Warning: exec() has been disabled for security reasons in /var/www/vhosts/csdptt.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres_images_lib_mini.php on line 744 Lettre de Juillet 1996 - CSDPTT - Coopération Solidarité Développement aux PTT

Accueil > Lettres de CSDPTT > Lettres de 1996 > Lettre de Juillet 1996

Lettre de Juillet 1996

Juillet

lundi 1er juillet 1996, par Alain


La Lettre de juillet 1996
No : 10

 
Sommaire :

 

Editorial
Rassembler pour le développement
de la téléphonie rurale !

____________________________________

Echos de csdptt et de la vie
associative

Projet radio dans le Kénédougou
au Burkina.

Plaquette CSDPTT prête.
________________________________________

Echos des postes et télécoms
dans le monde

Conférence G7-PVD sur les autoroutes
de l’information.

Tunisie : 1 million de lignes pour
l’an 2001 ?

Concurrence à ATT en Afrique.
L’USAID facilite l’accès à
Internet en Afrique.

Singapour va construire un réseau
multimédia pour ses citoyens
.


Editorial
Rassembler pour le développement de la téléphonie
rurale !

Le Comité Français de Solidarité
Internationale organise début juillet une réunion sur les
télécommunications. Nous ne pouvons que nous en féliciter.
Depuis longtemps en effet nous expliquons à qui veut bien l’entendre
que l’absence de moyens de télécommunications dans la quasi-totalité
des villages africains constitue un grave handicap pour le développement
de ces régions.

Plusieurs projets où nous sommes engagés
de près ou de loin nous renforcent dans l’idée qu’il est
urgent de rechercher de solutions globales rapides et peu coûteuses
dans ce domaine. Que ce soit par l’intermédiaire d’associations
d’immigrés maliens en France très actives pour le développement
de leur région d’origine, par nos contacts directs avec des groupements
villageois au Burkina, ou en provenance d’associations travaillant en Afrique
dans le domaine de la santé, nous avons toujours rencontré
une très forte demande de moyens de communication à distance
mais aussi une forte capacité de mobilisation.

Parallèlement aux actions des opérateurs
nationaux qu’il est évidemment nécessaire d’associer à
toutes réflexions, plusieurs expériences se sont menées
en parallèle. Il est temps maintenant de les confronter et d’en
tirer les premiers bilans pour aller de l’avant : Celle de RTSF (Réseau
Télécom Sans Frontières) à Tours qui a mené
l’automatisation de la ville de Fana au Mali à terme, celle du groupe
GBH-CIEDEL avec l’ADCYF dans le cercle de Yélémané
que nous avons largement contribué à initier par nos différents
contacts mais avec qui nous avons dû exprimer des divergences, celle
menée autour de l’EDF et de IDS (Immigration Développement
Sahel) parallèlement à l’électrification, celle de
l’ex-GIRCOM (Groupement d’intérêt pour le développement
des téléphonies rurales en Afrique regroupant des entreprises
et des ONG dont CSDPTT) sous forme de lobbying, ou celle plus ancienne
de USE (Union Solidarité et Entraide) au Sénégal.

De même qu’il ne doit y avoir ni exclusive,
de même chaque acteur doit être respecté dans son identité,
entreprise, ONG-OSI (Organisation no gouvernemental - Organisation de Solidarité
Internationale) ou organisme paragouvernemental. Les logiques sont certes
différentes et nous connaissons désormais les difficultés.
Pour notre part, notre seul objectif reste de « promouvoir les échanges
et l’entraide entre les peuples en apportant un soutien aux actions de
développement de domaine de la Poste et des Télécommunications
 ». Avec RTSF, nous constituons les seuls endroits où se rassemblent
des professionnels travaillant dans ce domaine mais libérés
de la logique politique ou de celle du Chiffre d’Affaires. Notre viabilité
est reconnue, seuls les moyens suffisants nous manquent pour pouvoir 
mieux jouer pleinement notre rôle. 
Bruno Jaffré

____________________________________

Echos de csdptt et de la vie
associative

Projet radio dans le Kénédougou
au Burkina.

Malgré nos interventions qui se multiplient, nous
attendons toujours que l’ONATEL (Office National des Télécommunications)
se prononce sur le projet de convention que nous lui avons proposé.
Laurent Barro, correspondant du projet pour les populations villageoises
a cependant déjà entrepris des démarches envers l’hôpital
de Orodara pour y installer éventuellement le poste prévu
dans cette ville. Par ailleurs M. Nyamba professeur à l’université
de Ouagadougou, chargé de l’étude sociologique du projet,
séjournera cet été dans la région. Il en profitera
pour commencer la préenquête et pour rencontrer différents
acteurs sur place notamment le Haut Commissaire de la Province du Kénédougou.

Par ailleurs une réunion de travail entre des
membres de l’AOMPTT (association des radio-amateurs des PTT) et de
CSDPTT a pris des dispositions pour s’attaquer aux différents problèmes
restant à résoudre.

__________________________________
Plaquette CSDPTT prête.
La plaquette de présentation de CSDPTT est maintenant
disponible. Elle a été conçue pour présenter
nos activités à l’extérieur, auprès de nos
partenaires. Vous pouvez l’obtenir en vous adressant à Thierry Lavigne
au 42 31 14 58 qui continuera à la faire évoluer avec nos
activités. N’hésitez pas à la commander et à
vous en servir autour de vous.

_________________________________

Echos des postes et télécoms
dans le monde

Conférence G7-PVD sur les
autoroutes de l’information
.

Près d’un millier de délégués
de gouvernements, compagnies de télécommunications, industriels
et organisations non gouvernementales de 40 pays ont participé du
13 au 15 mai à une conférence sur l’information et le développement
sous l’égide du G7 (groupe des 7 pays les plus riches du monde)
à Midrand en Afrique du Sud.

Si les pays industrialisés et les compagnies privées
se sont engagés à étendre leur réseau d’information
satellitaire, leur technologie et internet aux PVD (pays en voie de développement), 
ils les ont prévenus que la création de nouvelles infrastructures
d’information se feraient sous forme d’investissements directs et non par
des aides. De longues heures de négociation ont été
nécessaires afin d’aboutir au texte de déclaration finale
sur la façon de bâtir la société globale de
l’information. L’Afrique du Sud a insisté pour que figure 13 principes
généraux afin de tenir compte des spécificités
des PVD : « prendre en compte le service universel, un développement
socio-économique, la création d’emplois, une concurrence
et une coopération globales, la protection des droits d’auteur,
la sécurité des données et de la vie privée,
la réduction du fossé des infrastructures, la diversité
de langue et de culture et un cadre réglementaire clair ».
Soin a été laissé aux organisations internationales
de lancer des projets concrets.

__________________________________
Tunisie : 1 million de lignes
pour l’an 2001 ?

Le ministre des télécommunications tunisien
M. Habib Ammar a publiquement annoncé l’ambition de son pays de
faire passer la densité téléphonique de son pays de
5,9 actuellement à 10 lignes pour 100 habitants en 2001. Il faudrait
pour cela installer 1 million de lignes pour un coup total estimé
à 5,2 milliards de francs. La tunisie compte en effet actuellement
545000 lignes téléphoniques pour une population de 9 millions
d’habitants.

De plus, la capacité du réseau de transmission
de données par paquet (Tunipac), actuellement de 1500 accès
devrait passer à 4800.

Les Etats-Unis veulent la privatisation d’INTELSAT.
Arguant du poids de leur marché des télécommunications,
le premier et le plus puissant dans le monde, M. Scott Blake Harris, responsable
des affaires internationales de la commisssion fédérale des
communications, a menacé de fermer l’accès au marché
américain des télécoms afin d’obtenir la privatisation
d’INTELSAT, l’organisation internationale des satellites.

Fidels à leur position dominante et leaders de
la déréglementation mondiale, les dirigeants américains
souhaitent la création d’une société cotée
en bourse qui prendrait en charge les services commerciaux autres qu’essentiels.
Intelsat conserverait l’obligation de couverture satellitaire pour les
pays qui connaissent un faible trafic notamment en Afrique.

Ceci expliquant peut-être cela, les entreprises
américaines sont actuellement dominantes dans les différentes
alliances internationales préparant les réseaux mondiaux
satellitaires de demain dont nous avons déjà parlé,
Iridium, Globalstar ou Odissey. (voir La Lettre de CSDPTT N°7).

 __________________________________
Concurrence à ATT en Afrique.
Le géant américain ATT, à l’initiative
du projet Africa One visant à entourer l’Afrique d’un câble
de fibres optiques reliant les différents capitales de la Côte,
devra affronter des projets concurrents. ATT aurait obtenu les accords
de principe de 21 pays africains lors d’une récente réunion
au Bostwana.

C’est ainsi que la firme afro-américaine Africom
basée à Atlanta aux USA prévoit de lancer un satellite
A2100 à destination des utilisateurs de téléphones
cellulaires du Cap au Caire au moment où Africa One sera opérationnelle.
Celui-ci pourra servir 5000 appels simultanés. Elle vient
de commander sa construction à la société américaine
Lockheed pour un montant de 650 millions de dollars.

Par ailleurs la société ICO Global Communication,
né d’Inmarsat devrait lancer 10 satellites dans la stratosphère
afin de donner aux téléphones cellulaires une couverture
planétaire, y compris en Afrique. ICO prévoit 600 milions
de dollars d’équipements fixes en Afrique sous forme de stations
terrestres et de technologie pour basculer les téléphones
cellulaires sur des systèmes basés à terre. Les compagnies
de télécommunications d’Afrique du Sud, du Nigéria,
du Cameroun et du Sénégal sont les partenaires africains
ce projet.

__________________________________
L’USAID facilite l’accès
à Internet en Afrique.

L’agence américaine pour le développement
international, l’USAID a annoncé début juin l’inauguration
d’un programme de 15 millions de dollars sur 5 ans facilitant l’accès
à Internet de 20 pays africains. Elle s’appuiera pour cela sur des
techniciens de la NASA, du Département d’Etat, de la Marine et du
secteur privé.

__________________________________
Singapour va construire un réseau
multimédia pour ses citoyens.

Le gouvernement de ce pays a annoncé vouloir investir
l’équivalent de près de 58,4 millions de dollars US pour
la construction d’un vaste réseau multimédia sur l’ensemble
de son territoire. L’objectif serait de fournir un éventail de services
illimités à l’ensemble de ses concitoyens parmi lesquels
la visioconférence, le télé-achat, l’accès
rapide à Internet ou à des bibliothèques électroniques.

Le ministre des communications M. Mah Bow Tan a déclaré
à cette occasion : « Avec la mise en place de ce réseau,
nous pouvons envisager une société dans laquelle chaque personne
pourra avoir accès électroniquement à l’information
et communiquer avec les autres de façon rapide, sûre et bon
marché. Ce réseau reliera l’ensemble de l’île par un
réseau ouvert dans lequel tous les Singapouriens pourront communiquer
rapidement et facilement. » Ce projet sera conduit par une équipe
de spécialistes de l’Agence des Télécommunications
de Singapour, du bureau national d’Informatique et du Bureau National des
sciences et technologie. A suivre...

_________________________________