Accueil > Nouvelles de CSDPTT > SMSI : Compte rendu de la réunion à Paris MAE (Ministère des Affaires (...)

SMSI : Compte rendu de la réunion à Paris MAE (Ministère des Affaires Etrangères) - Société Civile du 13 février 2003

vendredi 14 février 2003, par Bruno JAFFRE

Cette réunion a été organisée par le Ministère des Affaires étrangères afin de rencontrer les représentants de la société civile en France en prévision de la PREPCOM2 (deuxième réunion préparatoire qui débute le 17 février 2003) du Sommet Mondial de la Société de l’Information prévue en décembre 2003.

réunion du 13/02/03 avec les acteurs de la Société
Civile

 
animation Bruno Oudet
représentant de l’Etat Michel Peissik (ambassadeur)
 
une soixantaine de participants, dont VECAM, ATD Quart Monde, IRIS,
ADBU, ADELI, EIFFEL, AEDEV, AFNET...,
pas de position officielle pour le sommet arrêtée pour
la France (en cours de préparation)
 
pointé dans les présentations :
- distinction entre Internet et la Téléphonie, entre
la messagerie électronique et les sites
- le site du SMSI (Internet.gouv.fr )
 
les principaux points de la discussion : une quinzaine d’intervenants
dans l’assemblée
 - la SC, un secrétariat, un bureau comportant 10 familles
d’organisations  : le milieu cultuel et éducatif, la communauté
scientifique et technologique, les médias, les créateurs
et acteurs de la culture, la ville et les pouvoirs locaux, les syndicats,
les parlementaires, les ONGs, les mouvements sociaux, les partenariats
multi-acteurs. Débat sur cette sélection (élire le
bureau ?) et sur la définition de la SC.
- Internet, véhicule de la connaissance, formation, culture
- Internet véhicule de l’information (médias et liberté)
- Internet outil de la démocratie de proximité (appropriation
territoriale)
- Internet une menace pour les libertés individuelles, le sécuritaire
(flicage) et la protection individuelle, le droit au secret (confidentialité),
une directive européenne non transposée dans la loi française
(?)
- liberté d’accès (barrages filtrants), d’expression,
de diffusion (et droits d’auteurs)
- Internet et le multilinguisme (consensus pour retenir l’Anglais,
le Français et l’Espagnol), la Francophonie
- l’Internet libre et la domination US : IPV6, LINUX, EUROLINK, nommage 
(sujet d’experts pour un néophyte)
- le droit à la communication, l’accès, les infrastructures,
des points d’accès communautaires (cf. mes interventions sans écho
ou presque)
- la connaissance, l’expérience, le savoir (non écrit)
des peuples
- l’éducation élémentaire
- l’accès public à la culture non marchande (bibliothèques),
consensus pour dire que "la culture n’est pas une marchandise" et pour
défendre l’exception culturelle française.
- les capacités (volumes, débit...), "la connectivité"
, la numérisation
- l’inter-opérabilité, les communications téléphoniques
par Internet
- les NTIC et le développement durable (récupération
d’ordinateurs pour les pays défavorisés)
- le rôle à part (débat) des créateurs (artistes...)
 
 
 
Une réunion avec le secteur privé et ses organisations
professionnelles (patronales je suppose) a déjà eu lieu et
il n’est pas certain que la Société Civile puisse en connaître
les délibérations ou axes retenus (la demande en a été
faite - mise à disposition sur le site).
 
Pour l’anecdote :
 le représentant de WEBFORCE déclarant qu’il y avait
confusion de genres en ce sens que le SMSI n’est pas un sommet des droits
de l’Homme une onde de protestation a parcouru l’assemblée.
 
 
sur mes interventions en tant que représentant de CSDPTT
et mes impressions :

 
Notre contribution à Prepcom 2 était disponible, pas
notre proposition de texte commun aux autres organisations. Il me semble
que les acteurs de la Société Civile ne parlent pas tous
de la même chose (ladite proposition de texte commun n’ayant pas
trouvé preneur).
 
Même si j’ai entendu beaucoup de choses intéressantes,
j’ai eu l’impression en intervenant à 2 reprises dans le sens de
notre contribution à Prepcom 2 de parler dans le vide, à
savoir qu’on ne parle que d’Internet (j’ai même demandé si
en fait on préparait le Sommet Mondial de la Société
de l’Internet) et pas de télécommunications, et donc pas
du téléphone ni de communication orale (tant pis pour le
direct, l’émotion et les analphabètes), qu’on ne parle
pas que de contenus (information, formation, science, culture, agriculture..)
et accessoirement des terminaux (solidairement) mais pas de
l’infrastructure, des tuyaux (câbles,hertzien, radio ou satellite)
et donc pas de l’accès pour tous aux réseaux (excepté
les écoles et hôpitaux, voir les bibliothèques) à
partir "des villages du bout du monde", ni des coûts (ce qui amènerait
la question des opérateurs et du droit public). Va-t’on continuer
à communiquer dans un seul sens avec les difficultés que
l’on sait (non qualité, saturation, dysfonctionnement) et déverser
(du Nord au Sud) dans des tuyaux (pour lesquels on évoque malgré
tout la capacité et le débit) le modèle de civilisation
(marchande) des pays développés (dont on voit pourtant bien
où il peut nous entraîner) ? Va-t’on vers une nouvelle
forme d’un colonialisme Nord-Sud toujours à l’oeuvre malgré
"les indépendances" ? Personnellement je crois que le développement
passe plus par des décisions politiques (l’annulation de la dette,
l’aide, la coopération...) que par la "toile" et qu’il ne faut pas
mettre la charrue devant les boeufs, les priorités restant bien
l’accès à l’eau, à l’alimentation aux soins, à
l’énergie, à l’éducation ce qui nécessite des
infrastructures terrestres de communication (route, rail, réseaux
dont ceux de télécommunications).

Dominique Blanchard CSDPTT Paris