Warning: exec() has been disabled for security reasons in /var/www/vhosts/csdptt.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres_images_lib_mini.php on line 744 Lettre de Décembre 1995 - CSDPTT - Coopération Solidarité Développement aux PTT

Accueil > Lettres de CSDPTT > Lettres de 1995 > Lettre de Décembre 1995

Lettre de Décembre 1995

Décembre

dimanche 1er décembre 1996


La Lettre de decembre 1995
No : 3

 
Sommaire :

Editorial
Il n’y a d’indépendance que financière
 !

________________________________________

Echos de CSDPTT et de ses correspondants

Un nouveau projet d’appui en micro-informatique ?

Prochaine mission au Burkina ?
Télécommunications dans le Cercle
de Yélémané.

Réception inaugurale de l’ADCYF.

_____________________________

Echos des postes et télécoms
dans le monde

Privatisation en vue au Brésil

Grève des employés de TELCOR au
Nicaragua
.

 



Editorial
Il n’y a d’indépendance que financière !
A l’approche de Noël nous nous devons de rappeler combien notre indépendance est précieuse. Les projets de développement coûtent de l’argent. Nous avons beau avoir des coûts de fonctionnement quasiment nuls, nous avons beau diminuer au maximum les coûts de nos missions  (elles sont jusqu’à maintenant largement prises en charge par les adhérents qui partent sur le terrain) il va nous falloir rassembler des sommes conséquentes pour l’année à venir. Nous devons en effet en partie financer une nouvelle mission au Burkina Faso, acheter 4 bicyclettes destinées à des courriers cyclistes, financer l’installation de radios de communication dans la région du Kénédougou au Burkina Faso et peut-être participer à un financement de boites postales dans ce pays.
Nos finances sont bonnes nous avons de l’avance, mais il va nous falloir rassembler plusieurs dizaines de milliers de francs. Un dossier de demande de subvention est en préparation pour le projet radio au Burkina, mais nous ne pouvons nous permettre de ne compter que là-dessus pour trouver le financement. Nous disposons d’un stock de pin’s et d’objets artisanaux à vendre. Cette période à l’approche de Noël est particulièrement propice pour proposer ce type de matériel.
Aussi lançons-nous un appel à tous ceux qui soutiennent notre action : adressez-vous aux adhérents de CSDPTT qui peuvent vous  suggérer des idées de cadeaux pour Noël.
Notre association tient à son indépendance, rassembler des fonds en vendant ces objets c’est pour nous la meilleure façon de l’acquérir et de la préserver.
 Merci. Bruno Jaffré
______________________

Echos de CSDPTT et de ses correspondants

Un nouveau projet d’appui en micro-informatique ?

Une réflexion est entamée sur la prise en charge
d’un projet de ce type par CSDPTT.

Un première réunion a eu lieu sur ce sujet le 22/11.
Un brouillon de définition du projet a été rédigé,
il reste à l’amender.

Il s’agirait de faire de la formation en Bureautique en mettant
l’accent sur la méthode (analyse d’un problème ou d’une tâche
à informatiser, utilisation de logiciels ouverts traitement de texte,
tableur, gestionnaire de base de données). Il pourrait s’accompagner
d’une récupération de micro-ordinateurs déclassés
par la Poste ou France Télécom. L’occasion d’en discuter avec
l’ONP ou L’ONATEL au Burkina Faso nous est donnée par la perspective
d’une mission prochaine de Claude R. dans ce pays (voir plus loin). Il lui a
donc été demandé de revenir si possible avec des données
précises sur le matériel existant sur place, l’ampleur de l’utilisation
de la micro-informatique et les connaissances déjà acquises en
ce domaine dans les deux offices, et surtout une formulation précise
de demandes.

Si vous êtes intéressés par ce projet contactez
nous.

_________________________________
Prochaine mission au Burkina ?

 Plusieurs projets en cours au Burkina nécessitent
l’envoi d’une nouvelle mission au Burkina.

Nous devons d’abord apporter la somme nécessaire à
l’achat de 4 nouvelles bicyclette pour courriers cyclistes et en profiter pour
en évaluer leur utilisation, vérifier ou non la pertinence du
projet de formation en micro-informatique dont il est question ci-dessus, discuter
avec l’ONP de la convention que nous lui avons proposée pour le financement
de boites postales.

A propos de l’installation de radios de communication dans la
province du Kénédougou, plusieurs problèmes restent en
suspens que cette mission devrait contribuer à résoudre. Seul
de tous les partenaires l’ONATEL n’a toujours pas signé la convention
alors que nos correspondants nous ont affirmé par téléphone
que cela devrait être fait rapidement. Il nous faut prendre contact avec
les fournisseurs de panneaux solaires et de batteries dont nous avons reçu
les différents devis, mais aussi prospecter auprès d’entreprises
susceptibles de fabriquer des pylônes. Ce séjour doit permettre
de prospecter auprès de différents bailleurs éventuels
susceptibles de financer le projet notamment renouer les contacts avec la mission
française de coopération.

_________________________________
Télécommunications dans le
Cercle de Yélémané.

Plusieurs nouvelles réunions se sont tenues sur le projet.
Le 13/11 la perspective d’obtenir une subvention de la part du CFSI (Comité
Français de Solidarité International) pour une mission de prospection
au Mali se précisant la discussion a porté sur la définition
des objectifs à assigner à la mission : repérage des lieux
en particulier obtenir des précisions sur la topographie, rencontrer
les personnalités locales, les bailleurs de fonds éventuels définir
quel type d’accord engager avec la SOTELMA l’opérateur public des
télécommunications maliennes.

A l’approche de cette mission CSDPTT a tenu à réaffirmer
sa position en particulier sur ce dernier point ce qui fut fait lors d’une nouvelle
réunion le 22/11. CSDPTT souhaite que ce projet se déroule au
sein de la SOTELMA et pense qu’il peut être possible de lui présenter
de la façon suivante : « Une entreprise travaille actuellement
à la recherche d’une solution technique permettant de doter des villages
de moyens de télécommunications à des coûts moins
élevés que ceux actuellement pratiqués. De plus elle présente
l’originalité de vouloir non seulement travailler avec d’autres ONG mais
aussi des associations représentant les populations afin d’élaborer
une solution originale plus proche des besoins et en rapport avec les moyens
disponibles. Cette démarche permettrait aux populations d’arbitrer lorsque
les choix seront à faire entre les différentes solutions 
quant à la quantité d’installations à mettre en place,
les fonctions disponibles et les coûts correspondants. Cette démarche
si elle s’effectuait dans le cadre de la SOTELMA dégagerait les ressources
humaines internes à cette entreprise et permettrait que se réalise
un véritable transfert de technologie et de méthodologie envers
les cadres et techniciens africains des télécommunications...
Il ne nous parait pas opportun à ce stade d’avancer l’idée de
la nécessité de créer un opérateur local, elle ne
peut que générer toute une série de problème et
ne doit être étudié qu’en dernier ressort. » 
(Extrait d’une lettre envoyée à l’ADCYF).

Nous avons eu à rappeler que des discussions préalables
avaient eu lieu avec GBH et le CIEDEL et que ceux-ci n’avaient pas cru bon de
tenir compte de notre position en maintenant comme objectif du projet celui
de « vouloir créer un opérateur local à dominante
privée avec une vocation de service public  ». 
Nous savons que c’est ce document qui est actuellement présenté
aux différents bailleurs de fond éventuels et nous avons donc
déclaré ne pas vouloir dans ce contexte apparaître officiellement
aux côtés de partenaires affichant cet objectif qui n’est pas le
nôtre.

Nous avons par ailleurs réaffirmé à l’ADCYF
qui regroupe les immigrés originaires de la région de Yélémané
toute notre disponibilité à son égard pour la conseiller
dans le déroulement du projet.

_________________________________
Réception inaugurale de l’ADCYF.

CSDPTT était représenté par Odile H. et Bruno
J. à la réception inaugurale de l’Association pour le Développement
du Cercle de Yélémané en France. Près de 200 membres
de l’ADCYF étaient présents ce qui démontre le dynamisme
et la représentativité de cette association.

Le cercle de Yélémané regroupe près
de 90 villages et plus de 109000 habitants. Près de 5000 ressortissants
de ce cercle résident en France. Elle a pour but de « promouvoir
et encourager les actions de développement dans le cercle. »
Ses interventions vont du recensement des populations, à la formation,
au développement en passant par la mobilisation des femmes et la promotion
du retour des jeunes au village. L’accès à des moyens de télécommunications
et la réhabilitation de la route Kayes Nioro sont les deux projets prioritaires
de l’ADCYF.

_________________________________

Echos des postes et télécoms
dans le monde

Privatisation en vue au Brésil

Le Congrès brésilien vient de voter la privatisation
de son opérateur des télécoms. Celle-ci devrait intervenir
à partir de 1997. Le ministre a cependant déclaré : « 
Le Brésil qui dispose d’un potentiel énorme et offre un marché
extrêmement attrayant pour les investisseurs étrangers doit réglementer
le secteur des télécommunications pour garantir aux entreprises
nationales l’espace qui leur revient de droit. » (cité par le Quotidien
des Télécoms et de l’Informatique du 26/09/95).

Un plan de modernisation des télécommunications
évalué à 78 milliards de dollars d’investissements publics
et privés devaient être présenté fin novembre,
42 d’ici 1999 pour doter le pays de 13 millions de lignes supplémentaires
et 36 ensuite jusqu’en 2003.

Avec un réseau de près de 12 millions de lignes,
soit près de 8,3 pour 100 habitants, le Brésil arrive au 10 ème
rang des pays de la région derrière Porto Rico (28 lignes pour
100 habitants), l’Uruguay (26), le Chili et le Mexique(10), le Venezuela, la
Colombie et le Panama (9).

L’abonnement mensuel est de 0,65 dollar et inclut 90 unités
de 3 minutes, mettant l’appel interurbain à 0,007 dollars. Les brésiliens
doivent acheter leur ligne dont les prix varient de 1200 dollars au tarif officiel
à 6000 dollars au marché noir alors que le PIB par habitant
est d’environ 8000 dollars. (Source LES ECHOS du 17/08/95).

_________________________________
Grève des employés de TELCOR
au Nicaragua.

Les employés de TELCOR, la société des télécommunications
du Nicaragua se sont mis en grève contre la privatisation partielle de
leur société. La loi présentée devant le parlement
prévoit la vente de 40% des actions de TELCOR à des compagnies
étrangères et l’octroi de 10% aux 3000 membres du personnel. FRANCE
TELECOM était parmi les 15 entreprises sur les rangs. Le secrétaire
du syndicat Mario Malespin rappelait au début de l’année 94 que
la rentabilité de la société avait été assurée
sans apports étrangers, que le plan 91-96 était respecté
et que la capacité du réseau et le nombre d’usagers avaient doublé
en 3 ans et que son syndicat s’opposait donc au projet de privatisation. Rappelons
qu’une des premières actions de CSDPTT avait consisté en un don
de matériel aux équipes de lignes de ce pays. Depuis les liens
que nous avions avec certains employés de TELCOR se sont malheureusement
distendus.