villages de
la zone, dont Tokabangou). Outre le caractère anecdotique mais significatif
sur les attentes qu’une ONG peut susciter dans un village, cette impatience
nous semble illustrer parfaitement l’a priori très positif dont bénéficie
le téléphone.

D’ailleurs, à la question « Souhaitez-vous la venue du téléphone à
Tokabangou ? », sur quarante-quatre personnes interrogées, nous n’avons
recueilli qu’une seule réponse négative. Notons qu’elle émane d’un adolescent
que ses amis s’amusent à surnommer « Ben Laden » pour stigmatiser
son esprit de contradiction, cependant ses arguments ne manquent pas d’intérêt
puisqu’il invoque d’autres besoins qu’il juge prioritaires pour le village,
dans le domaine de la santé notamment. Sept femmes ne se sont pas prononcées.
Enfin, trente-six personnes interrogées ont répondu favorablement.

Partons du postulat suivant : par leur façon de s’approprier et de se
représenter le téléphone, comme toute autre technologie, les individus mettent
en scène leur identité culturelle et sociale. Comment doit-on interpréter
alors cette perception positive du téléphone même chez des individus n’ayant
que peu de contacts avec l’extérieur et connaissant finalement très mal ou
même pas du tout l’outil en question ?

 En grande majorité, les gens le voient comme un progrés au niveau du bien-être
et considèrent ses avantages nombreux. Mais cette notion de bien-être qui
est associée au téléphone, se retrouve également pour d’autres technologies.
L’électricité, la télévision, l’adduction d’eau ou le téléphone, que l’on
trouve couramment en ville mais qui sont absents de Tokabangou, symbolisent
une certaine « modernité » à laquelle des villageois sont loin d’être
insensibles. Cette vision de la « modernité » est construite en
référence permanente à la Côte d’Ivoire et au Ghana racontés par les migrants
et même à l’Europe ou l’Amérique racontées par la télévision. Comme l’écrivait
Jean Rouch [16] , la curiosité pour « les lumières
de la ville » est un facteur causal secondaire de l’émigration sahélienne
et ce phénomène d’attirance semble perdurer aujourd’hui. Le téléphone permet
d’être en contact avec ceux que nous avons qualifiés de « porteurs sociaux
du changement », de plus, il est, comme nous allons le voir, un outil
associé au pouvoir et à la décision. Ce phénomène ne correspond pas simplement
à une sorte de « fascination pour le progrès ». Il reflète plutôt,
selon nous, l’idée que la population de Tokabangou se fait des nouvelles contraintes
qui pèsent sur elle et du besoin de s’y adapter, et témoigne ainsi de l’accélération
des processus d’ouverture de la communauté villageoise « traditionnelle ».

Cependant, à l’heure qu’il est, très peu de villageois utilisent effectivement
cet outil à Tokabangou. Et de nombreuses questions restent encore en suspens.
La présence du téléphone modifiera-t-elle leurs habitudes de gestion, leurs
comportements, leur rapport au temps et à l’espace ? Quelles significations
prendront désormais leurs relations sociales, leurs liens de parenté ? Quelles
sont les éventuelles modifications que le téléphone est susceptible d’engendrer
dans la vie quotidienne des habitants ?

- « la parole du téléphone » : la question de l’oralité

Pour répondre à ce type de questions, nous ne pouvons bien sûr nous limiter
à des données quantitatives car les besoins ainsi exprimés ne peuvent représenter
qu’un premier niveau de réponse.

Sur les sept hommes questionnés ayant déjà téléphoné,
cinq l’ont fait en situation de voyage ou de migration, de l’extérieur vers
Markoye ; les deux autres ont utilisé le téléphone dans le cas d’une réception
d’appels provenant de parents « en exode ». Ils sont tous des hommes,
d’âge adulte, possédant ainsi une place relativement élevée dans la hiérarchie
familiale et sociale.

Comme nous l’expliquait un de ces villageois lorsque nous lui demandions
quel pouvait être le contenu d’un appel :

« Celui qui est en exode a plus (d’argent) que celui
qui est resté au village et c’est lui qui paie la communication. Sinon c’est
trop cher, les appels sont très longs parce que l’on fait le tour du village, on
cause trop longtemps. ça sert à avoir des nouvelles. »

Mais le courrier ne remplit-il pas déjà la fonction de média dans ce besoin
de sociabilité familiale ? Le courrier présente en fait un certain nombre
d’inconvénients absolus : le système postal est loin d’être infaillible
et Markoye ne possède pas de poste. Les plis doivent donc êtres transportés
physiquement jusqu’à Gorom-gorom à cinquante kilomètres ou même jusqu’à Ouagadougou.
La réception pose le même type de problème.

Mais la différence fondamentale entre le téléphone et le courrier réside
sûrement dans la forme de communication qu’ils impliquent. Par rapport au
courrier, le téléphone présente plusieurs avantages :

 « Le courrier c’est pas pratique. Avec le téléphone,
on se parle dans la langue, pas avec le courrier où il faut écrire en
français. »

Du fait du taux d’analphabétisme, le courrier n’est en effet pas directement
accessible à tous. On a alors recours à un proche ayant « fait l’école »
pour écrire ou déchiffrer. Grâce à nos contacts auprès de certaines « personnes-ressources »,
nous avons pu consulter leur correspondance ; cependant il ne s’agit
peut-être pas d’un corpus documentaire assez large et diversifié, pour en
tirer autre chose que des remarques particulières. Les lettres sont généralement
courtes et très concises ; elles tiennent sur une feuille de cahier petit
format. Les lettres envoyées depuis le village contenaient une salutation
d’usage ainsi qu’une question sur la santé du ou des destinataires, l’expression
toujours positive de l’état général du village, de la famille ou de l’auteur
et, parfois, une demande d’ordre matériel, toujours simplement exprimée. Les
lettres reçues étaient parfois un peu plus longues car on y prenait souvent
le temps d’informer sur la santé et la vie quotidienne de l’expéditeur et
des autres villageois côtoyés « en exode ». La situation du village
et de la famille étaient toujours au centre des préoccupations. Enfin, la
lettre pouvait contenir un ou plusieurs billets de banque, et s’accompagnait
alors souvent de consignes quant à leur utilisation.

Le besoin d’un intermédiaire faisant office d’écrivain public, semble cependant
constituer un frein à l’utilisation du courrier et la question de la confidentialité
est souvent évoquée par les personnes interrogées :

« Si vous avez des choses à vous dire, par exemple, pour
de l’argent, c’est pas bon si les autres l’apprennent. »

Est-ce dans ce but que s’est développé parallèlement au courrier le système
des cassettes enregistrées ? Le principe en est le suivant : l’émigré
s’enregistre sur une cassette audio puis l’envoie par la poste. Tous les sujets
sont alors abordés, en Songhaï et sur un ton beaucoup plus libre que dans
la forme écrite du courrier. Les propos sont parfois même accompagnés de plages
musicales. Elles sont souvent enregistrées collectivement et l’on y entend
plusieurs interlocuteurs. Celui qui reçoit la cassette, peut l’écouter en
privé. Cependant, comme nous avons pu le constater, au moins à la seconde
écoute, les cassettes sont diffusées dans un cadre collectif, en famille ou
entre amis. C’est l’occasion d’une véritable « cérémonie » :
tous assis autour du poste, la concentration règne et chaque phrase suscite
la réaction de l’assemblée. Lorsque change l’identité du locuteur enregistré,
ce dernier commence par se présenter et procède ensuite à de longues salutations
comme celles que l’on rencontre dans la vie quotidienne du village. Mais l’assistance
a en général reconnu l’intéressé à sa voix avant même qu’il se présente !

La recherche de confidentialité est-elle bien le réel moteur de telles pratiques ?
En effet, pour les cassettes et pour le téléphone comme nous le verrons, les
communications sont très souvent « semi-publiques », peuvent nécessiter
aussi des intermédiaires et alimenter les conversations de l’entourage. 

Le point primordial est l’oralité. Ce point revient toujours indirectement
dans les entretiens lorsque l’on interroge sur les autres moyens de communiquer
avec l’extérieur :

« Le téléphone c’est immédiat, c’est direct, on est sûr
que le message est passé. »

La spécificité même du téléphone est d’offrir un échange immédiat qui permet
de donner des informations et d’en recevoir directement de son interlocuteur.
Ce qui est en jeu ici, « c’est plutôt l’immédiateté du contact
personnel » name="_ftnref17" title=""> [17] ,
le rôle de « l’intonation qui sont le propre de la communication orale
et donc des procédés culturellement les plus ancrés »2.

Cependant, on ne peut se contenter des opinions des usagers potentiels. Nous
avons donc, dans un effort ethnométhodologique, recueilli des traces réelles
de leur activité communicante.

II.2. Usages

- « le coup de fil d’Illiassoum » 

Chaque lundi, jour de marché à Markoye, dans la boutique de Monsieur Abdinâh,
plusieurs habitants de Tokabangou utilisent le téléphone pour communiquer
avec Ouagadougou. Leur interlocuteur est toujours le même, il s’agit d’Illiassoum
un homme d’une trentaine d’années originaire du village. Ce jeune homme, issu
de l’une des familles les plus importantes et riches du village, titulaire
du brevet, travaille depuis dix ans, à Ouagadougou, pour l’ONG japonaise,
Action for Greening Sahel (A.G.S.), très implantée dans la région de Markoye
et menant des projets à Tokabangou notamment. Citadin, il conserve un pied
au village où il possède une concession et des bêtes. A plusieurs niveaux,
nous pouvons dire qu’il cumule des capitaux culturels, familiaux, économiques
qui font de lui une sorte de paysan d’élite.

L’emploi formel d’Illiassoum confond les fonctions de commis, interprète,
coordinateur au sein de l’ONG mais, de façon informelle, il joue aussi un
rôle essentiel de relais dans la circulation de l’information entre Tokabangou
et sa « diaspora ». Chaque lundi, de façon instituée, à dix heures
précisément, il appelle du bureau de Ouagadougou, le télécentre de Monsieur
Abdinâh. Là, Illias est censé recueillir pour AGS les informations utiles
sur le village. Cependant le contenu des conversations dépasse largement ce
cadre comme nous allons le voir.

Qui sont ses interlocuteurs à Markoye ? De façon générale, la communication
téléphonique du lundi rassemble au télécentre entre trois et six individus,
parmi ceux du village que le langage courant qualifie de « vieux »
ou de « sages ».

Comment se déroule alors concrètement la communication ? Le père d’Illias
répond en premier, procède aux salutations d’usage et amorce la conversation ;
son fils, de l’autre côté, lui répond sur le même registre. Cependant les
salutations formelles sont relativement brèves, du moins par rapport à ce
que l’on rencontre au village. Chaque interlocuteur les répétera ensuite de
la façon la plus brève possible.

 Les communications ne sont pas privées même si leur publicité se limite
au cercle des « sages » présents. On peut observer à ce niveau-là
qu’un cadre proche de la « palabre » est ainsi reconstitué. Tous
les sujets sont évoqués, comme nous l’expliquait le père d’Illias :

« On parle de toutes les questions : santé, argent,
décès, mariages ».

L’intérêt spécifique de « l’appel d’Illias »
est autant de pouvoir donner des nouvelles et d’effectuer des demandes, que
d’en recevoir. Le rôle d’Illias est en effet de centraliser à Ouagadougou
les informations qui lui proviennent de tous les migrants depuis Abidjan jusqu’à
Accra en passant par le Burkina, puis de les communiquer jusqu’à Tokabangou
et inversement. L’appel du lundi est le « tuyau » par lequel peut
passer rapidement l’information, jusqu’à Tokabangou. A ce titre, Illias est
souvent très sollicité le lundi matin et le bureau des coopérants japonais
devient une succursale de Tokabangou ! Il est très important de remarquer
qu’Illias utilise des notes en français pour pouvoir mener à bien sa tâche
et ne rien oublier ou déformer. L’écrit intervient donc à son niveau, et renforce
son caractère d’intermédiaire irremplaçable entre les migrants et le village
mais aussi entre la parole traditionnelle et l’écrit du lettré.

- une sociabilité essentiellement économique

En analysant le type de sociabilité qui procède du « coup de fil d’Illias »
, on se rend compte qu’elle est essentiellement économique.

Comme nous le montre la réduction effective du temps consacré aux salutations,
l’appel téléphonique du lundi matin ne reproduit pas exactement les formes
de conversation orale que l’on trouve dans le cadre d’une sociabilité villageoise
ou familiale. Cette communication hebdomadaire instituée, qui constitue la
principale utilisation du téléphone à Tokabangou, tend vers une finalité plus
utilitaire. Même si notre connaissance limitée de la langue songhaï ne nous
a pas permis d’en saisir toutes les finesses, nous pouvons cependant noter
une modification entre la parole courante et « la parole du téléphone »
au niveau du contenu au moins. Il s’agit de faire circuler le maximum d’informations
dans la portion dutemps global de la communication qui vous est imparti.

Nous avons pu établir quelques formes typiques d’échanges économiques dans
lesquels le téléphone a un rôle important. Les questions de bétail par exemple
reviennent très souvent. 

« Le parent envoie de l’argent pour acheter des animaux,
puis il appelle pour savoir si on les a bien achetés ou s’ils sont en bonne
santé. »

Cet exemple, rapporté par un villageois, montre un type d’usage du téléphone
où l’outil sert au migrant pour placer son argent, et discuter avec celui
qui achète pour lui (en général, un parent proche), du prix, de la pertinence
de son choix en fonction des prix pratiqués, de la qualité de son achat, etc.
La circulation de l’argent va toujours dans le même sens mais l’initiative
peut venir du village comme dans le cas suivant, par exemple :

« Si on a un projet et qu’on doit amener une somme,
alors on fait appel aux parents qui sont à l’étranger pour qu’ils apportent
un coup de pouce. Le parent qui a émigré, lui, il a les moyens. Il peut nous
aider à faire du commerce ou à acheter des choses pour le village. »

Pendant notre présence, à l’approche de la soudure, nous avons pu constater
que par l’intermédiaire d’Illias, un émigré avait envoyé de l’argent à sa
famille qui voulait acheter du mil à un prix encore relativement bas en vue
de le stocker. Une autre fois, ce sont des sacs de jujubes qui
furent envoyés du village vers Ouagadougou où ces fruits sont très prisés,
le téléphone servant alors à prévenir de leur arrivée et à se renseigner sur
l’évolution des ventes.

Le téléphone sert aussi dans la gestion des problèmes du village. En période
de disette, par exemple, le téléphone peut permettre de résoudre des problèmes urgents. Le migrant, directement ou par l’intermédiaire d’Illias, cherche
à savoir comment il peut aider sa famille. Comme nous l’explique un oncle
d’Illias, fonctionnaire à Ouagadougou :

« Siily a des problèmes, qu’est ce qu’on peut faire ?
Au niveau agricole, la récolte a-t-elle été bonne ? Sinon y a-t-il besoin
d’aide ? Quel est l’ordre d’idée de cette aide ? A partir de là,
on envoie de l’argent pour qu’on achète du mil pour les besoins alimentaires
de la famille, parfois même du village, de la communauté. ».

Il apparaît donc que le téléphone permet de maintenir et d’entretenir effectivement
des réseaux dont la contribution peut être décisive en terme d’innovation,
d’échanges et de gestion du village, notamment par l’intermédiaire d’un relais
tel Illias qui centralise puis diffuse l’information. Mais il permet corrélativement
de maintenir les processus de décision « traditionnels » où le chef
de famille a le pouvoir final. Cette utilisation du téléphone, explique que
cet outil soit une « affaire de vieux » malgré l’image de modernité
qu’il véhicule. Interrogé à ce propos, Illias ne nous disait-il pas :

« C’est le papa qui décide. Moi je lui raconte mais c’est
lui qui prend la décision, tout de suite, immédiatement. Si untel m’a laissé
un message pour sa famille, on va aller chercher son papa sur le marché. S’il
n’est pas là, on va lui dire de venir la semaine prochaine parce que je dois
toujours parler à quelqu’un qui a les responsabilités, sinon c’est pas bon
parce qu’on ne peut pas décider. »

Si l’on revient à la question du déroulement même de la communication téléphonique
du lundi à Markoye avec son caractère « semi-publique », il nous
semble possible d’établir alors un parallèle avec le principe de la palabre.
Ici, le but recherché n’est pas, en effet, la confidentialité mais au contraire
de réfléchir rapidement, oralement et en commun, au meilleur choix possible.

- des modifications sociales médiatisées par le téléphone

Le développement du téléphone en milieu rural relève donc en partie du champ
économique si l’on se réfère par exemple à la définition de ce dernier par
Polanyi : « la relation entre l’homme et son environnement, dans
le but de fournir les moyens nécessaires à ses besoins » title=""> [18] ou à la définition
de M.Godelier « l’économique constitue à la fois un domaine d’activités
particulières (production, répartition, consommation...) et un aspect particulier
de toutes les activités humaines qui n’appartiennent pas en propre à ce domaine,
mais dont le fonctionnement entraîne l’échange et l’usage de moyens matériels » name="_ftnref20" title="">2.

Le téléphone permet d’internaliser partiellement le phénomène de l’exode
en permettant d’agir sur les réseaux sociaux. L’exode apparaissait jusqu’ici
imposé par des contraintes, internes ou externes, il prendrait peut-être avec
l’apparition du téléphone « un sens différent pour différents groupes
d’intérêts ou pour différents acteurs individuels. ». name="_ftnref21" title=""> [19] Les
usages du téléphone que nous avons décrit, pourraient être considérés comme
la réponse à l’importance croissante de cette nouvelle force productive qu’est
l’exode rural. Or, en modifiant leur mode de production, les hommes changent
forcément dans une certaine mesure leurs rapports sociaux. Il faudrait alors
pouvoir analyser les conséquences du développement du téléphone sur un éventuel
repositionnement des migrants dans l’échelle sociale du village. 

A ce titre, le cas d’Illias est sûrement très significatif. Comme nous l’avons
dit, il possède un statut particulier. Issu d’une famille puissante, il combine
les caractéristiques d’un lettré, fonctionnaire qui a bien réussi en ville
et d’un migrant enrichi resté très proche du village. L’institution de l’appel
hebdomadaire lui a sans aucun doute conféré encore de l’importance, originale
pour un homme de son âge. Sa position correspond, d’une certaine manière,
à l’importance grandissante des migrants de sa génération dans les modes de
production villageois et les processus de décision et d’innovation.

Et là réside peut-être toute l’ambivalence de la technologie téléphonique
dans une communauté rurale comme Tokabangou. Elle « médiatise »
l’accélération de « l’ouverture » du village et des modifications
sociales, au premier lieu desquelles l’exode rural et la scolarisation, et
en même temps, elle permet aux décideurs traditionnels, du fait de son caractère
oral, notamment, de centraliser l’information et de conserver leur pouvoir.

conclusion

Dans l’espace des débats sur les nouvelles technologies de communication
dans les pays d’Afrique subsaharienne, quel peut donc être l’apport d’une
enquête socio-anthropologique telle que celle que nous avons menée ?

Notre enquête à Markoye nous a permis de retracer l’histoire du téléphone
rural dans une zone particulièrement enclavée. Le téléphone y soulève des
enjeux importants, notamment pour les commerçants, car il vient modifier radicalement
le système de circulation de l’information qui le précédait et où se confrontaient
déjà des stratégies individuelles.

Au-delà de ces enjeux importants, le téléphone est un exemple de développement
réussi dans le sens d’une appropriation par le plus grand nombre. A partir
d’une technologie exogène, s’est, en effet, créé un ensemble de pratiques
endogènes permettant un accès large au téléphone et permettant la viabilité
de l’activité des télécentres.

Les usages du téléphone que nous avons pu observer à Markoye et qui ne sont
pas sans rappeler une certaine étape du développement du téléphone dans les
zones rurales françaises, nous ont permis de conclure que l’appropriation
populaire était réelle. Nous devions alors nous interroger sur les modalités
d’utilisation et sur leurs motifs sociaux et culturels.

Le village de Tokabangou nous a offert un terrain d’enquête privilégié. Nous
avons tenté de comprendre quels pouvaient être les enjeux du téléphone pour
une communauté rurale. Exprimant l’idée qu’ils se font de leurs besoins en
terme de télécommunications, les habitants ont fait apparaître que le téléphone
était, selon eux, susceptible de leur apporter du « bien-être »
en palliant certaines des difficultés liées à leur enclavement. Il est apparu
aussi que le téléphone constitue un symbole de la modernité technologique
et soulève, à ce titre, un certain enthousiasme.

L’observation a révélé que les usages concrets du téléphone procédaient d’une
sociabilité essentiellement économique. En mettant en rapport le village et
les migrants, il permet de maintenir, voir de « recréer », des réseaux 
basés sur la parenté. En élargissant l’espace économique du village, il permet
de mieux « internaliser » l’exode rural au mode de production paysan.
Le téléphone peut donc apparaître comme un vecteur des modifications sociales
et économiques.

Pourtant, parallèlement, son succès s’appuie sur l’importance de l’oralité
qui est l’un des caractères propres du téléphone et qui correspond, comme
nous l’avons montré, à une antériorité culturelle. La permanence de l’importance
du rôle de la parole par rapport à l’écrit notamment, permet aux détenteurs
traditionnels des pouvoirs économiques et de décision, de centraliser l’information
et de conserver leur place hiérarchique et leur contrôle.

Nous pouvons donc conclure que le téléphone peut être un moyen de reconstituer
des réseaux de solidarité et d’innovation et peut ainsi participer au développement
du village. Mais dans le même temps, il ne constitue pas un changement capital
dans les modes de communication, et la permanence des hiérarchies traditionnelles
qu’il autorise peut être un frein à la montée en puissance des migrants dans
les processus de décision.

Cette ambivalence de la technologie téléphonique que l’enquête sociologique
révèle, nous semble enrichir le débat sur les enjeux du téléphone dans le
développement de « l’Afrique des villages ». En effet, elle renvoie
dos à dos les positions radicales, des sceptiques qui nient toute utilité
au téléphone, et des enthousiastes qui le conçoit comme une panacée.

Enfin, la situation que nous avons observée constitue
certainement une étape et il serait nécessaire dans une nouvelle perspective
d’enquêter sur des usages plus ancrés du téléphone en milieu rural. Il faudrait
aussi se pencher sur des technologies comme le fax ou l’Internet. Ces moyens
de communication sont souvent associés au téléphone, du moins dans les discours
économiques ou techniques. Or ils constituent du point de vue socio-anthropologique,
du fait de l’utilisation de l’écrit qu’ils impliquent, notamment, des objets
de recherches fort différents du téléphone, et donc, complémentaires.

bibliographie

AKOUN André, ANSART Pierre (dir.), Dictionnaire
de sociologie,
Paris, Seuil, 1999.

AUGE Marc, Le sens des autres, Paris, Fayard,1994.

AUGE Marc, « L’illusion villageoise » in
Archives internationales de la coopération et du développement, 1973.

BALANDIER Georges, Anthropologie politique,
Paris, PUF, 1995.

BALANDIER Georges, « Tradition et continuité »
in Cahiers internationaux de Sociologie, Paris, vol.44, 1968.

BLOCH Marc, « Les transformations des techniques
comme problèmes de psychologie collective », in Journal de Psychologie
normale et pathologique
, Paris, 1948.

BONTE Pierre, IZARD Michel (dir.), Dictionnaire
de l’ethnologie et de l’anthropologie
, Paris, PUF, 2000.

BOUVIER Pierre, La socio-anthropologie, Paris,
Armand Colin, 2000.

BRETON Philipe, L’utopie de la communication, Paris,
La Découverte, 1992.

BRUCKNER Pascal, Le sanglot de l’homme blanc, Paris,
Seuil, 1986.

CHENEAU-LOQUAY Annie (coord.), Enjeux
des technologies de la communication en Afrique, Paris, Karthala, 2000.

CHENEAU-LOQUAY Annie, Réseaux de communications
et territoires transfrontaliers en Afrique
, Paris, Lombard, 1999.

COQUERY-VIDROVITCH Catherine, Interdépendances villes-campagnes
en Afrique : mobilité des hommes, circulation des biens et diffusion
des modèles depuis les indépendances
, Paris, L’Harmattan, 1996.

DE NEGRONI François, Afriques fantasmes, Paris,
Plon, 1992.

DIAKITE Sidiki, Violence technologique et développement,
Paris, L’Harmattan, 1985.

DURKHEIM Emile, Les règles de la méthode
sociologique,
[1937], Paris, PUF, 1987.

GOODY Jack, La raison graphique, domestication de
la pensée sauvage,
Paris, Minuit, 1979.

 GODELIER Maurice, « L’anthropologie économique »
in J.Copans dir., L’Anthropologie, sciences des sociétés primitives, Paris,
Denoël, 1971.

GOFFMAN Erving, Les rites d’interaction, Paris,
Minuit, 1974.

GRAS Alain, « Anthropologie et philosophie des
techniques : le passé d’une illusion » in Socio-anthropologie,
n°3, p. 37-48, 1998.

GUICHAOUA André, GOUSSOT Yves, Sciences sociales
et développement,
Paris, Cursus, 1993

JANIN Sylviane, Burkina-Faso, Genève, Olizane,
2000.

LE RENARD Thibault, Les cheminements sinueux de
l’information économique
, Bordeaux, CNRS/IRD, 1993.

LEROY-GOURHAN André, Le geste et la parole, technique
et langage,
Paris, Albin Michel, 1964.

MAUSS Marcel, Sociologie et anthropologie, Paris,
PUF, 1950.

M’BOKOLO Elikia, L’Afrique au XX° siècle, le continent
convoité,
Paris, Seuil, 1985.

MEILLASSOUX Claude, Anthropologie économique des
Gouro de Côte-d’Ivoire
, Paris, Mouton, 1964.

OLIVIER DE SARDAN Jean-Pierre, Les sociétés
songhay-zarma
, Paris : Karthala,1984.

OLIVIER DE SARDAN Jean-Pierre, Anthropologie
et développement
, Paris, Karthala, 1998.

POLANYI Karl, ARENSBERG Conrad, Les Systèmes économiques
dans l’histoire et la théorie,
[1957], Paris, Larousse, 1973.

QUIVY Raymond, VAN CAMPENHOUDT Luc, Manuel de recherche
en sciences sociales,
Paris, Dunod, 1995.

ROUCH Jean, « Migrations au Ghana » in Journal
de la société des africanistes
, Paris, XXVI, 1956

ROUCH Jean, Les Songhay, Paris, PUF, 1954.

SAHLINS Marshall, Âge de pierre, âge d’abondance.
L’économie des sociétés primitives
, Paris, Gallimard, 1976.

SALL Babacar, De la modernité paysanne en Afrique
Noire, le Sénégal,
Paris, L’Harmattan,1993.

VATIN François, Le lait et la raison marchande,
Essais de sociologie économique,
Rennes, PUR, 1996.

Réseaux, revue de communication, technologie, société. Paris,
CENT, 1996-2002

annexes

[Les annexes ne sont pas disponibles sur le site de CSDPTT]



name="_ftn1" title=""> [1] G.Balandier,
« Tradition et continuité », Cahiers internationaux de Sociologie,
vol.44, 1968, p.1-12.

name="_ftn2" title=""> [2] A. Chéneau-Loquay,
« Quelle insertion de l’Afrique dans les réseaux mondiaux ? »,
in Enjeux des technologies de la communication en Afrique,
Paris, Karthala, 2000, p.24.

name="_ftn3" title=""> [3] P. Bouvier,
La socio-anthropologie, Paris, Armand Colin, 2000, p.43.

[4] F. de Negroni, Afriques fantasmes,
Paris, Plon, 1992, p.76.

name="_ftn5" title=""> [5] P.Bouvier,
La socio-anthropologie, op.cit., p.64.

name="_ftn6" title=""> [6] Coquery-Vidrovitch,
C., d’Almeida-Topor, H., Sénéchal, J. : Interdépendances villes-campagnes
en Afrique : mobilité des hommes, circulation des biens et diffusion
des modèles depuis les indépendances
, Paris, L’Harmattan, 1996, p.118

name="_ftn7" title=""> [7] Annie
Chéneau-Loquay, Réseaux de communications et territoires transfrontaliers
en Afrique
, Paris, Lombard, 1999, p.18.

name="_ftn8" title=""> [8] Marc Augé,
« L’illusion villageoise », Archives internationales de la coopération
et du développement,
1973, 34.

[9] Thibault Le Renard, Les cheminements
sinueux de l’information économique
, Bordeaux, CNRS/IRD, 1993, p.43

name="_ftn10" title=""> [10] Marc
Bloch, « Les transformations des techniques comme problèmes de psychologie
collective », in Journal de Psychologie normale et pathologique,
Paris, 1948, 12 : p.104-120.

name="_ftn11" title=""> [11] K.Polanyi
et C.Arensberg, Les Systèmes économiques dans l’histoire et la théorie,
[1957], Paris, Larousse, 1973.

name="_ftn12" title=""> [12] C.Meillassoux,
Anthropologie économique des Gouro de Côte-d’Ivoire, Paris, Mouton, 
1964.

name="_ftn13" title=""> [13] J.Goody, La Raison
graphique, la domestication de la pensée sauvage, éditions de minuit, Paris,
1979, p.78.

name="_ftn14" title=""> [14] J.-P.
Olivier de Sardan, Les Sociétés Songhay-Zarma ( chefs, guerriers, paysans...),
Paris, Karthala, 1984.

name="_ftn15" title=""> [15] J.Rouch,
" Migrations au Ghana " in Le Journal de la Société des Africanistes,
Paris, XXVI, 1-2 : 33-196.

name="_ftn16" title=""> [16] J.Rouch,
" Migrations au Ghana " in Le Journal de la Société des Africanistes,
Paris, p.186.

name="_ftn17" title=""> [17] J.Goody,
La Raison graphique, la domestication de la pensée sauvage, éditions de minuit,
Paris, 1979, p. 106

name="_ftn19" title=""> [18] K.Polanyi
et C.Arensberg, Les Systèmes économiques dans l’histoire et la théorie,
op. cit..

name="_ftn20" title="">2 M.Godelier,
« L’anthropologie économique » in J.Copans dir., L’Anthropologie,
sciences des sociétés primitives,
Paris, Denoël, 1971, p.177-243, p. 214.

name="_ftn21" title=""> [19] J.P.Olivier de Sardan, Anthropologie et développement,
Essai en socio-anthropologie du changement social,
Paris, Karthala, 1995,
p.40.

Julien LILTI est un des fondateurs de l’association CAMERAS (Centre Audiovisuel et Multimédia d’Education Rurale et d’Animation du Sahel), dont l’objet est, à Markoye, dans le Sahel burkinabé, de créer un lieu de sociabilité et de culture pour les jeunes (documentation, ciné-club, débats), dans une région qui en est dépourvue. (plus d’infos)

Messages