Accueil > Lettres de CSDPTT > Lettres de 2002 > lettre de septembre 2002

lettre de septembre 2002

Septembre

mardi 12 novembre 2002, par Bruno JAFFRE


La Lettre de septembre 2002
No : 82

 
Sommaire :

Editorial
Enron, WordldCom… et la suite ?
______________________

Echos des postes et télécoms
dans le monde

Mali  : La concurrence arrive par
France Télécom… Malitel s’enfonce

Sonatel  : Bons résultats
et protestation de la clientèle

Internet au Togo : harmonisation
des prix à Lomé

Burkina : fronde contre une augmentation
En Bref  : Stats Afrique, Niger,
France Télécom révoque 3 fonctionnaires, Guinée
Bissau, Libye, Cameroun, Congo, Facturation à la seconde sur
les mobiles en France

________________

Articles et documents
Point de vue : Développement
durable et entreprise citoyenne par
Césarin,
(pseudonyme d’un cadre supérieur de la Poste)

Sommet Mondial de la Société de
l’Information (SMSI) . Compte rendu de la 1ère Réunion du
Comité de Préparation (PrepCom 1)
.
Genève,
du 5 au 10 juillet 2002 par Jean Louis Fullsack


Editorial
Enron, WordldCom… et la suite ?
Le monde des télécommunications est tombé
bien bas. Ses débats, défraient depuis plus d’un an les chroniques
judiciaires, certains des grands patrons du « Secteur » coupables
de détournements et autres falsifications. C’est l’aboutissement
ultime de la déréglementation fondée sur l’argent
facile et le marché-roi.

Ainsi, est né ce capitalisme agressif, qui a laminé
les services publics et généré ces sociétés
de la « nouvelle économie » avec à leur tête
ces gourous que Wall Street et de la City ont encensé journellement.
Enron et WorldCom en sont incontestablement les produits les plus emblématiques.

Enron a non seulement joué un rôle capital
dans l’élaboration de la politique énergétique US
mais a également une filiale télécoms, le réseau
Erion, avant-gardiste par définition. Moins d’un mois avant la faillite
le « Prix Enron » a été décerné à
M. Greenspan, le Président de la Réserve fédérale.
On croit rêver quand on sait que ses dirigeants ayant usé
la corruption comme règle de gestion se trouvent à présent
sous contrôle judiciaire.

L’autre fleuron de cette phalange de corrompus, WorldCom,
construit sur une série de 70 acquisitions dont certaines pas très
régulières, a réussi l’exploit de provoquer la plus
grande banqueroute de tous les temps aux USA, avec plus de 100 milliards
de dollars d’actifs affichés (combien résisteront à
une enquête sérieuse ?).

Voilà les modèles que les « institutions
de Bretton Woods » proposent jusque dans les PeD. En exigeant des
Africains, en contre-partie de leurs prêts, une « bonne gouvernance
 ».

Quel monde¨ !
Jean-Louis Fullsack
______________________

Echos des postes et télécoms
dans le monde

Mali : La concurrence arrive par
France Télécom… Malitel s’enfonce

Une licence définitive "d’établissement
et d’exploitation de réseaux et services de télécommunications
au Mali" a été accordée à France Télécom
pour un montant de 47,7 millions d’euros soit 30 milliards de FCFA. France
Télécom va opérer via une filiale de droit malien
dénommée IKATEL/SA d’un capital de 39,6 millions d’euros
soit 26 milliards de FCFA.

L’opérateur français prévoit de
créer des lignes fixes et mobiles et d’offrir ses services sur le
national et l’international. Il envisage d’investir 1,6 milliards d’euros
(110 milliards de FCFA) sur 10 ans. Une centaine d’emplois doivent par
ailleurs être créés la première année.

On apprend par ailleurs que la société
Malitel, qui exploite un réseau de téléphonie mobile,
dont nous vous avons régulièrement informé des différentes
péripéties, traversent de graves difficultés. Sa création,
dans des conditions pour le moins compliquées a donné lieu
à des mouvements de protestation du personnel de la SOTELMA qui
ont fini par obtenir son rattachement à la SOTELMA "dans des conditions
floues" selon un article de Malieco daté du 9 juillet "entraînant
des critiques des opérateurs privés dénonçant
le contour opaque de cette société".

Les consommateurs en subissent les conséquences
avec des abonnements élevés, des factures douteuses. Les 
lignes en nombre insuffisant font l’objet de spéculation. Des innovations
et des nouvelles initiatives avaient été annoncées
mais les prêts semblent difficiles à obtenir du fait de blocage
à la banque mondiale. Selon un journaliste d’Info Matin "On rapporte
qu’à la base de ce blocage, il y a les anciens actionnaires de la
société, formant le groupe de Sogetel, ayant encore, en terme
juridique, leur mot à dire dans la nouvelle société,
surtout en terme de gestion de fonds, qui ne sont pas déterminés
à signer le document de prêt. De sources concordantes, on
soutient que sans cette signature, l’argent ne pourrait jamais être
encaissé par la société pour faire face à sa
nouvelle politique d’innovation" (Source InfoMatin http://www.info-matin.com/,et
AFP).

________________________________
Sonatel : Bons résultats
et protestation de la clientèle

 En 2001, le Sonatel a réalisé un
chiffre d’affaires de 148,21 milliards de F.CFA, soit une hausse de 18
% par rapport à 2000, les investissements auraient atteint 47 milliards
et les bénéfices net est de 47,5 milliards, soit une croissance
de 11, 6 % par rapport, à l’exercice de 2000, selon le rapport d’activité
de la société.

En 2001, le parc téléphonique s’est accru
de parc de 32% et compte 228 000 lignes de téléphone fixe
(+ 10%) et 301 082 lignes de téléphone mobile (+ 54%) dont
93% de lignes prépayées. 150 nouvelles localités ont
été raccordées en zone rurale ce qui fait un total
de 862 localités raccordées (le Sénégal en
compterait 13000, 17000 ou 30.000 selon les sources).

Les demandes en instance auraient fortement diminué.
Sur le marché des mobiles, la part de marché de la Sonatel
est stable à 76%.

Le volume du trafic départ vers l’international
a été de 58 millions de minutes sur le fixe et 12,9 millions
de minutes sur le mobile soit une hausse globale de 38% avec une répartition
de la destination des appels qui se décompose ainsi : 74% vers l’UEMOA,
14,49% vers l’Europe, 8,22% vers l’Amérique, 3,19% vers l’Afrique
hors UEMOA et 0,10% vers l’Asie. Le trafic arrivée a été
de 167 millions de minutes en hausse de 26%.

Peu après l’annonce de ses bons résultats,
des abonnés au réseau Alizé ont lancé un mouvement
de protestation à la suite de la décision de faire payer
les SMS qui étaient gratuits jusqu’ici. La SONATEL avaient
en effet basé une publicité sur la gratuité des SMS
pour lancer un abonnement "jeunes". Selon M. Amadou Top, Président
de l’association OSIRIS (Observatoire sur les Systèmes d’Information,
les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal) "Cette mesure
sonne pour eux (ceux qui, faute de moyens, n’utilisaient leur portable
que pour recevoir des appels et envoyer gratuitement des messages) comme
la fin d’une période idyllique durant laquelle ils s’étaient
donnés l’illusion d’être des acteurs de la Société
de l’information et marque le début d’un retour à la dure
réalité économique dans laquelle ils sont réduits
à n’être que des spectateurs passifs". (Source Batik N°32
juillet 2002 http://www.osiris.sn/)

________________________________
Internet au Togo : harmonisation
des prix à Lomé

L’Association des cybercafés de Lomé a
décidé d’harmoniser les prix à 500FCFA l’heure. L’interdiction
de la téléphonie par Internet a contribué à
la diminution des marges de certains télécentres.

Il y aurait plus 3000 internautes (NDLR l’article original
parle de 300000 chiffres, une erreur de frappe) à Lomé. Leurs
usages consistent essentiellement à écouter de la musique
ou communiquer via la messagerie ou le téléphone avec la
diaspora afin de notamment d’obtenir des devises et soulager des difficultés
quotidiennes. Selon le site letogolais.com, "La décision d’harmonisation
des prix constitue une politique de récupération des grands
centres pour asseoir leur domination dans un secteur très lucratif
et éviter ainsi leur disparition. La plupart des cybers appartient
à cette bourgeoisie d’affaire à laquelle Lomé 2 permet
tout." (Source letogolais.com - 16/08/2002)

________________________________
Burkina : fronde contre une
augmentation

L’annonce d’une augmentation des fixes vers les mobiles
TELMOB (filiale de l’ONATEL) de 236 à 354 F CFA est à l’origine
d’un mouvement de protestation des salariés de l’ONATEL qui ont
organisé un sit-in devant leur direction qui s’est transformé
en assemblée générale.

Selon les dirigeants du syndicat national des Télécommunications
(SYNATEL), cette décision résulterait d’une immixtion du
premier ministre les affaires du comité de régulation des
télécommunications sur les tarifications à la suite
d’une intervention d’un opérateur de mobile concurrent CELTEL. Pour
les salariés cette augmentation ne se justifie pas du point de vue
des charges internes à la TELMOB mais elle aurait été
prise pour éviter une trop grande différence de prix entre
TELMOB et ses concurrents.

 Au cours de la réunion Le secrétaire
général du SYNATEL, M. Valentin Sawadogo, a déclaré
cette décision résulte du programme d’ajustement structurel
à l’origine des pressions exercées sur le gouvernement qui
se manifestent par " le chantage sur les conditionnalités de financement
de certains programmes par la Banque Mondiale I’utilisation des accords
de coopération entre le Royaume des Pays-Bas et le Burkina Faso
par le Directeur Général de Celtel Burkina, filiale de la
société MSI.-CI (de Pays-Bas) pour faire pression sur le
Gouvernement". Il a appelait à ne pas appliquer ces mesures en attendant
que des discussions s’ouvrent. Un autre responsable syndical a déclaré
que l’Etat ne payait pas ses factures.

Deux jours après la manifestation, un communiqué
de la direction générale de l’ONATEL annonçait la
suspension de l’augmentation et le retour aux anciens tarifs.

L’ONATEL, qui compte 1300 employés, est en attente
de privatisation depuis plusieurs années. Selon l’agence Panapress
"les rapports de l’assemblée générale des sociétés
publiques, cet office fait chaque année des bénéfices
de l’ordre de 3 à 4 milliards de F CFA (4.454.210 à 5.938.747
dollars US), malgré les factures impayées et les appels de
fonds de l’Etat. De l’avis des observateurs, les travailleurs de
l’ONATEL soupçonnent les gouvernants actuels de détenir des
actions dans les deux sociétés de téléphonie
mobile privées, TELCEL et TELECEL." (Source Agence Pana http://www.panapress.com,
Le pays http://www.lepays.bf/ et Sidwaya http://www.sidwaya.bf/ quotidiens
burkinabé)

________________________________
En Bref
L’Afrique comptait 26 millions d’abonnés au
téléphone cellulaire contre 20 millions aux lignes fixes
vers
la fin de l’année 2001 a déclaré le ministre kenyan
des Transports et des Communications à l’occasion du Sommet 2002
sur les Télécommunications et l’Informatique en se référant
aux chiffres de l’UIT. Les lignes fixes en Afrique ont doublé
de 1992 à 2001.

Au Niger, un certain nombre de cybercafés
ouvrent en ce moment. Les prix pratiqués dans la capitale Niamey
sont de l’ordre de 1000 (tarif jeunes et étudiants) à 1500
FCFA de l’heure. La société Afripa Telecom propose un accès
au tarif de 500000 FCFA l’installation et 700000 FCFA par mois.

France Télécom a révoqué
3 fonctionnaires
membres de l’ADFE (association de défense des
fonctionnaires de l’Etat voir http://www.adife-pt.asso.fr/) Jean-Pierre
Blouch, 42 ans, Jean-Claude Bolmin, 51 ans et Michel Calmettes 45 ans,
sous les motifs « Grave manquement à l’obligation de
réserve des fonctionnaires », assorti de divers reproches,
comme la « désobéissance hiérarchique »
ou le « refus de se soumettre aux règles de gestion de l’entreprise ».
Ces 3 fonctionnaires militaient activement pour que leur soient appliquées
les règles de gestion du personne de la fonction publique. Ils avaient
distribué un tract qui dénonçait le fait que
des cadres supérieurs fonctionnaires de France Télécom
soient administrateurs d’une société anonyme rachetée
par l’opérateur.

 En Guinée Bissau, l’opérateur 
Guinée-Télécom a baissé les tarifs de communication
Internet de 1000 à 700 CFA en semaine et à 500FCFA le week-end.
Dans les cybercafés SITEC et STA, les clients payent 750 FCFA les
30 minutes et 1300 FCFA l’heure (Source Panapress).

Au Cameroun, une dizaine de cadres du ministère
camerounais des Postes et Télécommunications ont été
arrêtés pour leur rôle présumé dans le
détournement de près d’un milliard de francs CFA (Source
Panapress).

Les PTT de Libye ont signé un contrat avec
ALCATEL pour l’exécution de la première phase d’un projet
de téléphonie mobile couvrant la zone entre Syrte (450 km
à l’est de Tripoli) et M’Saed (extrême nord-est de la 
Libye) soit sur plus de 1200 km. Il s’agit de créer 100.000 nouvelles
lignes téléphoniques.

Au Congo, l’Office congolais des postes, des télécommunications
et de la Caisse nationale d’épargne (ONPT-CNE) a été
dissous à la mi août 2002 à la suite d’une réunion
extraordinaire du conseil d’administration tenu à Brazzaville. Cette
décision doit être suivie de la création de la Société
des télécommunications du Congo (SOTELCO) et de la Société
des postes et épargne du Congo (SOPECO).

En France les opérateurs de mobiles annoncent
la mise en place de la facturation à la seconde. Cette mesure fait
suite à une campagne des associations de consommateurs. Avec la
première minute indivisible les usagers perdaient jusqu’ici ainsi
de 25 à 30% sur leur forfait temps. Orange annonce cependant que
cette mesure ne touchera pas les utilisateurs de cartes prépayées
et une augmentation des tarifs vers ses concurrents.

________________________________

Articles
et documents

Point de vue : Développement durable et entreprise
citoyenne.

Il y a quelques années ou quelques mois, pour être
dans le coup dans les salons, on devait pouvoir discourir sur la démarche
qualité, Internet, la mondialisation, etc… Aujourd’hui, pour paraître
« in », il vous faut parler « développement durable
et entreprise citoyenne ». Peut-être ne vous en êtes
vous pas aperçu ! Mais, si vous êtes dans une entreprise « 
moderne », elle donne déjà dans le « développement
durable » et elle est « citoyenne ».

Comme il est particulièrement dangereux de le
dire sans le faire ! Elle le fait sans le dire, tout en donnant à
comprendre qu’elle le fait. Seules le donnent à croire sans le faire
véritablement, des entreprises malhonnêtes que vous ne connaissez
évidemment pas ! Donc, pour que vous compreniez bien ce qui se fait
déjà, ou ce qui se fera demain dans notre société
occidentale et dans toute bonne entreprise, voyons de quoi il s’agit !

Que trouve-t-on dans cette auberge espagnole ?

Lire
la suite...

__________________________________________________________________________________________________________________
Sommet Mondial de la Société
de l’Information (SMSI) . Compte rendu de la 1ère Réunion
du Comité de Préparation (PrepCom 1). Genève, du 5
au 10 juillet 2002 .

Compte rendu rédigé par Jean Louis Fullsack
Les intéressés pourront trouver la version
française du Rapport de la première réunion du Comité
de préparation (PrepCom-1) sur le site du SMSI www.itu.int/wsis
(document WSIS03/PC-1/11(Rév.1)-F. Il constitue le compte-rendu
officiel établi par l’UIT, et ses Annexes sont particulièrement
importantes. Le lecteur trouvera ci-dessous un compte-rendu plus synthétisé
et focalisé sur les sujets et faits les plus importants enregistrés
lors de ces cinq jours, complétés par quelques aspects du
vécu du rédacteur.

Lire
le compte rendu ...